CHANSON / La fièvre de Clara Furey

C’est une pile, un petit ressort, une jeune femme avec le diable aux jambes. Dire qu’elle possède un air de famille est un euphémisme : fille de Carole Laure et de Lewis Furey – furieusement beaux dans la trentaine et quels restes à l’aube de la soixantaine ! –, elle ne doit pas craindre les miroirs.  À l’âge où on se demande comment trouver sa place, Clara Furey chauffe déjà la sienne. Et dans la polyvalence : danseuse, actrice, auteure-compositrice et interprète.

Photo : Francis Ducharme
Photo : Francis Ducharme

Pour l’heure, elle nous convoque à un spectacle de ses chansons, la plupart en anglais, arrangées par le musicien Owen Chapman. Quand Clara chante une ballade, on reçoit une pluie de pétales sur le coco, et le cœur cogne plus fort.

Sur scène, elle apporte l’air du dehors, un vent de modernité et… son piano. L’accompagnent également : deux choristes et des invités, dont son frère Tomas Furey, musicien électro-acousticien. Cela sent bon.

Carte blanche à Clara Furey, Théâtre de Quat’Sous, à Montréal, du 21 au 25 oct., 514 845-7277.


Laisser un commentaire