Bientôt à l’affiche : les plus beaux souvenirs de Michaëlle Jean et Jean-Daniel Lafond

Avec l’aide financière de la SODEC, Jean-Daniel Lafond préparerait un documentaire sur son épouse, l’ancienne gouverneure générale Michaëlle Jean.

Photo: Adrian Wyld/La Presse Canadienne
Photo: Adrian Wyld/La Presse Canadienne

PolitiqueMichaëlle Jean, qui est officiellement devenue, cette semaine, la secrétaire générale de la Francophonie, fait encore parler d’elle pour les mauvaises raisons.

Il y a quelques jours, la chroniqueuse Sophie Durocher, du Journal de Montréal, nous apprenait que son mari, Jean-Daniel Lafond, était en train de réaliser un documentaire sur ses années comme gouverneure générale.

Le film, intitulé Un film avec toiest financé par les deniers publics québécois grâce à la SODEC. Visiblement, ni le couple Lafond-Jean ni la SODEC ne trouvent à redire sur cette situation flagrante de conflit d’intérêts.

Commençons par la SODEC. En quoi la culture québécoise sera-t-elle enrichie par la production d’un documentaire sur le gouverneur général ? Ce titre, hérité de l’époque coloniale, est purement symbolique.

On coupe des rubans, on fait des voyages à l’étranger et on prononce des discours écrits par les conseillers du premier ministre. Peut-être que la SODEC essaie de plaire aux décideurs politiques libéraux à Québec en subventionnant un navet qui fait la promotion de la monarchie chez nous ?

(À titre de comparaison, je travaille actuellement avec une maison de production pour faire un documentaire sur le rapatriement de la Constitution. Nous essuyons des refus à toutes les portes. Certains souhaitent visiblement qu’on ne parle plus jamais de cet épisode de notre histoire, même s’il est fondamental.)

Outre la fonction de gouverneur général, il y a le titulaire. Depuis que nos gouverneurs sont canadiens, le poste a été occupé par des personnes qui se sont illustrées.

Georges Vanier, par exemple, était un vétéran de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il a perdu une jambe. Vincent Massey était un diplomate de carrière, ayant notamment été haut commissaire du Canada à Londres durant la Seconde Guerre mondiale. Ed Schreyer a été premier ministre du Manitoba, etc.

Le mérite de Michaëlle Jean, par contre, est éminemment discutable. Certes, Madame Jean a été une bonne journaliste. Elle est aussi très sympathique quand on la rencontre en privé. Mais ses états de service s’arrêtent là.

Issue d’une minorité, elle a vraisemblablement été nommée gouverneure générale par les libéraux afin d’incarner le multiculturalisme canadien, tout comme Adrienne Clarkson auparavant, qui était aussi une journaliste issue d’une communauté culturelle.

Tant mieux pour l’intéressée si on lui a offert un tel poste, très bien payé, et avec plein d’avantages. Le problème est que Michaëlle Jean ne s’est pas contentée du rôle cérémonial qui est normalement celui de gouverneur général. Elle a fait la leçon aux Québécois à plusieurs reprises.

Avec une prétention surdimensionnée, elle a d’abord affirmé que son arrivée signifiait la fin des solitudes. Bien sûr, Madame Jean. Vous êtes une personne si exceptionnelle que votre règne dans un poste symbolique a mis fin à des siècles de relations mouvementées entre les Anglais et les Français. Comme chacun sait, les solitudes sont maintenant réconciliées, et le Canada vous en est reconnaissant. J’espère que bientôt, vous aurez une statue puis un pont baptisé en votre honneur — ce ne serait que justice pour vos états de service.

Ensuite, en 2006, celle qui flirtait jadis avec les indépendantistes a reproché aux Québécois de ne pas être assez ouverts sur le Canada par rapport à leur ouverture à l’étranger. On peut évidemment supposer que Madame Jean, avant d’occuper Rideau Hall, préférait visiter Toronto plutôt que Paris, Vancouver plutôt que Rome, et le Manitoba plutôt que la Californie.

On pourrait multiplier ici les exemples. Les contribuables paieront donc pour la réalisation d’un documentaire à la gloire d’une donneuse de leçons. Le pire est certainement que Madame Jean, à force de fréquenter d’abord le gratin politique d’Ottawa, puis celui de l’Unesco, et maintenant celui de la Francophonie, ne voit probablement aucun mal à ce que l’État finance un tel film.

On savait déjà que cette femme, aux origines pourtant modestes, était devenue prétentieuse et déconnectée de la réalité, et qu’elle versait dans le Québec bashing. À cela, il faut désormais ajouter un sens de l’éthique déficient. La Francophonie méritait mieux.

