Des architectes québécois qui font leur marque !

Ici comme ailleurs, ils récoltent les honneurs pour les résidences, salles de spectacle et facultés d’enseignement qu’ils dessinent. Des «starchitectes» québécois dévoilent leur vision de leur art et, en photos, certaines de leurs réalisations les plus spectaculaires.

pierre-thibault-architecte

ATELIER PIERRE THIBAULT
Québec et Montréal
Depuis 1988

La maison noire – Photo : © Alain Laforest
La maison noire – Photo : © Alain Laforest

Pour Pierre Thibault, né à Montréal, « construire est l’un des actes les plus importants que peut poser une société, parce qu’il laisse une empreinte sur le territoire ; il modifie le rapport qu’elle entretient avec lui, sa façon de le percevoir, de l’appréhender et de l’habiter ». L’architecte, qui enseigne aussi à l’Université Laval, à Québec, prône le dépouillement et la simplicité — combinés à une fusion avec l’environnement —, ce qu’on peut observer dans tous les endroits qu’il esquisse (maisons, musées, centres d’interprétation, laboratoires, salles de théâtre et même… abbayes !).

Abbaye cistercienne de Saint-Jean-de-Matha – Photo : © Alain Laforest
Abbaye cistercienne de Saint-Jean-de-Matha – Photo : © Alain Laforest

Projets et distinctions :
– Abbaye cistercienne de Saint-Jean-de-Matha (Deuxième prix d’excellence – Ordre des architectes du Québec ; Prix d’excellence – Magazine Canadian Architect)
– Les Abouts – Résidence dans les Bois-Francs (Prix d’excellence – Ordre des architectes du Québec)
– La maison noire – Résidence dans les Laurentides (Prix Intérieurs Ferdie, catégories Espace résidentiel et Prix du public)
– Espace chorégraphique de la Fondation Jean-Pierre Perreault – Montréal (Prix d’excellence – Ordre des architectes du Québec)

Quelle est l’importance de l’architecture dans la société ?

Elle représente l’expression même de sa culture, d’où l’importance de ne pas copier ce qui se fait ailleurs. Malheureusement, l’architecture canadienne a tendance à ressembler à celle qu’on trouve aux États-Unis… Il faut concevoir des espaces propres à notre société. Par exemple, au Danemark, la ville de Copenhague a privilégié le transport en commun et le vélo, parce qu’elle ne produit pas d’automobiles. Pourquoi ne pas organiser l’espace de cette façon également au Québec ?

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Les granges, exemples parfaits de sobriété et d’élégance. Elles m’inspirent tant par leur construction que par leur intégration dans l’environnement. Aussi, les jardins japonais, pour l’organisation de l’espace qu’ils occupent. On crée quelque chose d’infiniment grand sur des surfaces limitées, un art qu’on ne semble pas avoir totalement compris en Amérique du Nord.

La grande boudeuse – Photo : © Alain Laforest
La grande boudeuse – Photo : © Alain Laforest

De quoi a besoin l’architecture au Québec ?

D’un plan d’ensemble pour créer une plus grande cohésion. On a tendance à construire un petit bout d’autoroute par-ci, une portion de piste cyclable par-là, sans savoir réellement où on va. Il nous faut mieux assembler tous les morceaux du casse-tête et, surtout, redonner la place aux créateurs. Notre vision des projets d’architecture demeure trop ancrée dans les années 1960 plutôt que dans le XXIe siècle.

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?

Concevoir ici même les lieux d’enseignement les plus agréables et les plus enviés au monde. Pourquoi ne pas y ajouter des jardins sublimes ? Y greffer des espaces réservés aux gens du troisième âge, qui pourraient y apprendre un tas de choses ?

 

 

* * *

yh2-architectes
YH2
Loukas Yiacouvakis et Marie-Claude Hamelin

Montréal
Depuis 1994

La Cornette – Photo : © Francis Pelletier
La Cornette – Photo : © Francis Pelletier

Projets et distinctions :
– La Cornette – Résidence secondaire dans le canton de Cleveland (Premier prix, catégorie Bâtiments résidentiels de type unifamilial – Ordre des architectes du Québec)
– Géométrie noire – Résidence secondaire à Saint-Hippolyte (Deuxième prix, catégorie Bâtiments résidentiels de type unifamilial – Ordre des architectes du Québec)
– Géométrie bleue – Maison de campagne aux Îles-de-la-Madeleine (Prix d’excellence, catégorie résidentielle – Ordre des architectes du Québec)

« L’architecture doit interpeler tous les sens et permettre d’inventer des mondes nouveaux. C’est un outil de création et de transformation du quotidien », croient Loukas Yiacouvakis, 49 ans, et Marie-Claude Hamelin, 47 ans. Ces dernières années, le couple d’architectes s’est notamment fait connaître grâce à La Cornette, une maison située dans les Cantons-de-l’Est qu’il partage avec un autre couple d’amis, de même que par le projet Géométrie noire, une résidence secondaire située dans les Laurentides qui se démarque par une « volumétrie hors du commun », a jugé l’Ordre des architectes du Québec lorsqu’il lui a décerné un prix.

