Burquette fait son cinéma

Francis Desharnais, de Québec, est graphiste, illustrateur, réalisateur, animateur et auteur de bande dessinée. On lui doit les deux tomes de Burquette, soit l’histoire d’Alberte, qui se voit imposer par son père — gauchiste m’as-tu-vu — le port de la burqa. Façon d’éveiller sa fille, qu’il juge trop superficielle, à d’autres réalités. Mine de rien, Desharnais remet en question nos pulsions consommatrices et notre résistance à l’étranger.

Pour l’Office national du film, Burquette fait son entrée au cinéma en 20 capsules animées (7 épisodes déjà en ligne), qui sont des adaptations vidéo du premier tome. Ceux qui aiment la BD vont y retrouver le dessin sans façon, la lucidité et l’humour vif de l’auteur.

Le samedi 18 février, à 16 heures, au Bistro SAQ des Rendez-vous du cinéma québécois (Cinémathèque québécoise, 335, boul. de Maisonneuve Est, à Montréal), Desharnais procède au lancement du site interactif : onf.ca/burquette. L’artiste fera revivre ses personnages en réalisant sur place, à partir d’une anecdote fournie par des internautes, une bande dessinée touchant l’actualité cinématographique québécoise. Performance musicale : Martin Léon ; clavardage en direct avec Simon-Olivier Fecteau ; activité animée par Geneviève Néron, qui prête sa voix à Burquette.

• Ne ratez pas le site Web de Francis Desharnais, qui contient des images de Burquette, des extraits de ses courts métrages, diverses bandes (selon son habitude, à trois cases) commentant l’actualité, ses dessins des performances et installations programmés au Mois Multi (à Québec jusqu’au 29 février), etc. Vraiment distrayant.