Entre l’arbre et l’écorce

Un long séjour dans la forêt a inspiré à Louis Hamelin Autour d’Éva, un grand roman sur l’Abitibi. 

Livre-Louis-Hamelin-entete

Lorsque L’actualité l’avait interviewé, en 2010, à l’occasion de la sor­tie de La constellation du lynx, son roman épique sur la crise d’Octo­bre, Louis Hamelin venait de passer plusieurs années dans la forêt abitibienne. Il avait tenté d’y élever des poules qui, à son grand désarroi, avaient été dévorées par les lynx.

Les malheureuses volailles ne seront pas mortes en vain, puisque cette retraite loin de la civilisation aura inspiré à l’écrivain Autour d’Éva, un grand roman sur l’Abitibi qui se passe sur les bords du lac Kaganoma (nom autochtone du lac Vaudray). La forêt environnante, déjà ravagée par la coupe à blanc, menace d’être encore grugée par une station de villégiature pour millionnaires américains. Ce mégaprojet est la pomme de discorde entre les protagonistes, divisés en deux camps: celui des promoteurs immobiliers et celui des écologistes.

Louis Hamelin n’a jamais été le type d’écrivain à se faire des illusions sur l’altruisme du genre humain. Il ne se gêne donc pas pour exposer ici les motivations personnelles derrière les miroitantes promesses de prospérité et les grands discours sur la préservation de la biodiversité. Le chef des écolos est un réalisateur charismatique dont les vues plutôt extrêmes (la vie des ours polaires menacés d’extinction serait plus précieuse que celle des trop nombreux Africains!) révèlent un égoïsme dévorant et une soif de célébrité. Le promoteur est un gars de la place, «plus ambitieux que la moyenne des ours», qui a fait fortune en gravissant les échelons de la corruption politique et voudrait entrer dans la grande ligue de ses partenaires texans.

Entre l’arbre et l’écorce, il y a Éva, fille du journaliste local, qui revient au lac Kaganoma après une longue absence pour se ressourcer. Sa position conflictuelle dans le débat permet à l’auteur de représenter, avec une lucidité analytique, l’ambivalence des Québécois à l’égard de la nature — ces forêts, rivières, mines et réserves pétrolières dont nous glorifions les richesses, mais que nous répugnons à exploiter. Une nature, surtout, que nous connaissons bien mal, contrairement à Louis Hamelin, qui y puise toute la force de son écriture et lui consacre ici ses plus belles pages. (Autour d’Éva, par Louis Hamelin, Boréal, 416 p.)

 

Les plus populaires