* * *

À propos de Frédéric Bastien

Frédéric Bastien est professeur d’histoire au Collège Dawson et l’auteur de La Bataille de Londres : Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel. Il détient un doctorat en histoire et politique internationale de l’Institut des hautes études internationales de Genève.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

19 commentaires
Les commentaires sont fermés.

En 2013, Madame avait une pension de 130k, indexée au cout de la vie. Si elle vit encore 30 ans, elle pourrait donc toucher facilement 4 millions pour un gros 5 ans de travail comme GG.

Rappelons qu’elle est devenue GG uniquement pour sauver le poste de Pierre Pettigrew, député de Papineau.

Comme elle est maintenant payée par la Francophonie, il serait temps qu’on lui demande qu’elle retourne sa pension canadienne pour le temps du moins qu’elle sera à la tête de la Francophonie. Où est le Bloc lorsqu’on a besoin de lui?

http://www.ledevoir.com/politique/canada/318182/hausse-du-budget-du-gouverneur-general-du-canada-michaelle-jean-touchera-une-pension-annuelle-de-130-000

Elle devrait le faire d’elle-même…..peut-être que le vérificateur général du Canada pourrait lui suggérer ou d’ex -collègues….

Madame Jean me laisse indifférente mais pas les révisionnistes qui remettent en question les pensions de qui que ce soit.

Recevoir une pension est légal et fait partie d’une entente. Recevoir une pension ne signifie pas l’interdiction d’occuper un autre poste sauf si une entente signée le spécifie. Les pensionnés de tout acabit, ont le droit strict de travailler dans quoi bon leur semble.

Alors, votre petite crise nerveuse, allez la passer ailleurs.

Vous avez la mémoire courte, chère Marie de Montréal
La presse avait été impitoyable avec la pension fédérale de Lucien Bouchard, premier ministre du Québec. Même l’archevêque de Québec lui avait tombé dessus. Finalement, il avait dû lâcher le morceau.

Une pension indexée de 130k par année pour avoir joué à la petite Reine pendant 5 ans, c’est un scandale. C’est peut-être légal mais à l’heure de l’austérité, c’est un double scandale.

Un fond de pension généreux de nos jours ( et certains diront trop généreux ) accorde 2% par année de service.
Madame Jean a occupé le poste pendant 5 ans X 2% = 10%
10% de 130 000$/an = 13 000$.
On lui accorde une prime de départ. Disons 50% du revenu annue multiplié par 5 ans = 325 000$

Mais à 130 000$ par an sur une espérance de vie d’envirion 40 ans = 5,2 millions
Si son conjoint lui survit, il aura droit à 60% des ces 130 000$/ an ( 78 000$/an )
Mais pour avoir fait quoi au juste pour notre bien ?

On ne parle pas du droit à une pension de retraite, mais d’équité ( avec ou sans période d’austérité )
Moi, contrairement à vous, je crois qu’une grande révision s’impose.

Vraiment navrant madame! Les petits se font déshabiller par ces gueux en limousine et vous êtes de marbre. Pitié pour vous!

Recevoir une pension est tout a fait légal comme vous dites si bien! Par contre c’ est probablement immoral dans ce cas-ci car la gouverneure générale n’ a travaillé que 5 ans !

À l’instar des Jacques Demers de ce monde, Madame Jean fait partie de cette brochette de personnalités publiques que nos politiciens partisans et sans vision nomment à des postes pour lesquels elles n’ont soit ni le profil, ni les réalisations ou ni la crédibilité pour occuper la fonction. Au moment de sa nomination. Madame Jean était au mieux une sympathique présentatrice des « Grands reportages » et rien ne justifiait son affectation au poste de gouverneurs générale par Paul Martin, excellent ministre des finances mais premier ministre médiocre s’il en fut un…

Rares sont les personnalités qui , à l’instar de Jean Béliveau, ont su résister au chant des sirènes de politiciens opportunistes.

Face à Stephen Harper, Madame Jean aura bien confirmée son rôle de figurante dans une fonction aussi inutile que dépassée. Qu’on utilise des fonds publics pour immortaliser ses meilleurs moments comme gouverneurs générale démontrent à quel point l’égo de « Madame » s’est gonflé au fil du temps au point au détriment d’un sens de l’éthique des plus élémentaires. Un petite gène aurait été de mise…

Et tant qu’à y être, à quand aurons-nous droit à un film sur les meilleurs moments de Madame Lise Thibault?

JP. Plante

Deux personnages qui profitent du système, si la Madame aurait voulu,être vraiment utile, elle aurait pu adopter une cause et se rendre vraiment utile. Mais, elle aime se montrer Madame la Marquise, M, Jean suis et ramasse l’argent et en plus, ose quêter pour écrire des imbécilités sur ce qu’a fait Madame Jean, ou sur ce qu’elle pense avoir fait d’utile. Madame et monsieur vous êtes des B,S déguisés.

