C’est la fête de Montréal le 17 mai

Je vous note la première phrase du communiqué du Partenariat du Quartier des spectacles : « La fête de Montréal est de retour […] afin de souligner la date anniversaire de la fondation de Montréal. » La ville a 370 ans, et on s’en fout un peu, mais on accepte le prétexte sans rechigner si c’est pour se voir offrir, le 17 mai entre 7 h 30 et 18 h, quelque 250 artistes gratisses. En musique : Chloé Lacasse, Martin Léon, Catherine Major, la Fanfare Pourpour ; Yann Perreau et son piano à queue à ciel ouvert sur l’esplanade de la Place des Arts. Aussi de la danse, du cirque, de l’humour (avec le duo Sèxe Illégal) et des installations aussi fantaisistes que Cueillir un nuage, soit « un champ de barbe à papa comestible ». Comestible, oui, servez-vous.

Je reviens au communiqué, deuxième phrase : « Venez célébrer le début de la saison estivale le 17 mai prochain. » On peut-tu, à la mi-mai, vivre le printemps jusqu’au bout avant de célébrer la saison estivale et de subir la dictature de 18 000 festivals ?

• Si le 17 mai, c’est la date anniversaire de la fondation de Montréal, c’est  aussi la fête de saint Pascal, la fête nationale norvégienne, la Journée internationale contre l’homophobie, la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information, l’anniversaire de Pierre Flynn, de Jamil et de ma tante Délima.

 

Laisser un commentaire