Ces enfants qui divorcent

La réalisatrice yéménite Khadija al-Salami se penche sur l’histoire d’une fillette de 10 ans qu’on a mariée de force à un homme âgé de 20 ans de plus qu’elle.

Une scène du film Moi No Joom, 10 ans, divorcée (Photo: Axia Films)
Une scène du film Moi No Joom, 10 ans, divorcée. (Photo: Axia Films)

«Je veux divorcer.»

Voilà une phrase qu’on ne prononce jamais à la légère. Or, il y a des coins du monde où ces mots font plus de bruit qu’ailleurs.

Quand ils sortent de la bouche d’une enfant de 10 ans, une jeune Yéménite de surcroît, dont on a arrangé le mariage et qui porte sur ses frêles épaules des notions telles que le devoir d’obéissance au père et l’honneur de la famille, ils ont ni plus ni moins l’effet d’une bombe.

 

Avec son film Moi Nojoom, 10 ans, divorcée, la réalisatrice yéménite Khadija al-Salami se penche sur l’histoire de Nojoom, fillette rieuse et indépendante d’esprit pour qui tout s’écroule quand on la marie de force à un homme qui a 20 ans de plus qu’elle. Courageuse, intrépide même, elle va parvenir à s’échapper et tenter de recouvrer sa liberté.

Khadija al-Salami, elle-même victime dans son enfance d’un mariage arrangé, apporte un éclairage nouveau sur le sort des quelque 15 millions de fillettes mariées de force chaque année — au Yémen, le phénomène toucherait près d’un tiers d’entre elles.

En lice pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, le long métrage met des émotions et des visages sur ces statistiques affolantes. Khadija al-Salami espère contribuer à ce que le monde ouvre les yeux sur ces coutumes d’un autre âge, en particulier ceux qui continuent de les défendre et de les appliquer.

En salle le 14 octobre.

Les commentaires sont fermés.

Quel immense courage pour cette réalisatrice qui tente de briser le mur du silence. Sous le couvert de la religion et des coutumes, ils confient leurs enfants à des pédophiles et des agresseurs. Quels sont ces hommes qui violent des enfants? Quels sont ces hommes dont les femmes se protègent en se voilant? Quels sont ces hommes qui n’osent même pas défendre les femmes et les enfants? Quels sont des hommes impossibles à aimer?

Aïcha, l’épouse préférée de Mahomet, avait entre 6 et 9 ans à la date du mariage. Si c’est bon pour le Prophète … .
Faut croire que certaines parties du monde vivent encore selon les mêmes règles.

J’aimerais être courageuse comme cette petite fille qui va au bout de ces rêves. Quel courage Khadija de dénoncer de telles situations et d’éveiller nos consciences.

Comment est-ce possible en 2016? Même si on me dit que c’est culturel, je ne peux m’imaginer abandonner ma fille de 10 ans à une étranger de 20 ans son aîné. Moi ce serait: Ne touchez pas à mon enfant!

Une autre religion sectaire qui est sans amour ! Voyons-donc marier une jeune enfant a un homme 20 ans plus vieux; c’ est de la pédophilie !! Et le père dans tout cela est vraiment inhumain ! Je ne parle pas de la mère dans tout cela, car elle n’ a aucun droit même pas de défendre et protéger sa petite fille !!!

Je suis atterrée. J’ai l’impression de ne pas vivre sur la même planète tant leurs coutumes sont archaïques. Voir si on «déflore» une fillette de dix ans. C’est ahurissant… Je me sens bien impuissante.

Bravo à cette courageuse dame. Son entrevue à TLMEP était troublante. Une religion tout croche. Une belle bande de salauds.

Les plus populaires