Folie douce

BORI / FOUS LES CANARDS Productions de l’Onde/Select

Écoutez « Les douteux », avec l’aimable autorisation des Productions de l’onde.

Quinze longues années que l’énigmatique Edgar Bori cache ses traits derrière des masques excentriques pendant qu’il se met à nu, dévoile sans cesse ses inquiétudes et ses fantasmes dans une œuvre singulière, théâtrale, poétique et profondément originale. Le voici enfin à visage découvert avec ce huitième opus, plutôt guitare malgré une sublime pièce en tête-à-tête avec le pianiste Jean-François Groulx, « À l’arraché », probablement inspirée par la mort récente de son père. Cette pièce est immédiatement suivie d’un joli badinage a cappella, la très narcissique « Je ». La beauté de ce disque accessible, bien que les textes soient elliptiques, c’est d’ailleurs cette manière propre à Bori d’alterner la gravité et l’absurde.

Musicalement – bravo pour les orchestrations ! -, on y trouve de tout, sans jamais rien de trop. Inquiet de son époque où les foules anonymes sont infestées de gestionnaires médiocres, de politiciens fantoches ou de financiers à la Madoff, l’auteur évoque le suicide (« On s’aimait doux »), mais termine par une ballade country de chien mouillé (« Toute ta lettre »), en duo avec Michel Rivard, teintée d’humour et de légèreté. Chapeau, l’artiste !

Laisser un commentaire