Ce qu’il est bon de savoir avant d’aller dans les festivals

Plusieurs festivals proposent une programmation séduisante cet été. Lequel choisir ? Et comment préparer cette sortie ? Voici un guide pratique pour s’y retrouver.

 

Orchestre Métropolitain
Photo : Orchestre Métropolitain

Où ont lieu les festivals d’été de musique classique au Québec ?

Le Québec compte cinq grands festivals de musique classique.

Montréal Baroque se déroule du 25 au 28 juin dans le Vieux-Montréal.Le Festival Orford (du 19 juin au 15 août) a lieu à Orford, en Estrie, à un peu plus d’une heure de Montréal.

Le Festival de Lanaudière (du 4 juillet au 2 août) a lieu dans la région de Joliette, à 45 minutes de Montréal.

Le Festival du Domaine Forget (du 20 juin au 6 septembre) a lieu à Saint-Irénée, dans Charlevoix, à environ une heure et demie à l’est à de Québec.

Le Festival de Knowlton (du 4 au 16 août), manifestation d’été de l’Orchestre symphonique de Montréal, a lieu à Knowlton, en Estrie, à moins d’une heure et demie de Montréal.

 

Les concerts ont-ils lieu seulement les fins de semaine ?

Les concerts les plus importants ont lieu habituellement les vendredi, samedi et dimanche, mais il y a des exceptions.

 

Certains artistes se produisent-ils à plus d’un festival ?

Oui. Ainsi, si on rate Marc-André Hamelin ou les Violons du Roy à Orford, on peut les rattraper au Domaine Forget. Le chœur de chambre Musica intima se produit à plus d’un festival, tout comme les pianistes Nareh Arghamanyan et Paul Lewis, ainsi que plusieurs autres ensembles et interprètes.

 

À qui s’adressent les festivals d’été ?

Les cinq grands festivals québécois de musique classique s’adressent, bien sûr, aux mélomanes qui apprécient ce genre de musique en général, mais ils ne sont pas destinés à un public de spécialistes. Toutes ces manifestations se font un devoir de maintenir un équilibre entre les œuvres connues et moins connues, entre les partitions innovatrices et les classiques, ainsi qu’entre les vedettes et les artistes de la relève. Chaque festival comporte un volet de musique plus populaire – jazz, tango, cabaret ou musique tzigane, entre autres. Au Domaine Forget, un volet danse s’ajoute au programme.

On peut se procurer une foule de renseignements sur la programmation, le prix des billets, le trajet, l’hébergement, etc., dans le site Internet des différents festivals :

Montréal Baroque : www.montrealbaroque.com

Festival de Lanaudière : https://www.lanaudiere.org/

Festival Orford : www.arts-orford.org

Festival du Domaine Forget : www.domaineforget.com

Festival de Knowlton : www.festivaldeknowlton.com

Certains festivals sont-ils plus courus que d’autres ?

Les festivals sont tous très populaires, mais celui de Lanaudière est devenu, au fil des ans, le plus important du genre au Canada. Il attire davantage de spectateurs (plus de 60 000 festivaliers chaque été), notamment parce que son amphithéâtre et la pelouse qui l’entoure peuvent accueillir jusqu’à 10 000 personnes.

 

Peut-on y aller en famille ?

À certains moments, des activités pour les enfants sont prévues. De plus, pique-niques, visites guidées, cinéma en plein air, brunchs en musique ou fêtes champêtres sont parfois au menu. Tous les festivals (sauf Montréal Baroque) se déroulent dans de merveilleux coins de nature qui se prêtent à des séjours en famille et à des activités telles que randonnées en montagne (à Orford, notamment, qui propose aussi la visite d’un célèbre jardin de lavande) et les sports de plein air. Les festivaliers qui se rendent au Domaine Forget peuvent jumeler les concerts à des sorties en mer pour voir les baleines. Lanaudière offre la possibilité de jouer au golf, et Charlevoix, de tenter leur chance au Casino du Manoir Richelieu.

 

Doit-on réserver ?

C’est plus prudent, surtout si on effectue un long déplacement pour assister à un concert ! Les billets pour les prestations d’artistes célèbres s’envolent rapidement.

On peut acheter les billets des concerts présentés à l’amphithéâtre du Festival de Lanaudière au guichet de la Place des Arts, à Montréal, et ceux pour le Festival de Knowlton à la billetterie de l’Orchestre symphonique de Montréal (également à la Place des Arts). Pour les autres festivals, on peut se procurer des billets en ligne, dans le site Internet de chacun d’eux (accès au réseau Admission ou Billetech).

