Espagne : un symbole national en sursis ?

Les deux récessions qui ont frappé l’Espagne depuis 2008 n’ont épargné aucun secteur de l’économie, pas même la tauromachie, symbole culturel hispanique par excellence.

En ce moment, un Espagnol sur quatre est au chômage. La consommation, déjà ralentie, a été sérieusement plombée par l’augmentation, en septembre dernier, de la taxe sur la valeur ajoutée, qui est passée de 18 % à 21 %.Le gouvernement a réussi à ramener le déficit public à moins de 7 % du PIB en 2012 et à rassurer les investisseurs étrangers, mais cela s’est fait au prix de compressions budgétaires draconiennes.

Pas étonnant que le nombre de corridas ait chuté de 38 % de 2007 à 2011 et que, lors de la dernière corrida de 2012 à Séville, les gradins aient été à moitié vides. « Le spectacle est cher, aussi cher que l’opéra, note Antonio Lorca, critique taurin du quotidien El País. C’est un luxe dont les gens peuvent se passer. »

Photo : Valentín Balas / CC2.0
Photo : Valentín Balas / CC2.0