Géométrie noire – Photo : © Francis Pelletier
Géométrie noire – Photo : © Francis Pelletier

L’architecture est-elle accessible à tout le monde ?

Oui, comme toutes les autres formes de culture. On la découvre comme on découvre la gastronomie ou la musique, à travers une sensibilité particulière qui se doit d’être développée. Cela dit, les architectes sont-ils assez accessibles, eux ? Peut-être pas. Ils ne sont certes pas assez nombreux…

Quelles sont les pires erreurs qu’on puisse commettre en architecture ?

Il faut éviter les modes et l’architecture de magazine, c’est-à-dire celle qui se fout de son contexte et dont le seul but consiste à figurer dans une publication par coup d’éclat. Une architecture consommable en peu de temps qui paraîtra bien sur papier… mais ridicule dans son contexte réel. Aussi, comme dans toute autre forme d’art, il est primordial d’éviter le copier-coller pour plutôt privilégier de vraies compositions cohérentes.

Géométrie bleue – Photo : © Loukas Yiacouvakis
Géométrie bleue – Photo : © Loukas Yiacouvakis

Quels sont les projets d’architecture les plus intéressants à vos yeux ?

À Montréal, le musée de Pointe-à-Callière — dessiné par Dan Hanganu —, qui offre une véritable expérience architecturale, tout comme la faculté de musique de l’Université McGill, conçue par Saucier + Perrotte. À l’étranger, les thermes Vals et les chapelles de l’architecte Peter Zumthor, isolés dans la campagne suisse.

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?

Qu’elle fasse réellement partie de la culture en plus d’être inscrite au cursus de tous les élèves. Et que les maires de chaque municipalité soient urbanistes ou architectes. À titre plus personnel, nous aimerions, par pur plaisir, concevoir… un paquebot ! Mais un vrai de vrai : pas un de ces centres commerciaux flottants.

 

* * *

paulbernier-architecte

PAUL BERNIER ARCHITECTE
Montréal
Depuis 1999

paul-bernier-thibault
Maison Bernier-Thibault – Photo : © Marc Cramer

Projets et distinctions :
– Maison Bernier-Thibault – Résidence à Montréal (Prix Marcel-Parizeau – Ordre des architectes du Québec)
– Hôtel Gault – Hôtel-boutique dans le Vieux-Montréal [réalisé en collaboration avec YH2] (Grand prix – Concours Commerce Design Montréal ; Prix Best of Canada Design – Magazine Canadian Interior)

Natif de Sherbrooke, Paul Bernier s’intéresse à ce qu’il appelle l’architecture inventive. « Un plancher n’a pas à être opaque ; il peut laisser passer la lumière. Un mur n’a pas à être fixe. Et une porte peut s’ouvrir de mille et une façons. » Dans cette optique, l’architecte de 47 ans a conçu le rez-de-chaussée de son œuvre-phare — la Maison Bernier-Thibault, située dans le quartier Plateau-Mont-Royal, à Montréal — en forme de L autour du jardin. Peu de matériaux ont été utilisés pour réaliser cette résidence inondée de lumière naturelle : principalement du merisier massif et de l’acier oxydé brut, « des matières simples, accessibles et locales », indique-t-il. La demeure est aussi dotée d’un toit vert.

paul-bernier-milne

Qu’est-ce que l’architecture pour vous ?

On fait de l’architecture comme on résout une équation à plusieurs variables, lesquelles sont spécifiques au projet : le soleil se lève de ce côté, la vue se trouve là, le budget est de tant, le client aime cuisiner et entendre le bruit du ruisseau… Une multitude de facteurs nous permettent d’inventer la maison.

Quelle est l’importance de l’architecture dans la société ?

Elle anime la ville en favorisant les rencontres entre les gens qui l’habitent. Parfois, ce n’est pas de la grande architecture, mais des structures simples qui permettent à la vie de se dérouler dans ces espaces. Le marché Jean-Talon en est un bon exemple.

