Culture en Colombie-Britannique : les étoiles d’une société distincte

La Colombie-Britannique, c’est bien plus que des montagnes et des saumons ! Voici une sélection d’auteurs et d’artistes incontournables.

Photo : Michael Hurcomb
Photo : Michael Hurcomb

UN AIR DU PACIFIQUE
Le compositeur Matthew Good, de Burnaby, montre sans détour ses influences vancouvéroises. En témoignent Hospital Music (2007), qui s’inspire du quartier Downtown Eastside, à quelques rues de son studio de Gastown, et Vancouver (2009), fruit de ses réflexions sur le passé et le présent de sa ville.

 


LE CYBERESPACE, C’EST DE LUI !
Dès son premier roman, Neuromancien (1984), l’auteur de science-fiction William Gibson s’est fait le chef de file du mouvement cyberpunk, et on lui doit notamment le terme « cyberspace ». Américain d’origine, Gibson a fui son pays pour échapper au service militaire obligatoire pendant la guerre du Viêt Nam et s’est établi à Vancouver. (Photo : Wikimedia Commons)

 

DE VANCOUVER À SARAJEVO
Que leur action se déroule en Roumanie (Ascension, 2003), en Amérique du Nord (Finnie Walsh, 2000) ou à Sarajevo (The Cellist of Sarajevo, 2008), les romans de Steven Galloway ont une portée universelle. The Cellist of Sarajevo a été traduit dans plusieurs langues et vendu dans une trentaine de pays. Steven Galloway enseigne l’écriture à l’Université de la Colombie-Britannique.

 


LE JAZZ BC S’EXPORTE

Diana Krall, originaire de Nanaimo, a depuis belle lurette franchi les frontières de la province grâce à sa voix, capable de rivaliser avec celle des plus grandes chanteuses de jazz américaines. Le compositeur et saxophoniste Mike Allen n’est pas en reste. En 1993, il figurait sur la liste des six « Interesting Canadians to Watch » du Globe and Mail. Depuis, le musicien est devenu une figure incontournable du jazz canadien. Ses trois derniers albums ont été encensés par la critique. (Photo : Jim Cooper / PC)



DE LA GÉNÉRATION X À LA GÉNÉRATION A
C’est à Douglas Coupland qu’on doit l’expression « génération X », qu’il a créée pour définir les « jeunes » nés dans les années 1960, sujet de son roman Generation X (1991). Prolifique (artiste multidisciplinaire et auteur de 20 ouvrages), il est reconnu pour ses romans disjonctés. Dans jPod (2006), adapté à la télé en 2007, il dresse avec humour le portrait de cinq geeks qui travaillent dans l’industrie des jeux vidéo, à Vancouver. Son dernier roman, Generation A (2009), qui traite de la disparition des abeilles, est finaliste pour le prix Dr Rogers 2009.

 


UN ORCHESTRE ET SON CHEF
L’Orchestre symphonique de Vancouver
ne chôme pas. Sous la baguette de Bramwell Tovey, il donne plus de 150 concerts par année, ce qui en fait un des plus prolifiques au pays. L’enregistrement, en 2008, des concertos pour violon de Korngold, Barber et Walton, avec le violoniste James Ehnes, a remporté un Grammy pour la meilleure performance instrumentale solo (avec orchestre) et un Juno pour l’album classique de l’année (grand ensemble). (Photo : Propaganda Foto)

 


ILS FONT DANSER LES FOULES

Les influences celtes et folks de Spirit of the West, le pendant vancouvérois de Mes Aïeux, font encore taper du pied les foules plus de 25 ans après la création du groupe. Sa chanson la plus connue, « Home for a Rest », est devenue un hymne à la fête partout au pays. (Photo : Suzanne Stojwons)

 


PETITES HISTOIRES IMPROBABLES

Bûcherons, artistes et autochtones… Dans The Man Game (2008), Lee Henderson brosse avec beaucoup d’imagination le portrait des premiers habitants de Vancouver, au 19e siècle. Ce premier roman lui a valu le prix de littérature de fiction Ethel Wilson en 2009, décerné au meilleur roman publié par un auteur de la Colombie-Britannique, et vient tout juste de remporter le Prix du livre de Vancouver.

