Ce qu’il me reste de 2012

Les spectacles

1. La carte blanche à Loui Mauffette [instigateur de Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent qui, chaque année depuis 2006, suscite unanimité critique et salles combles] intitulée Est-ce qu’on pourrait pleurer un tout petit peu ? Pourquoi, un peu ? Dans le studio de la Place des Arts, ça pleurait et riait en même temps. Grand de carcasse et de cœur, tout plein d’enfance et de douleur, doté d’une extraordinaire force de persuasion et d’amis merveilleux (Thomas Furey, Betty Bonifassi, Maxim Gaudette, Pascale Desrochers, Nathalie Breuer), Mauffette disait la poésie comme on offre des fleurs. Quand, sur scène, il répétait «J’veux pas qu’ça finisse», le spectateur pensait exactement la même chose. On exige un rappel.

2. Sur le concept du visage de Dieu, de Romeo Castellucci (vu au Festival TransAmériques). La pièce met en scène un père et son fils se mesurant, jusque dans ses aspects les plus triviaux, au déclin physique induit par l’âge devant un portrait géant du Christ peint par Antonello de Messine. Une poignante histoire d’amour et de compassion, que certains intégristes ont jugée « christianophobe ». Non, mais faut-tu avoir le plafond bas !

Le théâtre

Une gerbe de bravos à :

Violette Chauveau (devant) et Évelyne de la Chenelière © Caroline Laberge

1. Violette Chauveau dans Une vie pour deux, d’Évelyne de la Chenelière. L’Association québécoise des critiques de théâtre, avec les choix de laquelle je suis rarement d’accord, lui a accordé son prix 2012 « Interprétation féminine – Montréal ».

2. Céline Bonnier, Sébastien Ricard et Marc Béland dans L’opéra de quat’sous, réinventé par Brigitte Haentjens.

3. Louise Bombardier, époustouflante de punch dans Billy (les jours de hurlement), de Fabien Cloutier.

Le cinéma

J’applaudis des deux mains :

1. Rachel Mwanza dans Rebelle, de Kim Nguyen.

2. Micheline Bernard dans La mise à l’aveugle, de Simon Galiero.

3. Melvil Poupaud dans Laurence Anyways, de Xavier Dolan.

4. Évelyne Brochu dans Inch’Allah, d’Anaïs Barbeau-Lavalette.

5. Julien Poulin (et Stéphane Breton et Patrice Dubois) dans Camion, de Rafaël Ouellet.

6. Ali Ammar dans Roméo Onze, d’Ivan Grbovic.

7. La poésie du Polonais Edward Stachura dans Tout ce que tu possèdes, de Bernard Émond.

8. Les zébus, lamas, girafes, autruches, ours noirs, macaques, tigres… et autres vedettes de Bestiaire, de Denis Côté.

La télévision

Je lève mon verre et ma casquette à :

1. Anne Dorval et Marc Labrèche dans Les bobos.

2. Micheline Lanctôt, Guylaine Tremblay, Céline Bonnier, pis les autres et pis tout le monde dans Unité 9, même si on a hâte que l’intrigue progresse.

3. Antoine Bertrand aux Enfants de la télé [aux côtés de Véronique Cloutier : franchement, en animation, on ne fait pas mieux qu’elle].

4. Anne Élisabeth Bossé (Valérie dans Adam et Ève, Lauriane Bernier dans Toute la vérité, amie du couple azimuté des Bobos). Elle était formidable en « fille à lunettes » dans Les amours imaginaires, de Xavier Dolan.

Le disque

À écouter l’auteure-compositrice-interprète Marie-Pierre Arthur, on comprend à quelle école sont allées plusieurs nouvelles venues dans la chanson. Bassiste et choriste de nombreux artistes, Arthur a lancé son premier album en 2009. Paru début 2012, Aux alentours se révèle plus frontal, plus direct. Si le premier « éparpillait la lenteur », le second ne perd pas une miette à installer l’ambiance. Du soul-folk-rock qui écarquille les oreilles. La reine Arthur  a reçu le Prix Félix-Leclerc de la chanson 2012.

J’écoute encore, j’écouterai longtemps : Bernard Adamus (No 2) ; Avec pas d’casque (Astronomie) ; Louis-Jean Cormier (Le treizième étage) ; Karim Ouellet (Fox).