Une école lumineuse et bien pensée peut y être pour beaucoup dans le plaisir qu’on éprouve à y apprendre et à y enseigner. Les étudiants et professeurs qui fréquentent l’édifice des HEC — conçu par l’architecte Dan Hanganu — parlent souvent du bonheur qu’ils ressentent à passer du temps dans cet endroit.

Qu’est-ce qui vous inspire ?

La lumière naturelle. Dès les premières visites du site, je porte une attention particulière à la réflexion du soleil. Quel est son parcours dans la journée ? Les arbres filtrent-ils ses rayons ? Quel type de surface vais-je utiliser pour les faire réfléchir? La présence de lumière naturelle contribue de façon marquée à l’expérience architecturale.

J’affectionne aussi particulièrement le travail de Roland Poulin, un de nos grands sculpteurs québécois. Il ne s’agit pas d’architecture. Pourtant, par ses œuvres, cet artiste crée des mises en scène et définit des espaces.

Maison en Abitibi – Photo : © Paul Bernier
Maison en Abitibi – Photo : © Paul Bernier

De quoi a besoin l’architecture au Québec ?

Les villes doivent se doter de meilleures politiques d’urbanisme, notamment pour contrer la logique d’expansion vers les périphéries au détriment des centres-villes. On laisse ces derniers mourir et on construit du neuf ailleurs, toujours plus loin.

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?

Dessiner un pont ! J’aime beaucoup travailler la structure. Le pont, c’est l’objet de structure le plus pur. Une travée pour enjamber un ravin, un ruisseau, un fleuve…

 

* * *

provencherroy

PROVENCHER ROY + ASSOCIÉS
Claude Provencher et Michel Roy
(cofondateurs)
Montréal
Depuis 1983

pr-pda
Espace culturel Georges-Émile-Lapalme, Place des Arts de Montréal — Photo: © Caroline Bergeron

Projets et distinctions :
– Espace culturel Georges-Émile-Lapalme – Montréal (Projet de l’année et Prix d’architecture, catégorie Lieu public et institutionnel – Grands Prix du design 2012 ; Or, catégorie Design intérieur ou commercial – Design Exchange Awards)
– Hôtel Marriott Montréal-Trudeau (Prix Armatura, catégorie Commercial – Institut d’acier d’armature du Québec)
– Centre des collections muséales – Montréal (Prix d’excellence – Association des musées canadiens)
– Pavillon J.-A.-DeSève, Université du Québec à Montréal (Prix Orange, catégorie Aménagement – Sauvons Montréal)

L’environnement et l’architecture durable figurent parmi les préoccupations majeures de l’entreprise fondée par Claude Provencher et Michel Roy, laquelle souffle ses 20 bougies cette année. Une quinzaine de ses professionnels sont agréés LEED (un système nord-américain de standardisation de bâtiments qui privilégie notamment l’efficacité énergétique et une meilleure gestion de la consommation d’eau), et plusieurs membres de son équipe s’impliquent dans le Conseil du bâtiment durable du Canada. Par ailleurs, le cabinet d’architectes a participé en 2010 à l’édification de l’orphelinat Espoir d’enfants de la Fondation Jacqueline-Lessard, en Haïti.

proy-bellini
Complexe des sciences de la vie, Université McGill — Photo: © Tom Arban

Quelle est l’importance de l’architecture dans la société ?

Elle est tout simplement majeure ! Malheureusement, par manque de connaissances et de sensibilité, trop de politiciens ne le voient pas. Ils associent l’architecture à une dépense et non à un investissement. Or, plusieurs villes du monde ont compris depuis longtemps qu’on attire les visiteurs, les étudiants et les futurs résidants en investissant dans une architecture de qualité.

L’architecture est-elle accessible à tout le monde ?

Absolument. C’est avant tout une question de sensibilité et d’intelligence. Des projets dotés de budgets limités sont souvent réalisés par de bons architectes capables d’en comprendre l’essence et d’en faire un succès malgré les contraintes de toutes natures.

Quels sont les projets d’architecture les plus intéressants à vos yeux ?

Au Québec, il faut souligner la conception du siège social de la Caisse de dépôt et des résidences des artistes du Cirque du Soleil par Éric Gauthier ; à l’étranger, le travail de l’architecte italien Renzo Piano et de l’agence Herzog & de Meuron (qui a notamment dessiné le musée Tate Modern de Londres), en Suisse.

proy-art-bourgie
Pavillon d’art québécois et canadien Claire et Marc Bourgie, MBAM — Photo: © Tom Arban

De quoi a besoin l’architecture au Québec ?

