Ce qui se cache derrière Pendant que Perceval tombait

Le recueil Pendant que Perceval tombait, de Tania Langlais, est en lice pour les Prix littéraires du Gouverneur général 2021 dans la catégorie Poésie.

Montage L'actualité

Tania Langlais est née à Montréal en 1979 et habite aujourd’hui en Outaouais. Ayant obtenu le prix Émile-Nelligan pour son premier livre, Douze bêtes aux chemises de l’homme, elle reste la plus jeune lauréate de cette récompense à ce jour. Ses quatre livres, publiés aux éditions Les Herbes rouges, ont été unanimement salués par la critique. Son dernier titre, Pendant que Perceval tombait, paru en 2020, a été finaliste au Prix des libraires, au prix Louise-Labé, aux Prix littéraires du Gouverneur général ainsi qu’au prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec.

Comment s’est déroulée la création de ce livre ?

J’ai écrit les premiers vers de ce recueil en 2008 et j’ai continué de temps à autre, sur une période de 12 ans. Je n’ai écrit que très peu, et me suis retirée de la vie littéraire. En 2020, j’ai repris mes carnets pour m’apercevoir que j’avais noté de nombreux poèmes durant ces années de silence. J’ai repris le travail et le recueil a alors pris forme, rapidement, obsessivement. En trois mois, Perceval était né.

Que souhaitez-vous que les lecteurs retiennent de votre livre ? Quel message vouliez-vous faire passer ?

Je souhaite que le lecteur soit habité par mon livre. Il n’y a pas de message, il n’y en a jamais eu. « Il n’y a pas de message » est même un vers du recueil. Ce livre est un arrêt sur image, une journée traversée par l’absence d’absolu. C’est ce manque d’absolu que j’essaie peut-être de dire. Je n’écris pas des livres pour donner du sens, j’écris pour apaiser cette voix de la douleur, obstinée, qui m’accompagne.

///

Un extrait de Pendant que Perceval tombait

tu n’arrives plus à travailler
dans la maison du jardin
tu te soignes comme tu peux
à onze heures tu écris
une lettre d’adieu
incommunicable

c’est la dernière pluie
d’un pas furieux je cours
porter ton corps
à l’intérieur
que tu ne prennes pas froid
penchée comme si
de tristesse
tu brodais l’intérieur de ta main

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.