D’où vient le mot «campagne» ?

Acrimonieuse, belliqueuse, la campagne électorale ? Il ne faut pas s’en surprendre : le mot campagne (électorale) illustre le lien qu’il peut y avoir entre la politique et la guerre.

bus-legault-1
Photo : Clément Allard / La Presse Canadienne

Acrimonieuse, belliqueuse, la campagne électorale ? Il ne faut pas s’en surprendre : le mot campagne (électorale) illustre le lien qu’il peut y avoir entre la politique et la guerre.

Ce mot vient du latin campania, qui désigne d’abord une plaine, par opposition à la montagne.

Or, ces vastes terres planes servaient de terrain militaire où les armées s’affrontaient en batailles rangées, d’où l’expression «faire campagne».  Les grands généraux organisaient alors des «plans de campagne».

En temps de paix, les armées installaient «en rase campagne» des camps pour faire leurs exercices militaires, d’où les dérivés camper et campement.

Vers 1800, avec l’instauration de la république de France et l’apparition des premières élections démocratiques, le mot campagne prend un sens figuré. On se met à faire des «campagnes publiques» ou des «campagnes de presse». Et en ces temps de balbutiements de la démocratie, on organise les premières «campagnes électorales», que certains qualifient de «guerres des sièges».