Tous les festivals offrent des abonnements (en général 10 concerts à la carte, qui permettent d’épargner environ 25 % du prix des billets) et tous, sauf celui de Knowlton, proposent des forfaits, certains avec repas dans un restaurant de la région, activités connexes (par exemple le golf à Lanaudière) ou hébergement. Pour le Domaine Forget, il faut cliquer sur « Programmation » pour avoir accès aux forfaits et aux données sur l’hébergement dans la région.

 

Combien peut-on s’attendre à débourser ?

Pour les adultes, le prix des billets varie en général de 20 à 55 dollars, selon le siège et le nombre d’artistes sur scène (les récitals d’un seul interprète coûtent moins cher qu’un concert d’orchestre). Les étudiants et les aînés ont droit à des tarifs réduits. Les concerts sont parfois gratuits pour les enfants.

Au Festival de Lanaudière, par exemple, les concerts dans les églises coûtent 30 dollars par personne, alors que le prix d’un billet pour un concert à l’amphithéâtre varie de 27 à 55 dollars (15 dollars sur la pelouse). À noter que les concerts en plein air ne sont pas nécessairement annulés en cas de pluie.

 

Quelques suggestions de musique à écouter :

L’année 2009 marque le bicentenaire de la mort de Haydn, celui de la naissance de Mendelssohn et le 350e anniversaire de la naissance du compositeur anglais Henry Purcell. La programmation de tous les festivals fait écho à ces anniversaires.

Discographie sélective

Henry Purcell

Dido and Æneas (opéra). Simone Kermes et Deborah York, sopranos ; Dimitris Tiliakos, baryton. MusicAeterna, The New Siberian Singers, dir. Teodor Currentzis. Alpha 140.

Fantaisies pour violes. Les Voix humaines. Œuvres de Henry Purcell pour consort de violes de gambe, interprétées sur les violes de la collection Hart House. ATMA ACD2 2591.

Funeral Sentences (Musique funèbre pour la reine Mary). Collegium Vocale, dir. Philippe Herreweghe. Harmonia Mundi HMX 2981462.

Joseph Haydn

La Création (oratorio). Enregistré en direct à Salzbourg en 1965. Avec Gundula Janowitz, Fritz Wunderlich, Hermann Prey et Kim Borg. Orchestre philharmonique de Vienne, dir. Herbert von Karajan. Deutsche Grammophon 2 CD 474 955-2.

Symphonies 82 à 87 (Symphonies parisiennes). Concentus Musicus Wien, dir. Nikolaus Harnoncourt. Deutsche Harmonia Mundi, 82876 60602 2.

Sonates pour piano, vol. 1. Marc-André Hamelin, piano. Hyperion CDA 67554.

Felix Mendelssohn

Concerto pour violon en mi mineur, Trio avec piano n° 1 en ré mineur, Sonate pour violon et piano, Romance sans paroles, op.62. Anne-Sophie Mutter, violon , Lynn Harrell, violoncelle, André Previn, piano. Gewandhausorchester Leipzig, dir. Kurt Masur. Deutsche Grammophon 4778001.

L’intégrale des quatuors à cordes. Pacifica String Quartet. Cedille Records CDR 900000082.

Ruy Blas, op. 95 (Ouverture) ; A Midsummer Night’s Dream (Ouverture et musique du ballet). Rebecca Evans, soprano ; Joyce Di Donato, mezzo-soprano. The Oxford and Cambridge Shakespeare Company ; Le Jeune Choeur de Paris ; Ensemble National de Paris, dir. John Nelson. Virgin Classics 5 45532-2.

DANS YOUTUBE

Purcell

Introduction de Dido and Æneas
https://www.youtube.com/watch?v=2rmzWM5vF2o&feature=related

Lamentation de Didon (Dido and Æneas), Simon Kermès, soprano.
http://www.youtube.com/watch?v=Lkkpk-UsgLs

Lamentation de Didon (Dido and Æneas), Tatiana Troyanos, mezzo-soprano.
(http://www.youtube.com/watch?v=3FIRDl1OpC0)

Music for a While, Alfred Deller, contre-ténor.
https://www.youtube.com/watch?v=trOXaDeFeD4

Music for the Funeral of Queen Mary (ensemble non précisé).
https://www.youtube.com/watch?v=yGYQtNAHbX4&feature=related