 


TOUS GENRES CONFONDUS

Originaire de Victoria, l’auteure-compositrice-interprète Nelly Furtado entrecroise les langues et les genres, passant de l’anglais au portugais et à l’espagnol, et du folk au hip-hop et au rhythm and blues. La chanteuse vient de lancer son premier album en espagnol, Mi Plan (2009), et doit bientôt en sortir deux autres, un en portugais et un en anglais. (Photo : Matt Sayles / AP / PC)

 


L’HISTOIRE SELON JOHN VAILLANT

Toute l’histoire de la Colombie-Britannique est contenue dans The Golden Spruce – A True Story of Myth, Madness and Greed (2005), de John Vaillant. Pourtant, tout commence par un fait divers : après avoir abattu une épinette mythique sur les îles de la Reine-Charlotte, un excentrique du nom de Grant Hadwin disparaît. Vaillant retrace avec beaucoup de rigueur le parcours singulier – mais véritable – de l’homme et de l’arbre. Son essai lui a valu le Prix du Gouverneur général en 2005.

 


LE CÉLINE DE BURNABY

La petite municipalité de Charlemagne a vu naître Céline Dion, celle de Burnaby, Michael Bublé. Le crooner, fils d’un pêcheur de saumon, a conquis les publics canadien et étranger avec les reprises énergiques qu’il a faites des succès « Fever », « The Way You Look Tonight » et « Moondance ». (Photo : Richard Lam / PC)

 


L’APPEL DE L’OUEST

Sarah McLachlan a quitté Halifax, sa ville natale, pour Vancouver il y a plus de 20 ans, et c’est depuis la côte Ouest que sa carrière a pris son vol. On ne compte plus les prix et honneurs (Grammy, Génie, Ordre du Canada, Ordre de la Colombie-Britannique…) que l’auteure-compositrice-interprète a reçus, ainsi que les causes qu’elle défend. (Photo : Jeff McIntosh / PC)

 


SOUVENIRS DE GUERRE

Dans Obasan (1981), Joy Kogawa rappelle le traitement réservé aux Canadiens d’origine japonaise qu’on a dépossédés de leurs biens et placés dans des camps d’internement pendant la Deuxième Guerre mondiale. Au fil de la correspondance entre une tante et sa nièce, l’auteure apporte un témoignage humain à cette page sombre de l’histoire de la côte Ouest. (Photo : S. Doucette / PC)

 

L’ERRANCE
Deni Yvan Béchard n’avait que 10 ans lorsqu’il a quitté son Vancouver natal avec sa mère, son frère et sa sœur pour aller vivre aux États-Unis. Vandal Love ou Perdus en Amérique (2006) lui a valu le Prix des écrivains du Commonwealth 2007 pour un premier roman. Le jeune auteur, né en 1974, y retrace le dur parcours de son père, d’origine gaspésienne. Deni Yvan Béchard vit aujourd’hui à Boston.

 


ARISTOTE REVISITÉ

Annabel Lyon réinvente la vie d’Aristote dans son roman The Golden Mean (2009), en nomination pour trois prix littéraires. L’auteure avait d’abord publié des nouvelles.

 


ROCKEUR SOUS INFLUENCES
C’est dans les boîtes de nuit de Vancouver que le célèbre rockeur d’origine ontarienne Bryan Adams a fait ses débuts. Ses studios sont d’ailleurs toujours situés dans le quartier historique de Gastown, à Vancouver. Influences de la côte Ouest ? Le rockeur, végétalien, s’investit dans les campagnes en faveur de la protection des animaux. (Photo : Frank Gunn / PC)

 


AUSSI À DÉCOUVRIR

 – Shoeless Joe (1982), de William Patrick Kinsella, adapté au grand écran sous le titre Field of Dreams (Jusqu’au bout du rêve), mettant en vedette Kevin Costner.
 – Stanley Park (2001) et Silent Cruise (2002), de Timothy Taylor, deux romans qui ont Vancouver pour toile de fond.
 – The 100-Mile Diet : A Year of Local Eating (2007), d’Alisa Smith et J.B. Mackinnon, une expérience culinaire qui s’est transformée en phénomène social.
 – C’est encore loin, le bonheur ? (2009), premier roman prometteur de Michèle Smolkin, où le passé et le présent, l’Europe et la côte Ouest se côtoient.

 


UNE AUTRE VAGUE À ÉCOUTER
 – Les consonances folks du quatuor vancouvérois Hey Ocean !, qui réussit à toucher un public de tous les âges.
 – Delhi 2 Dublin, groupe qui mélange musique dub, bhangra et celte. Ce quintette représente bien le multiculturalisme de Vancouver.
 – La pop mélodieuse des New Pornographers dans Mass Romantic (2000), l’album qui les a fait connaître.
 – Les sonorités de Mother Mother (Touch Up et O My Heart) et celles, plus folks, du dernier album de The Paperboys, The Roadto Ellenside.

Les plus populaires