Comment la musique fait de plus en plus la part belle à la danse

L’intensité de cette union est assez variable selon les époques — le pivot des années 1980 et 1990 dans la pop restera un âge d’or en la matière —, mais il est clair que danse et musique ont récemment renouvelé leurs vœux.

La musique et le mouvement des corps sont indissociables. La mélodie, le rythme, l’énergie, la vibration, tout fait bouger la bête humaine. La musique crée parfois un simple hochement de tête, parfois un fort déhanchement. Et depuis qu’elle se transpose en images — dans les films, à la télé, dans les vidéoclips —, les deux univers artistiques se sont toujours tenus par la main.

L’intensité de cette union est assez variable selon les époques — le pivot des années 1980 et 1990 dans la pop restera un âge d’or en la matière —, mais il est clair que danse et musique ont récemment renouvelé leurs vœux.

À titre d’exemple, la Française Christine and the Queens a fait de ses pas de danse moderne l’essentiel de sa signature visuelle, elle qui s’inspire notamment de Michael Jackson dans ses clips et sur scène. Will Butler, membre du groupe Arcade Fire, a quant à lui lancé en octobre un vidéoclip pour sa pièce «Anna», où l’on peut voir la comédienne Emma Stone joliment multiplier les steppettes pendant quatre minutes en compagnie de matelots sur le Queen Mary.

Les artistes du Québec ont également pris le bateau, entre autres grâce au danseur Nico Archam­bault. Ce dernier a travaillé avec Cœur de pirate, qui sur scène délaisse désormais souvent son piano pour effectuer des figures. Ce même Archambault a en outre été réalisateur et acteur pour le clip de la chanson «Automne», du trio rap Loud Lary Ajust (où l’on entend par ailleurs Karim Ouellet chanter le refrain).

Le groupe montréalais Dear Criminals — dans lequel on retrouve deux membres de Random Recipe — a aussi fait la part belle à la danse, en invitant pour son clip Crave les doués Clara Furey et Francis Ducharme à livrer une performance physique tantôt sensuelle, tantôt déchirante. La table est bien mise pour que la musique en 2016 rebondisse, vrille et saute.