« Rondeau tiré » (tiré d’Abdelazar), Wynton Marsalis, trompette.
https://www.youtube.com/watch?v=L5-3clJhnTk
   
« Fairest Isle » (tiré de King Arthur), Sylvia McNair.
https://www.youtube.com/watch?v=jrfJWFM70RA&feature=related

« O let me weep » (tiré de The Fairy Queen, Z. 629) Sylvia McNair et le Vienna Concentus Musicus, dir. Nikolaus Harnoncourt.
https://www.youtube.com/watch?v=32NjIl6fH8s&feature=related

« If Love’s a Sweet Passion » (tiré de The Fairy Queen), Véronique Gens, soprano.
https://www.youtube.com/watch?v=k-WyxbwU82A

« Sweeter than Roses », Emma Kirkby, soprano.
https://www.youtube.com/watch?v=cA-vgDYqAdg&feature=related

« Hear my prayer,O Lord », Collegium Vocale, dir. Philippe Herreweghe.
https://www.youtube.com/watch?v=X0lHKbDYbHQ

« O solitude », James Bowman, contre-ténor.
https://www.youtube.com/watch?v=s5Bv3307x08


Haydn

La création (oratorio), Les Arts Florissants, dir. William Christie.
https://www.youtube.com/watch?v=Q5RHDwdaanQ

La création (le premier jour), Gabrieli Consort and Players.
https://www.youtube.com/watch?v=3Yg6PMCkmJc&feature=related

Les sept dernières paroles du Christ, Le Concert des Nations, dir. Jordi Savall
https://www.youtube.com/watch?v=MIXWIp6Gkh4

Sonate en do majeur, HOB. 50, 2e et 3e mouvements, Marc-André Hamelin, piano.
https://www.youtube.com/watch?v=MUw2S06NrsA&feature=related

Concerto pour violoncelle, Mstislav Rostropovitch, violoncelle.
https://www.youtube.com/watch?v=PnzLEDDbANY

Symphonie no 99, 1er mouvement : Adagio – Vivace assai, Orchestre du Concertgebouw, dir.
Nikolaus Harnoncourt.
http://www.youtube.com/watch?v=MbZ1OVfzIPU&feature=PlayList&p=C1882920A95437D4&index=5

Symphonie no 29, 4e mouvement (orchestre non précisé).   
https://www.youtube.com/watch?v=QSbj6Oti_Tg&feature=PlayList&p=C1882920A95437D4&index=14


Orfeo ed Eurydice, Cecilia Bartoli, mezzo-soprano.   
https://www.youtube.com/watch?v=NAJqwHa04Eo&feature=PlayList&p=C1882920A95437D4&index=35


Symphonie no 101 en ré majeur, « L’Horloge », 2e mouvement – Andante, London Symphony.   
https://www.youtube.com/watch?v=B0GCyxO3H9Y&feature=PlayList&p=C1882920A95437D4&index=37

 

Mendelssohn

Concerto pour violon, 1er mouvement, Anne-Sophie Mutter, violon.
http://www.youtube.com/watch?v=_0sDAdyMtnk

Octuor à cordes, 4e mouvement, Academy Chamber Ensemble.
https://www.youtube.com/watch?v=7ca9FgTEQjE&feature=related

Symphonie pour cordes no 8 en ré majeur, version pour grand orchestre (ensemble non précisé)
https://www.youtube.com/watch?v=0y8UeCQy5Us

Die Hebriden, ouverture, 1re partie, Moores School Chamber Orchestra, dir. Hector Aguero, Jr.
https://www.youtube.com/watch?v=m2BcXRCb2Zs

Symphonie pour cordes no 3 en mi mineur (ensemble non précisé).
https://www.youtube.com/watch?v=DO5mROZbkME&feature=related

Concerto pour piano no 1, finale, Rudolf Serkin, piano.
http://www.youtube.com/watch?v=m_kNSjYuJeg

Songe d’une nuit d’été, op. 61, Scherzo, Chicago Symphony, dir. James Levine.
https://www.youtube.com/watch?v=oXW60zFpRwc

Songe d’une nuit d’été, op. 61, Marche nuptiale, London Symphony Orchestra.
https://www.youtube.com/watch?v=bDr8Q7lDW8o&feature=PlayList&p=126D45FA90D49121&playnext=1&playnext_from=PL&index=3

Chanson sans paroles, op. 19 nos 1-3, Daniel Barenboim, piano.
http://www.youtube.com/watch?v=CGxX2xQnDmw

Les plus populaires