Agenda culturel

La 32e édition de Coup de cœur francophone et les films à ne pas manquer au festival Cinemania.

Photo : Christian Leduc

L’incontournable de l’automne

Coup de cœur francophone clôt le cycle annuel des festivals de la province par une programmation riche en valeurs sûres et en découvertes pour sa 32e édition. Parmi les concerts à ne pas manquer :

  • Pour souligner le 30e anniversaire d’Amère America, son premier album, qui revitalisa la chanson québécoise avec ses paroles engagées et sa facture art rock moderne, Luc De Larochellière interprétera l’opus dans son intégralité, accompagné de ses musiciens de l’époque, notamment les frères Marc et François Pérusse. Le 1er novembre au Lion d’Or.
  • L’indomptable bête de scène Lucien Francœur fêtera son 70e anniversaire de naissance avec les membres de sa mythique formation Aut’Chose. Le 2 novembre aux Foufounes électriques.
  • Dans un format plus intime, Marjo donnera un rare spectacle acoustique (le 10 novembre au Quai des brumes), tandis que Zachary Richard rendra hommage à sa Louisiane natale avec le spectacle solo Gombo (le 3 novembre à L’Astral).
  • Salomé Leclerc présentera la première montréalaise de son nouveau spectacle. Le 9 novembre au Ministère.
  • Et Philippe B offrira un concert unique, avec une mouture rock de son répertoire en compagnie de l’orchestre The Alphabet. Le 8 novembre au Club Soda.

Du 1er au 11 novembre à Montréal. (O.B.-M.)

* * *

Le grand bain (Photo : D.R.)

Cyrano à Cinemania

Le 24e festival de films francophones s’annonce riche. En ouverture, on aura droit à Doubles vies, long métrage d’Olivier Assayas, dans lequel le cinéaste s’intéresse au monde de l’édition et renoue avec Juliette Binoche. En clôture de festival, le comédien français Thomas Solivérès viendra présenter Edmond, long métrage d’Alexis Michalik basé sur la pièce du même nom, qui relate la création de la comédie Cyrano de Bergerac, à la fin du XIXe siècle. Aussi au programme : Le grand bain, de Gilles Lellouche, Les Filles du soleil, d’Eva Husson, et Pauvre Georges !, de Claire Devers. Du 1er au 11 novembre à Montréal. (V.T.)

* * *

Karen Young et Marianne Trudel. (Photo : Michel Pinault)

« Lorsqu’on interprète Joni, la poésie est si importante. Il faut entrer profondément dans chaque phrase, dans chaque description. »

— La chanteuse Karen Young, de concert avec la pianiste Marianne Trudel, lance ce mois-ci l’album Portraits : Songs of Joni Mitchell

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie