Frédéric Dubois chez les drag queens

Changing room [la première mouture remonte à 2009], Théâtre Périscope, à Québec, du 12 au 30 avr., 418 529-2183.

_MG_8487 Guillaume D. Cyr final 2À la télé, Cover girl et, au cinéma, l’extravagante odyssée de Priscilla, folle du désert ont calé, dans un mélange de clichés et de sincérité, nos connaissances sur le phénomène des drag queens, qu’Andy Warhol décrivait comme des « radicaux sexuels ». On est toujours prêt à élargir notre point de vue sur le sujet. [C’est pourquoi on attend avec impatience la venue de Gardenia au Festival TransAmériques. Un spectacle des fabuleux Ballets C de la B dans lequel « six hommes d’âge mûr, réunis par une vieille transsexuelle, se travestissent pour une dernière fois… »]. D’ici là, le Théâtre Périscope accueille Changing room (pourquoi ce titre anglais ?), « la porte d’entrée idéale à l’univers méconnu et intriguant des drag queens », selon l’auteur et metteur en scène Alexandre Fecteau.

Photo : guillaume D. Cyr
Photo : Guillaume D. Cyr

À la télé, Cover girl et, au cinéma, l’extravagante odyssée de Priscilla, folle du désert ont calé, dans un mélange de clichés et de sincérité, nos connaissances sur le phénomène des drag queens, qu’Andy Warhol décrivait comme des « radicaux sexuels ». On est toujours prêt à élargir notre point de vue sur le sujet. [C’est pourquoi on attend avec impatience la venue de Gardenia au Festival TransAmériques. Un spectacle des fabuleux Ballets C de la B dans lequel « six hommes d’âge mûr, réunis par une vieille transsexuelle, se travestissent pour une dernière fois… »]. D’ici là, le Théâtre Périscope accueille Changing room (pourquoi ce titre anglais ?), « la porte d’entrée idéale à l’univers méconnu et intriguant des drag queens », selon l’auteur et metteur en scène Alexandre Fecteau.

On présente la chose comme du « docuthéâtre interactif » créé à partir d’entrevues. D’un côté, le spectateur profite de numéros de cabaret qu’on annonce « flamboyants » ; de l’autre, il pénètre, grâce à une caméra vidéo placée en coulisses, dans la loge des personnificateurs féminins qui révèlent entre plumes et paillettes des pages de leur intimité.

Comme on est au théâtre, ce sont quatre comédiens qui interprètent les travelos, parmi lesquels deux femmes qui jouent des hommes se travestissant en femmes. Bonjour la schizophrénie ! Dans la distribution, j’aperçois le metteur en scène Frédéric Dubois, très mimi en femme, qui fait un retour au jeu après plusieurs années d’absence. Son personnage évoque La Gladu, une grassette au sens de l’humour particulier dont on peut attraper quelques prestations sur YouTube. Dans cette capsule, elle nous apprend à cuisiner un « gritchiz » :

Changing room [la première mouture remonte à 2009], Théâtre Périscope, à Québec, du 12 au 30 avr., 418 529-2183.

Laisser un commentaire