D’un ministère propre à cette discipline qui en ferait la promotion et qui encouragerait les autres ministères à recourir systématiquement aux architectes et aux designers urbains pour planifier les grands travaux d’infrastructure de la province.

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?

Qu’on réalise enfin son apport dans nos vies, et qu’on y consacre l’énergie et les efforts financiers nécessaires pour la mettre en valeur plutôt que d’embaucher les plus bas soumissionnaires. Personne n’a demandé à bâtir un système d’appel d’offres qui favorise la banalité…

* Propos de Claude Provencher

* * *

NatDionnearchitecte

NATHALIE DIONNE ARCHITECTE
Montréal
Depuis 2000

NatDionneMaisonenU-1
Maison en U– Photo : © Katri Pyynonen

Projets et distinctions :
– Maison en U – Résidence à Montréal (Prix d’excellence, catégorie Architecture résidentielle – Ordre des architectes du Québec)
– Maison E3 – Résidence à Montréal
– Maison longue – Résidence dans les Laurentides
– Le Cartet – Restaurant, traiteur et épicerie fine dans le Vieux-Montréal

Diplômée en architecture et en art vidéo, Natalie Dionne, 48 ans, exerce son métier avec son conjoint, Martin Laneuville, issu de l’industrie cinématographique et télévisuelle. Ensemble, ils ont donné le jour à la Maison en U, une résidence montréalaise qui sert à la fois de demeure et d’atelier érigée autour d’une cour intérieure. « Selon les saisons, cette cour devient une pièce intégrante de la maison », indique le duo en évoquant la large fenestration.Natalie Dionne Architecte a aussi conçu la Maison E3, à proximité du marché Jean-Talon, à Montréal, une résidence familiale à l’environnement intérieur qu’on dirait « presque monacal » en raison de la sérénité que dégage ce lieu épuré. « Les fenêtres situées à ses deux extrémités permettent au soleil de pénétrer profondément à l’intérieur pour créer des jeux d’ombre et de lumière naturelle. De plus, un puits de lumière donne sur un toit végétal, où la culture d’un petit champ de lavande est prévue », explique l’architecte originaire de Drummondville.

NatDionneMaisonenU-2
Maison en U – Photo : © Marc Cramer

Qu’est-ce que l’architecture pour vous ?

Lorsque mon partenaire et moi concevons une maison pour une famille, nous souhaitons qu’elle devienne un lieu qui laissera des souvenirs dans la mémoire des gens qui l’habiteront, et que la lumière, la qualité des matières employées et la proportion des espaces leur procureront un sentiment de bien-être. Un plaisir qui se transmettra de génération en génération et qui, chaque fois, fera grandir la culture architecturale de notre société.

L’architecture est-elle accessible à tout le monde ?

Les proportions d’une pièce, tout comme la qualité de la lumière et des matériaux, peuvent produire une sensation agréable, et ce, qu’on se trouve dans un bâtiment privé ou public. Je crois que la grande majorité des gens est en mesure de tirer profit de la qualité architecturale d’un édifice.

Quelles sont les pires erreurs qu’on puisse commettre en architecture ?

Ce qui me fâche le plus, c’est la somme d’argent investie pour ériger des « monster homes », ces illusions de châteaux composées d’une surcharge de toitures à pignons et de faux matériaux. Elles semblent vouloir dégager une impression de richesse… mais reflètent plutôt un manque de richesse culturelle, à mon avis.

Maison E3 – Photo : © Marc Cramer
Maison E3 – Photo : © Marc Cramer

Quels sont les projets d’architecture les plus intéressants à vos yeux ?

Des endroits comme les théâtres Espace Go et La Licorne, dessinés par Éric Gauthier ; la Cinémathèque, conçue par l’agence Saucier + Perrotte ; le musée Pointe-à-Callière, imaginé par Dan Hanganu.

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?

En 1992, j’ai eu la chance de visiter le chantier très avancé de l’Exposition universelle de Séville, en Espagne. J’ai été fascinée par le pavillon de la Finlande, que j’ai trouvé très séduisant avec ses dimensions étonnantes et son utilisation limitée de matériaux (principalement le bois et l’acier). Mon rêve le plus fou serait donc de concevoir le pavillon du Canada à la prochaine exposition universelle !

