Idoménée bien  vivant

WOLFGANG AMADEUS MOZART / IDOMÉNÉE, OPÉRA EN TROIS ACTES. Avec, notamment, Richard Croft, ténor  ; Bernarda Fink, mezzo-soprano  ; Alexandrina Pendatchanska et Sunhae Im, sopranos. RIAS Kammerchor, Freiburger Barockorchester, dir. René Jacobs. Harmonia Mundi HMC 902036.38 (trois CD et un  DVD).

Retourner  aux  sources  et  rendre  les  œuvres  vivantes  sont  les  missions  que  s’est  données  le  chef  belge  René  Jacobs,  et  elles  sont  accomplies  dans  cet  enregistrement  d’Idoménée.  Le  premier  chef-d’œuvre  dramatique  de  Mozart  est  moins  connu  que  Così  fan  tutte,  ayant  pâti  de  sa  réputation  d’opera  seria  inspiré  de  l’Antiquité  –  l’après-guerre  de  Troie,  en  l’occurrence.  Mais  Jacobs  joue  la  carte  du  drame  humain  –  Idamante,  fils  du  roi  Idoménée,  promis  au  sacrifice,  est  sauvé  par  l’amour  d’une  femme  ennemie  -,  souligné  par  son  orchestre  de  virtuoses.  Il  sert  la  version  imaginée  par  le  compositeur,  mais  que  Mozart  dut  abréger  pour  pallier  les  lacunes  des  chanteurs  lors  de  la  première.  Rien  de  cela  ici  :  Richard  Croft  se  tire  avec  honneur  des  airs  d’Idoménée,  Bernarda  Fink  campe  Idamante  avec  prestance  et  émotion,  l’Électre  d’Alexandrina  Pendatchanska  est  électrisante.  La  guerre  de  Troie  a  eu  lieu,  c’est  comme  si  on  y  était.

 

Laisser un commentaire