Regardez bien la photo en haut de page.
Voilà bien l’image de l’affligeante réalité de cette classe de gens.
On rigole et on ne s’en cache même plus.

On rigole d’échapper aux coupures de services et des protections sociales.
On rigole des coupures de postes et par conséquence des coupures l’assurance emploie.

Et encore pire, ces privilégiers nous font un petit documentaire sur leur bonne fortune
d’être de cette élite.
« En plus de ne pas subir ce que vous, la population subissez, on vous montre comme
nous sommes beaux, chanceux et méritons bien votre admiration. »

On devine presque, dans leur expression amusée, le fameux « S’ils ne mangent pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! »

Oui, ils ont l’ air de 2 bougons ( sur la photo) de HAUTE GAMME !! Et plus encore ils profitent du systeme beaucoup trop généreux de la SODEC.
D’ accord sur toute la ligne avec Frédéric Bastien. On est vraiment loin de la sagesse et l’ éthique professionnelle de Jean Béliveau.

Vos commentaires me lassent. Vous mesurez tout à l’aune de vos convictions souverainistes. Cela me rappelle les péquistes des années soixante-dix qui vitupéraient contre les « fédérastes ».

Bon…une femme noire, québécoise francophone, belle, intelligente épanouie, éveillée et attachante qui a réussi dans toutes les fonctions qui lui ont été offertes. TOUTES!

Son GROS défaut? Ô horreur: avoir flirté avec le séparatisme et après mûre et profonde réflexion, s’être retirée sèchement de ce guêpier sans issue. Comme des millions d’autres Québécois tout aussi francophones.

Voilà en gros LA raison de ce tract déshonorant où chaque mot empeste la vengeance, le ressentiment et la jalousie.

Croyez-vous vraiment que l’auteur de cet abject papier aurait écrit les mêmes âneries si la dame en question ne se serait pas affichée aussi ostentatoirement pour le fédéralisme canadien?

Quelle décevante façon de débuter une nouvelle année…

http://fr.wikipedia.org/wiki/Micha%C3%ABlle_Jean

Allons-y! On se fait vider les poches par ces aristos de bas étages et vous en redemandez. Pitoyable!
Rien à voir avec sa couleur, son intelligence, ses exploits qu’elle n’a pas accomplis. Les citoyens canadiens se font voler allégrement et vous en êtes béatement heureux. Quelle tristesse!

La SODEC nous vide les poches. Pas le couple Lafond/Jean.

La SODEC finance plein de trucs, dont le risible film Hot-Dog et autres crétineries et l’auteur de ce blogue n’en a jamais dit mot. Pourquoi? Mais là…PAF! Un couple de fédéralistes affichés et cultivés reçoit quelques deniers histoire de souligner les admirables accomplissements de notre ex-GG et le voilà devenu enragé, la bave au menton.

Je répète ma question: Croyez-vous vraiment que l’auteur de cet abject papier aurait écrit les mêmes âneries si la dame en question ne se serait pas affichée aussi ostentatoirement pour le fédéralisme canadien?

Comme si son statut de femme noire la rendait intouchable!

Etonnant qu’un drestiste comme vous, qui dénoncez constamment les dépenses inutiles du gouvernement, ne soyez pas outré qu’elle encaisse une pension valant entre 4 et 5 millions de dollars pour une job de 5 ans à jouer la Reine!

Merci M. Bastien pour ce blog qui nous rappelle l’impertinence de cette nomination de GG. En plus que SODEC utilise notre argent pour valoriser une personne qui a été nommé à un poste d’un autre âge.
J’ai travaillé plusieurs années en Afrique. J’ai été profondément choqué en apprenant la nomination de Madame Jean à la francophonie. Le poste revenait à un Africain et non à une personne qui nous rappelle une domination qui n’est pas encore réglée.
Continué à nous entretenir des aspects démoralisant de notre histoire.
Louise Québec

Je pense que ce papier est très réducteur de la fonction de GG et mêle la carrière ( en taisant son après-carrière!) de
madame Jean en s’en servant pour s’objecter au financement public de ce film. Dans beaucoup de pays on honore ceux qui ont été à l’avant garde dans des fonctions publiques… Sachant bien que certaines périodes sont moins fastes que d’autres. Plusieurs militaires (Eisenhower, De Gaule, Churchill… ) ont connu des carrières politiques extraordinaires, mais
certains pensent qu’on les aime à cause de leurs dossiers de guerre…. Bref, c’est un champ très difficile à analyser.
Au tournant du siècle dernier on a fait appel à des femmes formidables. Pourquoi ne pas élargir le film en y intégrant Jeanne Sauvé, Madame Clarkson et Michaelle Jean? Probablement que le scénario accepté ne le prévoit pas… Enfin une petite idée constructive qui mettrait les femmes en valeur. Améliorer une idée plutôt que sabotter un projet.