 

* * *

gabrousseauarchitecte

GABRIEL ROUSSEAU ARCHITECTE
Montréal
Depuis 2011

gabrousseau1
Maison-atelier du moine urbain – Photo : © Marcel Mueller

Projets et distinctions :
– Maison-atelier du moine urbain – Résidence à Montréal (Mention du jury – Prix d’excellence en architecture, catégorie Recyclage ou reconversion – Ordre des architectes du Québec ; Mention innovation et développement durable – Contech ; Prix Intérieurs Ferdie, catégorie Design intérieur et développement durable)

À 41 ans, Gabriel Rousseau s’est surtout fait connaître dans le milieu pour son projet résidentiel baptisé Maison-atelier du moine urbain, achevé en 2010 et gagnant de plusieurs prix. Il consiste en un bâtiment de deux étages construit en annexe à un cottage de Montréal qui sert à la fois d’espace de travail, de salle de séjour et d’aire de méditation. L’architecte, né à Belém, au Brésil, a conçu l’édifice le plus écologique qui soit en utilisant notamment du bois qui provenait d’arbres tombés lors d’une tempête, une porte récupérée d’un vieux couvent, de même que des poutres, des luminaires et un poêle trouvés dans un chantier de démolition. Sur le toit, huit panneaux solaires dénichés sur un ancien édifice gouvernemental alimentent le système de chauffage à l’eau chaude.

gabrousseau2
Maison-atelier du moine urbain – Photo : © Marcel Mueller

Qu’est-ce qui vous inspire ?

L’observation du quotidien est une source d’inspiration constante. Je crois que les révolutions en architecture ne se font pas par la construction de volumes grandioses (quoiqu’ils soient très inspirants), mais par l’observation des changements subtils d’habitudes et de comportements et leur transposition en architecture.

Quelles sont les fausses idées les plus répandues au sujet de l’architecture ?

Qu’elle coûte cher. Le coût de départ est naturellement plus élevé que si on achète une série de plans de maisons pour 1 000 $ dans un catalogue. Mais celui-ci ne tiendra pas compte des besoins et des habitudes de vie du client ! L’architecture est intimement liée au terrain, à la topographie, à la course du soleil, à la direction du vent. Il me semble aberrant qu’on conçoive une maison pour un lieu donné et qu’on emploie le même plan ailleurs sans tenir compte des caractéristiques de ce nouvel environnement.

Quels sont les projets d’architecture les plus intéressants à vos yeux ?

Souvent, les architectes de renom vont produire des volumes spectaculaires qui captivent le regard au détriment des fonctions du lieu et des besoins réels du client. Pour moi, un projet qui se démarque a su conjuguer une volumétrie intéressante et une réponse adéquate à la fonction recherchée. Je pense à quelques réussites canadiennes : l’édifice de la délégation Ismaili Imamat à Ottawa, le Musée national des beaux-arts du Québec à Québec et l’extension du Musée royal de l’Ontario à Toronto.

gabrousseau3
Maison-atelier du moine urbain – Photo : © Marcel Mueller

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?

Qu’on instaure au Québec — et pourquoi pas au Canada — l’obligation, pour tout édifice public, de passer par le processus du concours d’architecture. Cette politique permettrait de diversifier les points de vue, d’encourager la relève ainsi que de stimuler la profession et, par le fait même, la société.

 

* * *

annecarrier-architecte

ANNE CARRIER ARCHITECTE (AC /a ARCHITECTURE)
Lévis
Depuis 1992

acarrier1a
Résidence Cap-aux-Corbeaux – Photo : © Benoit Lafrance

Projets et distinctions :
– Agrandissement de la bibliothèque Félix-Leclerc – Québec (Lauréat – Concours national d’architecture)
– Centre de formation professionnelle Gabriel-Rousseau – Saint-Romuald (Prix d’excellence – Ordre des architectes du Québec)
– Hôtel de ville de Baie-Saint-Paul (Prix d’excellence – Institut canadien de la construction en acier ; Prix d’excellence – Association des entrepreneurs en revêtement métallique du Québec)
– Résidence de la Côte Rouge – Saint-Romuald (Prix d’excellence – Institut canadien de la construction en acier)
– Carrefour culturel Jean-Gosselin – Lévis (Prix d’excellence – Ordre des architectes du Québec)

« Le paysage sous toutes ses formes s’impose comme une composante de l’architecture qui la transforme et la rend vivante sous la lumière, au fil des saisons », explique Anne Carrier. L’architecte et son équipe, qui compte une douzaine d’employés, travaillent à des projets tant résidentiels qu’institutionnels (complexes culturels, bibliothèques, centres de réadaptation physique, etc.). Pour la créatrice originaire de Québec, l’architecture, tout comme la musique et d’autres formes d’art, participe pleinement au mieux-être des gens. « Nos ancêtres ont su bâtir des milieux de vie qui nous charment encore aujourd’hui, et nous laisser un patrimoine architectural et urbain qui doit continuer à vivre et à se transformer. Le respect de ces traditions fait partie de notre démarche », indique-t-elle.

