Ce qui se cache derrière Aalaapi : faire silence pour entendre quelque chose de beau

La pièce Aalaapi : faire silence pour entendre quelque chose de beau, du collectif Aalaapi, est en lice pour les Prix littéraires du Gouverneur général 2020 dans la catégorie Théâtre.

Conseil des arts du Canada, Christian Lalonde / Montage L'actualité

Marie-Laurence Rancourt est diplômée en anthropologie et en sociologie. En 2016, elle a cofondé l’organisme Magnéto qui se consacre au développement et au rayonnement de l’art sonore et radiophonique. Elle est l’auteure de plusieurs documentaires radiophoniques (​L’écorce et le noyau, Aalaapi, La punition, La nuit Myra Cree, Les travaux et les jours, Gemellus)​ et publiera prochainement son premier livre. Elle anime ​Jour et nuit,​ une émission consacrée à la création et dans laquelle elle écoute et discute avec des créateurs et des penseurs. Elle écrit et crée présentement une pièce de théâtre intitulée L’écoute d’une émotion égare absolument. Toute sa démarche artistique est traversée de réflexions sociologiques, alors qu’elle entreprend, en rapportant des existences vécues, de révéler ce qui, en elles, parlent de la réalité de nos mondes sociaux. 

Laurence Dauphinais s’est formée à l’École nationale de théâtre du Canada en interprétation et travaille en création multidisciplinaire à titre d’interprète, d’autrice, de metteuse en scène et de scénariste. Après le iShow et Siri, sa cocréation qu’elle tourna à Rio de Janeiro, Édimbourg et Dublin après l’avoir créé en première au FTA, Laurence signe la mise en scène d’Aalaapi, production lauréate du prix des auteurs dramatiques 2019 au CTDA. Le spectacle sera repris au FTA, au Carrefour international de théâtre, au Theatertreffen ainsi qu’en tournée canadienne (CNA, TFT, etc.) en 2021-22. Laurence et son collaborateur Maxime Carbonneau présenteront également au FTA leur nouvelle cocréation Dans le nuage, spectacle couplé d’une expérience interactive en ligne. Laurence développe également Cyclorama, projet coproduit par le CTDA et le Théâtre Centaur qu’elle écrit, met en scène et dans lequel elle jouera à l’automne 2022. 

Comment s’est déroulée la création de cette œuvre ?

Aalaapi est un projet qui a débuté en 2018 suite à notre rencontre (Marie-Laurence Rancourt et Laurence Dauphinais). Nous souhaitions imaginer une œuvre inspirée par les réalités des Inuit vivant au nord. Nous ne souhaitions pas imaginer seules ce projet ; nous avions le désir de faire de la place à d’autres sensibilités afin de donner vie et forme à cette création. L’important pour nous a été, et ce depuis le tout début d’Aalaapi, de rendre justice aux voix des femmes qui ont collaboré avec nous à imaginer cette création — et de le faire avec justesse. Le projet initial s’est donc transformé grâce à elles : l’idée abstraite que nous pouvions en avoir au départ avait somme toute peu d’importance. Ce qui était essentiel — et ce à quoi nous nous sommes très tôt attachées — c’est de donner à ces femmes la possibilité de parler et de le faire à leur façon. Nous avons donc commencé par créer ensemble le documentaire sonore : ce travail a duré plusieurs mois durant lesquels nous partagions des moments — au sud et au nord du Québec — dont certains ont été enregistrés. C’est ensuite qu’à partir du documentaire sonore nous avons créé la pièce de théâtre : alors nous avons réuni des interprètes qui ont continué d’écrire avec nous le projet bicéphale Aalaapi et ont contribué à en faire un projet définitivement collectif. Le livre est donc le témoin de ce travail par étape. Le texte de la pièce qui est lui-même constitué du verbatim du documentaire sonore entrecoupé de scènes en inuktitut écrites en collaboration avec les deux interprètes à la création de l’œuvre scénique, Nancy Saunders et Hannah Tooktoo. Aalaapi étant une œuvre trilingue, nous avons pu compter sur l’apport important des traducteurs Nicolas Pirti-Duplessis et Brett Donahue pour la traduction de l’inuktitut et de l’anglais vers le français.

Que souhaitez-vous que les lecteurs retiennent de votre livre ? Quel message vouliez-vous faire passer ?

Aalaapi tente de rendre différentes réalités qui appartiennent à une expérience très quotidienne du monde ; à la vie telle qu’elle peut se dérouler jour après jour, tissée d’instants qui appartiennent à ce que Georges Perec qualifiait d’infraordinaire. Or, une lecture politique d’Aalaapi s’impose aussi, car ces existences individuelles dont nous débutons le portrait avec Aalaapi ouvrent sans aucun doute sur des questions qui concernent notre monde social. 

///

Un extrait d’Aalaapi : faire silence pour entendre quelque chose de beau

Immensité du paysage nordique.
En studio, Putulik continue d’animer son émission.

Putulik
I have to talk…
ᑐᓴᐅᑎᒃᑫᔨᐅᓯᒻᒥᔪᖓ. ᐳᑐᓕᒃ ᐃᓕᓰᑦᑑᕗᖓ.
ᒫᓐᓇ, 12:09, ᐅᓐᓄᓴᒃᑯᑦ. ᐅᓪᓗᒥ-August 1, 2018- ᐱᖓᔪᐊᓂ. ᑐᖕᖓᓱᕆᑦᓭ!
Je serai votre hôte à nouveau aujourd’hui, mon nom est Putulik Ilisittuk…
En ce moment, il est midi neuf. Bonjour. Nous sommes le premier aout deux-mille-dix-huit.
Soyez les bienvenus.

Les voix des jeunes femmes se superposent à la musique et aux propos de Putulik.

Akinisie
ᑐᓴᐅᑎᒃ
Tusautik.
Tusautik… c’est la radio, la place qu’on entend les choses.

Audrey
En inuktitut, radio se dit tusautik.

Akinisie
Quand il y a les hommes qui ne retournent pas de chez… hunting, la radio est ouverte. Même si c’est la nuit…

Les sons de la radio installent la nuit, épaisse et tissée d’échos.

Les cinq jeunes femmes sont toujours en forêt, en hiver, dans le sud du Québec.

Samantha
Liberté ?

Marie-Laurence
C’est quoi la liberté?

Louisa
Freedom… 

Samantha
Faire des choses que tu veux.

Mélodie
La liberté, c’est comme être conscient de soi-même.

Louisa
Liberté ?

Mélodie
What do you think ?

Louisa
Quand quelqu’un s’occupe de ma petite.

Rires.

Mélodie
C’est vrai, c’est une forme de liberté.

Samantha
Akin, any kind of freedom…

Akinisie
Je pense à rien…

Sara
I wanna be free out in the world. But no time… It’s no time for free.

Lentes ponctuations musicales de basses douces et profondes.

***

Aalaapi : faire silence pour entendre quelque chose de beau, par Le Collectif Aalaapi, Atelier 10

Laisser un commentaire