Bienvenue à Wakaliwood, l’épicentre du cinéma ougandais

Le budget moyen d’un film tourné ici? 200 dollars.

Wakaliga, un bidonville de Kampala, rêve d’un destin glorieux à la Hollywood. Le budget moyen d’un film tourné ici? 200 dollars. Le matériel pour les effets spéciaux? Des poêles à frire, des tubes en plastique et des condoms remplis de colorant rouge.

Le tournage d’Ebola, l’histoire d’un virus qui part d’Ouganda et se répand à travers le monde, s’apprête à débuter. Le réalisateur Alan Hofmanis, un Américain installé dans le pays, a lancé une campagne de financement participatif qui a atteint 13 000 dollars. Une véritable fortune. Hofmanis va pouvoir s’acheter des générateurs, des projecteurs, des disques durs et même des soins dentaires aux comédiens, précise-t-il.

Pour sa part, le réalisateur et scénariste ougandais Isaac Nabwana croit dur comme fer au succès de l’industrie cinématographique de Wakaliga. Les films d’action aux scénarios cousus de fils rouges de Nabwana lui ont notamment mérité le surnom de «Tarantino ougandais».

Bienvenue à Wakaliwood, l’épicentre du cinéma ougandais.

Infos
Fermer
Plein écran
      Les commentaires sont fermés.

      Impossible de regarder les photos. Après quelques-unes, le rond d’attente tourne continuellement. Ce n’est pas la première fois que ça arrive lorsque vous avez une série de photos à présenter.