Bibliothèque Félix-Leclerc – Photo : © Benoit Lafrance
Bibliothèque Félix-Leclerc – Photo : © Benoit Lafrance

Qu’est-ce que l’architecture pour vous ?

C’est beaucoup plus qu’un « beau » bâtiment. Selon moi, elle représente l’art de créer des espaces et des lieux qui peuvent émouvoir et rendre heureux. L’architecte sculpte la lumière, les formes, les volumes et les matériaux pour en faire un tout cohérent et harmonieux, et ce, en respectant des impératifs techniques, organisationnels, budgétaires et temporels.

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Toutes les formes d’art — la peinture, la sculpture, la musique, le théâtre — sont des sources d’inspiration pour moi. Tout comme notre paysage québécois, avec la richesse de son patrimoine culturel et la diversité de ses saisons, qui en transforment notre perception. Sinon, des architectes d’ici et d’ailleurs qui innovent dans leur processus de création ou leur capacité à transformer la vie des gens.

L’architecture est-elle accessible à tout le monde ?

Oui, parce qu’elle se trouve partout dans nos vies : à l’échelle d’une maison, d’un lieu public, d’un quartier ou d’une ville. Il suffit de savoir regarder, de comprendre et d’en faire l’expérience. Cependant, l’architecture de qualité — celle qui se distingue, qui sait émouvoir, qui passe à travers le temps sans se démoder, qui nous ressemble — est plus rare dans une société où le développement économique dirige le développement urbain…

Hôtel de ville de Baie-Saint-Paul – Photo : © Benoit Lafrance
Hôtel de ville de Baie-Saint-Paul – Photo : © Benoit Lafrance

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?

Je suis aussi musicienne. J’aimerais réaliser une œuvre architecturale qui puisse transmettre autant d’émotion, de joie et de spiritualité que les compositions des grands maîtres, comme Jean-Sébastien Bach. Un projet qui, comme sa musique, permettrait un parfait équilibre entre la complexité des composantes et la limpidité du résultat. J’espère y arriver à chaque nouveau mandat !

 

* * *

cardinal-hardy

CARDINAL HARDY (IBI-CHBA)
Aurèle Cardinal et Michel Hardy
Montréal
Depuis 1986

cardinal-1
Aéroport P.-E.-T. (Montréal) et Aérogare de l’aéroport Jean-Lesage (Québec) — Photo: © Marc Cramer

Projets et distinctions :
– Aérogare de l’aéroport international Jean-Lesage – Québec (Prix du public – Mérites d’architecture de Québec ; Prix d’excellence, catégorie Commerciaux et institutionnels – ICA)
– Église St.James – Montréal (Prix Orange – Société pour la sauvegarde du patrimoine de Montréal)
– Bassins du Nouveau Havre – Lachine (Mention d’honneur, catégorie Design urbain – Institut canadien des urbanistes)
– Résidences de l’École de technologie supérieure – Montréal (Prix d’excellence – Institut d’acier d’armature du Québec)

Des créateurs de lieux urbains. Voilà comment se décrivent Aurèle Cardinal et Michel Hardy, les fondateurs de ce cabinet qui touche à l’architecture traditionnelle, au design urbain et à l’architecture de paysage (la mise en valeur des berges du Vieux-Port de Montréal, par exemple).

En 27 ans, les deux hommes et leur équipe ont multiplié les projets : agrandissement de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau à Montréal (en partenariat avec Provencher Roy), aménagement de lofts dans l’ancienne raffinerie Redpath Sugar aux abords du canal Lachine, modernisation de l’église unie St.James à Montréal, réaménagement de l’aérogare de l’aéroport international Jean-Lesage de Québec (en partenariat avec Provencher Roy et Gagnon, Letellier, Cyr, Ricard, Mathieu et associés) et élaboration du complexe résidentiel du 333 Sherbrooke Est à Montréal, pour n’en nommer que quelques-uns.

cardinal-eglise
Église St.James de Montréal — Photo: © Marc Cramer

Quelle est l’importance de l’architecture dans la société ?

Elle permet de créer des milieux de qualité dans lesquels on se sent bien. Par exemple, pourquoi, à l’époque, construisait-on la plupart des hôpitaux montréalais dans les environs du mont Royal ? Parce que la qualité de l’espace a une grande importance dans le processus de guérison. On s’investit davantage dans un environnement positif, qui nous aide. Moi-même, je gravite dans un milieu d’architectes. Si mon équipe travaillait dans un espace mal conçu, elle serait beaucoup moins productive !

