Ce qui se cache derrière Le grand méchant loup dans ma maison

Le grand méchant loup dans ma maison, de Valérie Fontaine et Nathalie Dion, est en lice pour les Prix littéraires du Gouverneur général 2020 dans la catégorie Littérature jeunesse — livres illustrés. 

Conseil des arts du Canada, Christian Lalonde / Montage L'actualité

Valérie Fontaine a enseigné au primaire jusqu’en 2017. Elle se consacre maintenant à sa carrière d’auteure pour la jeunesse et a publié plus d’une quarantaine de livres, autant pour les enfants que pour les adolescents. Elle parcourt les écoles du Canada afin d’offrir des animations inspirantes pour les grands comme les petits. Elle aime tellement lire des histoires qu’elle le fait même en direct sur Facebook, où elle retrouve chaque mardi des centaines de familles. 

Nathalie Dion vit et travaille à Montréal, où elle a étudié en Design Arts à l’université Concordia. Elle œuvre dans le domaine de l’illustration jeunesse et éditoriale. Elle aime passer du lent dévouement qu’implique l’illustration d’un album jeunesse à la rapidité d’une illustration « style de vie » ou conceptuelle pour un magazine. Parce qu’ils lui permettent de recommencer mille fois sans gaspiller des tonnes de papier, les pinceaux et la tablette numérique sont ses outils de création favoris. Dans ses temps libres, elle peint de petites gouaches.

Comment s’est déroulée la création de cette œuvre ?

Valérie Fontaine : En analysant le corpus des albums abordant le thème de la violence familiale dans un cours universitaire, j’ai remarqué l’absence de livres sur le sujet. Sans même me donner la mission de combler ce vide, le récit du grand méchant loup dans ma maison est arrivé comme un souffle, presque d’un seul coup dans ma tête. D’habitude, mes histoires se présentent plus doucement, demandent du temps et de la patience. Celle-ci semblait simplement avoir attendu que je lui prête attention pour se manifester. Grâce aux bons soins des Éditions Les 400 coups, qui excellent dans l’édition de textes dérangeants, et aux magnifiques illustrations de Nathalie Dion, tous les morceaux se sont assemblés pour offrir un outil doux et précieux aux familles et aux intervenants. Publier un livre sur un thème aussi difficile rend le processus encore plus humain, parce que chacun s’implique avec cœur et sensibilité.

Nathalie Dion : Lorsque May Sansregret des Éditions Les 400 coups m’a contactée pour savoir si j’étais disponible, je ne l’étais pas.  Elle a insisté pour me faire parvenir tout de même le manuscrit. (Elle savait ce qu’elle faisait !)  Je l’ai lu trois fois et j’ai fondu en larmes à autant de reprises.  Le texte de Valérie Fontaine est d’une force rare. Je n’avais aucune idée de comment j’allais le faire, mais c’était comme répondre à un appel d’urgence. Oui, allo… J’arrive.

Plutôt que de montrer les gestes de violence, j’ai fait le pari d’illustrer l’atmosphère tendue qui en résulte.  Aussi, pour éviter que l’enfant ne s’identifie au personnage à cause de détails, j’en ai mis le moins possible. De là, le décor minimaliste. Je me disais que ça ne prend pas grand-chose pour se dire que pour soi, c’est différent… Le décor est doux, pastel et chaleureux en contraste avec le loup qui, lui, est brun foncé.  Les deux univers sont bien distincts. L’intrus doit sortir du décor pour que l’harmonie dans la maison soit retrouvée.

Malgré l’amour de la mère, prise dans une histoire qui la dépasse, l’enfant est souvent seule devant cette violence. C’est pourquoi le petit personnage est souvent isolé dans les compositions. 

En illustrant Le grand méchant loup dans ma maison, j’ai voulu de tout mon cœur qu’il soit une main tendue, des bras ouverts, une sortie de secours.

Que souhaitez-vous que les lecteurs retiennent de votre livre ? 

Valérie Fontaine : Je voulais d’abord qu’on lève le voile sur ces situations de violence que vivent trop de femmes et d’enfants, pour dénoncer, favoriser la discussion et la recherche de solutions. Je voulais aussi mettre de l’avant les maisons d’hébergement, une ressource souvent inconnue du public. Tout cela en espérant donner une voix aux victimes et l’espoir de jours meilleurs.

///

Un extrait de Le grand méchant loup dans ma maison

***

Le grand méchant loup dans ma maison, de Valérie Fontaine et Nathalie Dion, Éditions Les 400 coups