FrancoFolies : Salomé Leclerc sait où elle va

De loin, on dirait une brindille qui menace de casser ; de près, c’est une fille de tempérament au-dessus d’un thé blanc au gingembre. Elle a les plus beaux yeux de la chanson québécoise.

En lice pour le prix Félix-Leclerc de la chanson 2012 (verdict le 12 juin), l’auteure-compositrice-interprète et multi-instrumentiste Salomé Leclerc lançait Sous les arbres, en septembre, un premier album folk qui a affolé le « buzzomètre ». Avec sa voix à la fois rauque et liquoreuse, elle lâche, sur des mélodies immédiatement accrocheuses, des mor­ceaux qui parlent des saisons, des arbres, des routes, des déroutes. Et sur scène, avec ce qu’il faut d’autorité et d’ingénuité derrière sa guitare, elle met des papillons dans l’estomac.

Photo : Jocelyn Michel

Salomé attire le soleil, pourtant, sa musique flirte avec la mélancolie ; elle a 26 ans, pourtant, elle a écrit une chanson sur la vieillesse (« Dans la prairie y’a un bouleau / Séché debout, frêle et sans mot »). « On dit que j’ai une vieille âme. » Ça ne l’empêche pas d’avoir été fillette.

À 10 ans, elle joue de la batterie pour accompagner ses frères aînés, qui gueulent du métal dans des groupes au secondaire. Ils ont lâché ; elle s’accroche, découvre la guitare, compose sa première chanson à 16 ans, court les concours, remporte une tripotée de prix, dont une première partie du spectacle de Vincent Vallières à Musiqu’en Nous, en 2007. Après sa prestation, un homme, chamboulé, lui tend sa carte de visite : Michel Séguin, agent de Pierre Lapointe. Il veillera sur sa carrière, qui va bon train.

Elle annonce en souriant : « Depuis la sortie de l’album, je n’ai terminé qu’une seule nouvelle chanson. » Elle se dit lente, douée pour la contemplation, « fille de la campagne ». Quand elle retourne chez ses parents, à Sainte-Françoise-de-Lotbinière, village à 85 km de Québec, elle se reconnecte avec la nature, sculpte des cuillères en bois ou fabrique des tables pour les amis. Elle peint, aussi, « mais rien de montrable ». « J’aimerais être exubérante, de party. Mais je peux rester seule à la maison, à boire du jus et à manger des céréales. » Faudra en manger beaucoup, car les concerts s’additionnent à l’agenda : une petite salle parisienne (La Loge) à la fin mai, une poignée de festivals québécois cet été, une tournée européenne en mars 2013.

Dans « Love, naïve, love », Salomé chante : « J’ai mis un peu de temps/ pour savoir où j’allais. » Elle le sait maintenant, on le lit dans ses yeux.

Aux FrancoFolies de Montréal, à L’Astral, le 12 juin ; Festival de la chanson de Tadoussac, les 15 et 16 juin ; Festival d’été de Québec, le 9 juill. Toutes les dates de spectacles. [L’album sortira en France l’automne prochain sous étiquette Tôt ou Tard.]

« Sous les arbres » :

Laisser un commentaire
Les plus populaires