Un clip (des fêtes)

De très bonnes choses dans ce mini-Bye Bye 2012 en chanson avec… René Angélil et son épouse, Léo Bureau-Blouin, Pauline Marois et son prédécesseur, Anne-Marie Dussault et matricule 728. Idée originale, conception, textes et voix : Jocelyn Lebeau et Martin Proulx, déjà derrière Projet 4 septembre, cinq capsules vidéo amusantes mises en ligne pour inciter les électeurs de 18 à 35 ans à prendre part à la dernière campagne électorale québécoise. Les gars annoncent leur retour en 2013.  On les surveillera.

La saison

Le printemps. Les étudiants au carré rouge ont rempli la mission que la plupart des artistes ont du mal à soutenir dans les salles : s’indigner, protester, provoquer, contester l’ordre ancien, les institutions, les potentats. À quand un prochain printemps remuant ?

Le mot

Ai lu, entendu un million de fois le mot génial. Collé à un yogourt, un concept, un char, un ti-bébé, une chanteuse, une moustache, un tableau, une tendance… Tout le monde, et son père, est génial. Surutilisé, le mot s’est usé. Je suggère de le remplacer par  « jambon ».

L’entrevue

Céline Dion à Tout le monde en parle. Pour une fois déjuliesnyderisée, la chanteuse nous a donné sa sincérité, sa fatigue et sa vérité à peine maquillée par quelques phrases toutes faites.

La phrase

Dans La Presse du 12 décembre 2012, sous le titre La SODEC veut de meilleurs scénarios, je relis cette phrase attribuée à François Macerola, le président de la SODEC : « Dans ce projet [L’appât, sorti en 2010, dans lequel Anthony Kavanagh devait jouer l’un des rôles principaux, c’est moi qui souligne], nous avions négocié des conditions et celles-ci n’auraient peut-être pas été les mêmes si on avait su que le rôle irait à Rachid Badouri. » Ma question : est-ce que l’on octroie des subsides à un film pour son scénario ou pour les acteurs qui y sont associés ?  Ou, autrement formulée : veut-on de meilleurs scénarios ou des acteurs plus bankables ? Bien avisée, la SODEC a financé L’empire Bo$$é, avec Guy A. Lepage et Claude Legault : un bide de chez bide. J’ajoute que Badouri était l’un des bons éléments du film d’Yves Simoneau.

Le regret

Steve Laplante

La disparition de Tu m’aimes-tu ? Au lieu de stopper la série et de remercier ses auteurs, Frédéric Blanchette et Steve Laplante [qui avaient déjà écrit plus de la moitié des textes de la deuxième saison], j’aurais viré le réalisateur Podz, particulièrement pataud en comédie, fut-elle dramatique. L’émission a mis du temps à trouver son rythme, ralenti exagérément par la réalisation arty, les images se regardant très souvent le nombril. Les téléspectateurs disaient : « C’est beau à regarder. » Oui, mais, on aurait bien aimé entendre. Or, le texte n’est pas la force de Podz. Pour Steve Laplante, Isabelle Blais, Magalie Lépine-Blondeau, Tu m’aimes-tu ? aurait dû continuer. Même Sébastien Huberdeau, qui ne nous a pas convaincu tout de suite dans son rôle de photographe submergé par une peine d’amour, avait fini par surmonter son chagrin et nous accrocher.

La déception

La démesure d’une 32A, d’après les textes de Clémence DesRochers. À la conception, au collage et à la mise en scène, Brigitte Poupart a démontré que la poésie de Clémence ne supporte pas les poses, les postures, la théâtralisation outrée. À l’interprétation : la délicieuse Pascale Montpetit, hélas phagocytée par un environnement visuel superfétatoire et, le temps de quelques chansons qui laissaient la comédienne en carafe sur scène, par la voix enregistrée d’Ariane Moffatt (qui a composé des musiques originales sur des textes de Clémence). De plus, on avait privilégié, dans la salle d’Espace Go, une formule cabaret (avec tables, service de bar) que le spectacle sur scène n’encourageait nullement.

La joie

Le retour de Cavalia. En 2011, j’étais tombé de selle en voyant Odysseo, scotché par la scénographie de Guillaume Lord, la musique en direct de Michel Cusson, la conception visuelle de Geodezik, les éclairages d’Alain Lortie, les chorégraphies équestres de Benjamin Aillaud et la magnificence des chevaux – appaloosa, arabe, lusitanien, pure race espagnole, quarter horse, etc. De retour sous le « plus grand chapiteau du monde » où rien n’obstrue la vue. À Laval (2805, boul. du Souvenir) du 14 au 26 mai avec un paquet de supplémentaires à prévoir. 1 866 999-8111.

* * *

S’il y a un creux dans votre party du jour de l’An, demandez à vos amis de jouer à imiter les gars de DanceBox. En général, ça remet l’ambiance.

Laisser un commentaire
Les plus populaires