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Le designer français Philippe Starck, qui a réalisé non seulement des projets d’architecture, mais aussi une multitude d’objets. Il a su réinventer le concept d’hôtel-boutique et s’éloigner des standards des grandes chaînes hôtelières internationales, où tout est partout pareil. Il a ramené l’hôtellerie à une notion d’espace intime et lui a conféré du cachet.

Quels sont les projets d’architecture les plus intéressants à vos yeux ?

Au Québec, je pense à la Place Ville Marie, à Montréal. Voilà un édifice qui traverse bien les années et qui n’a pas perdu son aspect contemporain. À l’étranger, des villes comme Bilbao, en Espagne, inspirent particulièrement. Même si on ne sait pas quelle est l’exposition en cours à son musée Guggenheim, on ne peut s’empêcher d’y faire un saut pour admirer l’extérieur et l’intérieur de cet édifice… alors que la ville comme telle, une cité industrielle, n’a rien d’exceptionnel. C’est excellent pour le tourisme ! Paris, avec ses musées plus récents comme celui d’Orsay, constitue un autre bon exemple : on s’y rend comme on le faisait à l’époque — et encore aujourd’hui — pour voir le Louvre.

cardinal-vieuxport
Vieux-Port de Montréal — Photo: © GROUPE IBI-CHBA

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?

Il ne s’agit pas de rêves complètement fous ; je reste plutôt raisonnable… J’aimerais qu’on voie l’architecture comme un investissement et qu’on pense à des projets durables, plutôt que de privilégier le court terme et le contrat le moins cher, comme le font nos gouvernements actuels. Par exemple, pourquoi ne pas créer un musée contemporain dans les vieux silos de Montréal ? Ou encore mieux aménager la rue de la Commune dans le Vieux-Port, l’endroit même où la métropole est née ? Ce serait tout simplement merveilleux.

* Propos d’Aurèle Cardinal

***

S+PArchitectes

SAUCIER + PERROTTE
Gilles Saucier et André Perrotte

Montréal
Depuis 1988

Faculté des sciences pharmaceutiques, Université de la Colombie-Britannique – Photo : © Marc Cramer
Faculté des sciences pharmaceutiques, Université de la Colombie-Britannique – Photo : © Marc Cramer

Projets et distinctions :
– Spa scandinave Les Bains Vieux-Montréal (Prix d’excellence, catégorie Architecture commerciale – Ordre des architectes du Québec ; Médaille du gouverneur général en architecture ; Prix Intérieurs Ferdie, catégories Projet de l’année 2009 et Spa)
– Boutique Philippe Dubuc – Montréal (Prix Intérieurs Ferdie, catégorie Espaces commerciaux)
– Cinémathèque québécoise – Montréal (Médaille du mérite du gouverneur général ; Prix d’excellence en architecture institutionnelle – Ordre des architectes du Québec)
– Usine C, centre de recherche et de création multidisciplinaire de la compagnie de théâtre Carbone 14 – Montréal (Prix du mérite du gouverneur général en architecture ; Prix d’excellence en architecture institutionnelle – Ordre des architectes du Québec)

Située en plein cœur de la Petite Italie à Montréal, Saucier + Perrotte emploie une vingtaine de personnes, qui se partagent le même édifice industriel vieux de 60 ans (converti en immeuble de bureaux par l’agence elle-même). Le secteur de l’éducation fait régulièrement appel à l’équipe pour concevoir ses lieux d’enseignement. Le bâtiment de la faculté des sciences pharmaceutiques de l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, et celui du nouveau pavillon des sciences et technologies de la santé du Cégep John Abbott, à Sainte-Anne-de-Bellevue, en sont deux exemples. Par ailleurs, l’agence a été sélectionnée pour représenter le Canada à la Biennale de Venise, en Italie, en 2004.

Spa Scandinave Les Bains Vieux-Montréal – Photo : © Marc Cramer
Spa Scandinave Les Bains Vieux-Montréal – Photo : © Marc Cramer

Qu’est-ce que l’architecture pour vous ?

Elle constitue avant tout un acte de création, mais également une représentation de notre culture, au même titre que les arts visuels. L’architecture est aussi un milieu de vie : elle définit notre existence en contribuant à notre bien-être. La fonctionnalité de nos villes dépend avant tout de la planification architecturale et urbanistique.

Qu’est-ce qui vous inspire ?

