Dolan express

16 questions en rafale au jeune cinéaste qui nous a donné J’ai tué ma mère et Les amours imaginaires. Également, une entrevue avec l’acteur François Arnaud, qui jouait son amant dans son premier film.

Dolan express
Photo : Jocelyn Michel

Décrivez votre appartement.

Le chaos: vêtements épars, vaisselle sale, factures qui traînent et piles de DVD.

Que devrions-nous faire pour sauver la planète?

Songer qu’une crise économique temporaire devrait peut-être être provoquée pour que le vent tourne de façon significative, parce que trier les déchets, manger bio, c’est bien, mais ça ne suffit pas. Les gens se commettent tant que ça ne compromet pas leur confort. Je ne pense pas que la société moderne soit familière avec la notion de sacrifice, essentiel pour un changement profond. Alors? On crèvera tous!


À lire aussi sur L’actualité.com :
« L’étrange histoire de Xavier Dolan » >>


Que mangez-vous au petit-déjeuner?

Je prends mon premier repas autour de 14 heures.

Qui sont les créateurs de votre panthéon?

Au cinéma, j’aime beaucoup Bergman, Haneke, Truffaut, Godard, Paul Thomas Anderson, Gus Van Sant.

La peinture m’inspire énormément: Matisse, Chagall, Klimt, Magritte; en figuration libre, Basquiat, Keith Haring.

En musique: Érik Satie, Bach, Sébastien Schuller, New Order,  la musique de l’Europe de l’Est…

Vous avez 10 mille dollars à dépenser dans la prochaine heure?

Je m’achète des vêtements.

Si vous deviez casser la gueule à quelqu’un?

Les jeunes hommes lâches et opportunistes qui font de la peine à mes amies.

Un fantasme inavouable?

Lécher les aisselles de James Franco [acteur et réalisateur américain] ou gagner une partie de Tetris, niveau 15 !

Si votre prochain film était une merde?

Je m’arrangerais pour que le suivant soit un chef-d’œuvre !

Qu’avez-vous reçu pour votre anniversaire, le 20 mars dernier?

Quelques écus et beaucoup d’amour.

Qu’avez-vous fait de plus fou par amour?

J’ai fait un fou de moi.

Si vous étiez quelqu’un d’autre?

Jean Cocteau.

Un plat de votre enfance ?

Des fraises sauvages.

Un juron?

Ostie de gros porc sale !

Une devise?

À l’impossible, je suis tenu. (Cocteau)

Pensez-vous qu’on est nus au ciel?

Nus, je ne sais pas, mais j’espère plus légers.

Une révolte?

La société refuse la possibilité que les artistes puissent être subventionnés par l’État, qu’ils vivent à ses crochets. Il est temps de mettre en lumière le fait que l’État – c’est-à-dire l’ensemble des contribuables – paie autant pour la culture que pour le plan de défense de Stephen Harper. À chacun de choisir son camp. Quand les Français parlent de nous, ils peuvent dire qu’on chante bien, qu’on danse bien, qu’on réalise de bons films, que Robert Lepage est intelligent, etc. Ou ils peuvent dire que c’est formidable à quel point nous sommes prêts à envahir le Vermont !

Cinq questions à François Arnaud >>


Cinq questions à François Arnaud

(l’amant de Xavier Dolan dans J’ai tué ma mère et de Marie-Thérèse Fortin dans Les grandes chaleurs)

Quelles sont les principales qualités de Xavier, en tant que réalisateur?
Dans son rapport aux acteurs, je le vois un peu comme un dompteur de lions. Il a un grand respect, une grande admiration pour les acteurs (surtout les actrices), une grande foi en eux. Mais il est aussi impressionné, comme devant un animal dangereux qu’il veut apprivoiser, voire dompter.

Accepteriez-vous d’être à nouveau dirigé par lui ?
Bien sûr. Parce que j’ai confiance en son amour du cinéma. C’est un grand cinéphile qui sait regarder un film, et qui sait aussi imaginer comment on regardera le sien.

Votre cachet a-t-il été revu à la hausse après le succès de J’ai tué ma mère?
Nous avons accepté de tourner J’ai tué ma mère à la lecture du scénario qui était magnifique et oui, au final, nous avons été payés de façon décente. Mais ce que ce film m’a apporté ne se calcule pas en chiffres. J’ai voyagé partout dans le monde, j’ai rencontré des réalisateurs que j’admirais depuis toujours. Je ne veux pas dire que les acteurs doivent abandonner leur salaire pour jouer dans des bons films, mais dans le contexte actuel, ce ne sont pas souvent les meilleurs scénarios qui bénéficient des plus gros budgets. Et ce ne sont pas non plus les films commerciaux qui voyagent le plus et qui récoltent les honneurs partout dans le monde.

Quel est son prochain rêve, d’après vous? La Palme d’or? Un Oscar?
Je crois que Xavier s’est déjà affranchi de plusieurs rêves d’enfance. Il voudrait probablement reculer dans le temps et tourner Magnolia, avant Paul Thomas Anderson. En demandant à Julianne Moore de faire la même chose, mais dans une version un peu plus hystérique. Je rigole, mais ca ne me surprendrait même pas.

Si vous pouviez lui dire une chose que vous ne lui avez jamais dite?
«Je n’ai pas beaucoup de secrets pour les gens que je respecte… Peut- être que je pourrais lui dire que je trouvais ça bien, moi, ses cheveux avec le gros toupet.

Photo : WikiCommons / CC 3.0