Francouvertes : en route vers la finale

Je vous ai déjà dit sur ce blogue tout l’amour que j’ai pour les Francouvertes, ce concours de musique francophone qui, année après année, permet de découvrir plein de nouveaux artistes.

Après neuf soirées de préliminaires étalées sur autant de semaines, c’était finalement le temps des demi-finales. Lundi, mardi et mercredi, neuf groupes et chanteurs se sont succédés sur la scène du Lion d’or, tentant de séduire le public et le jury de l’industrie et de passer à la finale. Vous pouvez lire mes critiques de chacune de ces soirées sur le blogue Ma mère était hipster, où j’ai la chance d’écrire également.

Le verdict :

1- Hay Babies
2- Dead Obies
3- Marcie

Des neuf demi-finalistes, ce sont bel et bien les trois meilleurs qui se retrouvent en finale. Qui sont -ils ?

Les trois neo-brunswickoises des Hay Babies font un folk-country acoustique bien sympathique.


Elles étaient premières à la fin des préliminaires, elles sont encore premières à la fin des demi-finales. Visiblement, ce sont les chouchous de cette édition. C’est facile à comprendre : c’est joli, gentil, réconfortant, ça n’a rien de désagréable. Sauf que leurs chansons ne réinventent rien et elles n’ont pas de personnalité forte, contrairement aux Soeurs Boulay, gagnantes de l’édition précédente.

Marcie, elle, est tellement inspirée d’une certaine chanson française qu’elle aurait pratiquement le droit, comme le font certains chanteurs maniérés, de prendre un accent français. Heureusement, elle ne le fait pas. Elle a même conservé un petit accent de son Jonquière natal et elle place des accents circonflexe sur certains A.

Le EP ci-dessus date de 2011 déjà, et, si on se fie à ce qu’elle a joué mercredi, la dame a cheminé depuis. La voix est bonne, les textes aussi. C’est déjà pas mal ! Cependant, les arrangements m’ont semblé un peu trop confortables, pas assez aventureux. La chanson a besoin de se faire brasser un peu, et j’aimerais entendre Marcie le faire.

Côté brassage, on peut cependant compter sur le post-rap de Dead Obies. Post-rap ? Oui, ça existe. Un rap qui désarticule et décompose les codes de son genre. Le groupe a beaucoup de musique en ligne sur son Bandcamp, mais, étrangement, rien qui ne ressemble vraiment à ce qu’ils ont fait mardi dernier.

Parce que les Dead Obies m’ont littéralement scié les jambes avec leur prestation. C’était énergique, créatif, solide et le dernier tiers de leur passage a monté la barre à une hauteur qui a nuit aux deux groupes qui les ont suivis.

Leur chanson «Machine» est un des temps forts des demi-finales. Pas étonnant qu’elle leur ait mérité la bourse de 1000$ offerte par la SOCAN pour la meilleure chanson de l’édition en cours des Francouvertes.

francou

Dead Obies devraient gagner les Francouvertes.

Ce n’est pas une prédiction : leur style est plus risqué que ceux de Marcie et des Hay Babies, et ils peuvent «faire peur» a une partie du public. Non, quand je dis qu’ils devraient gagner, c’est plutôt un souhait.

Durant les trois soirées de demi-finales, j’ai entendu trop de musique qui n’allait pas assez loin. La musique francophone invente encore, elle n’est pas sclérosée, mais je suis un peu inquiet de ce que j’ai vu aux Francouvertes cette année. Où était la relève audacieuse ? Où étaient les musiciens qui font éclater, même maladroitement, les frontières ? Je ne les ai pas entendus. Sauf Dead Obies.

Les cinq rappeurs et leurs musiciens sont les seuls qui ont vraiment repoussé l’enveloppe, qui ont fait un vrai travail d’exploration. Ils mélangent les influences, télescopent les cultures et ils le font avec une énergie folle.

Dead Obies devraient gagner parce qu’ils sont ce qui est passé de mieux sur les planches du Lion d’or, mais aussi pour lancer un signal à la relève du Québec : vous avez encore le droit de tout casser. Il y a de la place pour ça, il y a un public pour ça.

La finale des Francouvertes, c’est le lundi 13 mai dès 19h30 (ouverture des portes à 18h30) au Club Soda. Soyez-y !

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie