Angelich, grand brahmsien

BRAHMS : CONCERTO EN SI BÉMOL MAJEUR, OPUS 83 / KLAVIERSTÜCKE, OPUS 76. ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LA RADIO DE FRANCFORT. DIRECTION : PAAVO JÄRVI. NICHOLAS ANGELICH, PIANO. VIRGIN CD 266349 2

Par quelle alchimie mystérieuse des pianistes américains venus s’établir très jeunes à Paris s’imposent-ils comme les plus grands interprètes de Brahms de leur génération ? Nicholas Angelich reprend aujour­d’hui le flambeau de Julius Katchen (1926-1969). L’interprétation du concerto est un peu extérieure, comme si l’artiste venait d’apprendre l’œuvre, et légèrement rigide. Mais l’opus 76 reçoit peut-être l’interprétation la plus poétique (no 4) et la plus bouleversante (no 8) de l’histoire du disque. Aimez-vous Brahms ? Joué de cette manière, oh oui !

Laisser un commentaire