Hommage à Fanny Mallette

Content d’avoir vu Fanny Mallette – son intensité, son humanité –  dans les premiers épisodes de 30 vies, de Fabienne Larouche.  Me suis rappelé un texte que j’avais écrit sur la comédienne dans le magazine surdimensionné Manœuvres… en 2004. Le revoici, avec votre permission !

Photo : Jean Blais

Photo : Jean Blais

Fanny ardente

audrey-hepburn-breakfast-at-tiffanysBien sûr, vous reconnaissez le pastiche. La photo, fameuse, de Breakfast at Tiffany’s (1961), film de Blake Edwards. Avec Edda Kathleen van Heemstra Hepburn-Ruston, autrement dit Audrey Hepburn, dans le rôle de Holly Golightly.

Fanny Mallette aime Audrey Hepburn. Et moi j’aime Fanny Mallette. On est quittes.

Elle a un prénom velouté, un nom appelé à voyager, une voix aux vapeurs enfantines capable de faire pleurnicher les brutes, un regard qui nous roule dans l’herbe haute.

Gastonne, Paulette, Farlouchette, Nathalie, Marthe, Isabelle, Sarah, Rose, Stéphanie, Sophie, Pipiche, Amélie, Pénélope, Mathurine… Autant de personnages qu’elle a enveloppés d’une vie chaude.

Elle ose tout, elle se jette dans le vide, elle ne renfile pas les mêmes habits. Elle peut être perverse ou ingénue, explosive ou brisée. Il y a beaucoup de monde sur son visage.

Elle entre en scène, et on est conquis. Comme si elle apportait la lumière avec elle. Au cinéma, à la télé, elle rend inoubliable un rôle télégraphique. Elle ne demande rien, pourtant on ne voit qu’elle. Fluide mystérieux. Et quand elle tient le personnage principal, alors là, elle vous coiffe d’un diadème d’émotions.

Dans la vie, elle ne se donne pas des airs graves et pénétrés ; quand elle vous parle, elle ne sort pas des citations grandioses. Elle chante, joue de la guitare, elle est même médaillée d’or aux championnats canadiens de judo (en 1988). Avec son compagnon, le comédien Claude Despins, elle fait grandir en beauté et en grâce trois enfants.

• On retrouvera Fanny Mallette dans la nouvelle télésérie 19-2, à Radio-Canada, dès le 2 févr., et dans En terrains connus (à l’affiche le 18 févr.),  de Stéphane Lafleur, deuxième long métrage après le très original Continental, un film sans fusil dans lequel elle jouait Chantal qui, comble de la solitude, se laissait des messages téléphoniques à elle-même.

Les commentaires sont fermés.

Fanny Mallette est une de nos plus grandes comédiennes vivantes. Son jeu tout en nuances dans le personnage ingrat de Nora Desrochers de la série « Nos étés » m’avait jetée par terre. L’hommage que vous lui rendez est bien mérité. Merci de nous l’avoir redonné à lire, accompagné de cette amusante photo clin d’oeil.

Fanny Mallette était extraordinaire dans Cheech de François Létourneau autant sur scène qu’au grand écran.
Magnifique photo de Jean Blais et comme toujours un très beau texte de M. Ducharme.

Daans les futurs générations au conservatoire on parlera de cette grande comédienne qui a marqué les coeurs Québéquois par sa simplicité qui ne renie jamais origines familiales et sociales, une artiste qui fait son boulot avec passion et honneteté pour son publique,sa famille est bénie d’avoir ce petit bout de femme dynamite , si certains disent on a notre Céline moii je dis on a notre Fanny sans armada publicitaire,Madame mallette, Merci !!!