Kid Koala: le DJ a les blues

Personne de sensé n’irait crier «Joue nous un blues!» à un DJ en train de scratcher. Mais dans le monde de Kid Koala, rien n’est jamais vraiment normal.

Ainsi, le virtuose Montréalais des table-tournantes propose avec 12 bit Blues un véritable disque de blues. Oui, oui!

Vous avez du mal à imaginer qu’on puisse «scratcher» le blues? Écoutez ce «minimix», qui fait le tour de toutes les pièces de l’album en 13 minutes:

Il faut entendre Kid Koala, Eric San de son vrai nom, tordre, allonger les notes et faire gronder ses échantillonnages de voix dans «2 bit Blues», avant d’y ajouter des découpages de cuivres.

Véritable magicien, Kid Koala sait faire tenir ensemble l’âme souffrante de tous les musiciens qu’il conjure dans son montage. On se déchire l’âme avec la chorale gospel qu’il invoque dans «6 bit blues», sur des roulements de batterie sortis des blues des années 1930.

Et à travers tout ce bricolage, le DJ a un plaisir évident.

12 bit Blues est l’album le plus cohérent de Kid Koala, qui a mis plus souvent sur disque des collages un peu abstraits que de vraies pièces de musique qui s’apprécient en elles-mêmes.

Vous n’aurez jamais entendu de blues comme ça, tout comme vous n’aurez jamais entendu de table-tournantes utilisées de cette façon..

Kid Koala – 12-bit Blues – Ninja Tune

À lire aussi :

Ma critique de son disque-bande dessinée Space Cadet.
Kid Koala parle de son album, pièce par pièce, au magazine Spin

Laisser un commentaire