La photographie est l’élément déclencheur de mon travail de recherche. Très souvent, une image apparaît à mon esprit au moment où je commence un projet. D’elle découlent les premières idées. Je m’inspire aussi beaucoup de l’environnement naturel, tant en ville que dans la nature. La géologie et la botanique sont des éléments-clés de cette démarche.

Quelles sont les fausses idées les plus répandues au sujet de l’architecture ?

Le terme architecture ne représente pas un phénomène élitiste, comme dans l’appellation maison d’architecte, que je trouve très bizarre. Toute construction, simple ou complexe, devrait être qualifiée d’architecture.

Pavillon des sciences et technologies de la santé, Cégep John Abbott – Photo : © Olivier Blouin
Pavillon des sciences et technologies de la santé, Cégep John Abbott – Photo : © Olivier Blouin

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?

Je n’en ai pas de spécifique. Je désire simplement que chaque projet que j’entreprends continue à me fournir l’occasion d’apprendre sur de nouveaux sujets tout en visitant le monde.

* Propos de Gilles Saucier

* * *

in-situarchitectes

ATELIER IN SITU
Stéphane Pratte et Annie Lebel

Montréal
Depuis 1995

Fonderie Darling – Photo : © Marie-Christine Abel
Fonderie Darling – Photo : © Marie-Christine Abel

Projets et distinctions :
– Structures d’accueil des Jardins de Métis – Grand-Métis (Médaille du gouverneur général – Conseil des arts du Canada)
– Fonderie Darling – Montréal (Mention, catégorie Conservation, restauration et reconversion – Ordre des architectes du Québec)
– Da Emma – Restaurant à Montréal
– Discreet Logic France – Succursale parisienne de la compagnie de logiciels montréalaise

Ce collectif montréalais touche-à-tout se spécialise dans l’architecture (résidentielle, institutionnelle et commerciale), mais également dans le design urbain, la muséographie et l’installation paysagère. Ces dernières années, il a notamment effectué la rénovation et l’agrandissement du Théâtre des Deux Rives, à Saint-Jean-sur-Richelieu, construit un nouveau pavillon d’accueil aux Jardins de Métis, dans le Bas-Saint-Laurent, et transformé un vieux bâtiment industriel — la Fonderie Darling, à Montréal — en centre d’arts. « Nous avons acquis une expertise dans l’intégration quasi chirurgicale de structures contemporaines dans des contextes géographiques, historiques et patrimoniaux », indiquent Stéphane Pratte et Annie Lebel, fondateurs d’In Situ (une expression latine qui signifie « sur place »). Par exemple, l’équipe a métamorphosé une bibliothèque montréalaise construite dans les années 1950 en centre de création pour la compagnie de danse contemporaine Marie Chouinard.

Pavillon d’accueil des Jardins de Métis – Photo : © Alain Laforest
Pavillon d’accueil des Jardins de Métis – Photo : © Alain Laforest

Quelle est l’importance de l’architecture dans la société ?

Contrairement aux autres formes d’art, l’architecture ne peut être fuie, évitée ou ignorée. Elle incarne et détermine les valeurs d’une société, sa culture et son mode de vie.

Quelles sont les pires erreurs qu’on puisse commettre en architecture ?

Tous ces lieux qu’on considère comme des espaces à contempler. Un édifice ou une place publique sont d’abord des espaces de vie. L’architecture consiste tout simplement à créer les conditions optimales qui permettent divers usages : aménager un endroit abrité pour installer une terrasse, des lieux durs et plats pour jouer au hockey-bottine, une plate-bande pour réaliser un potager… Souvent, on tend à concevoir des espaces qu’on souhaite appropriés pour des usages qu’on ignore encore !

Quels sont les projets d’architecture les plus intéressants à vos yeux ?

Les réalisations du regretté Luc Laporte, un grand architecte sous-estimé d’ici. Les salles de spectacle du cabaret Juste pour rire, de la Société des arts technologiques et du Club Soda. Les restaurants Le Lux, Sam, L’Express et Leméac.

Théâtre des Deux Rives, Saint-Jean-sur-Richelieu – Photo : © Alain Laforest
Théâtre des Deux Rives, Saint-Jean-sur-Richelieu – Photo : © Alain Laforest

De quoi a besoin l’architecture au Québec ?
Du talent, il y en a à la tonne… Ce qu’il faut, c’est un changement de mentalité, ainsi qu’une révision en profondeur des règles qui régissent l’attribution de contrats, la création, la production et la construction.

Quels sont vos rêves les plus fous en ce qui concerne l’architecture ?
Que tout ce qui constitue notre environnement soit pensé et réfléchi, et ce, à toutes les échelles. Tout simplement.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie