La Cinémathèque québécoise ne ménage pas ses effets spéciaux

SecretsIllusions-ICONE-FINAL-V2Vu à la Cinémathèque québécoise : Secrets et illusions – La magie des effets spéciaux, exposition lançant les festivités du 50e anniversaire du « musée de l’image en mouvement ». L’expo bien bâtie, ni mesquine ni opulente, à la fois festive et instructive, nous transporte des premiers essais (Georges Méliès, Willis O’Brien) jusqu’aux réussites récentes. Au programme : artéfacts et autres appareils qu’on serait bien embêté de devoir faire fonctionner, mais surtout un paquet d’extraits de films et pas mal d’entretiens avec des concepteurs d’effets spéciaux de l’étranger, bien sûr, mais aussi avec des créateurs et artisans du Québec : par exemple,  Yves Simoneau, qui a réalisé Marie-Antoinette sur un fond vert dans un studio montréalais avec des acteurs québécois !, le maquilleur Adrien Morot (300, Night at the Museum, The Day after Tomorrow) et Pierre Raymond, patron d’Hybride Technologies, la boîte ayant conçu les effets spéciaux du film Avatar, de James Cameron.

La désormais quinquagénaire Cinémathèque fêtera son demi-siècle pendant un an, avec trois rétrospectives majeures : celle du créateur d’effets spéciaux Ray Harryhausen, présentement à l’affiche, suivie en décembre de l’œuvre de Jean Grémillon, l’un des réalisateurs importants de l’histoire du cinéma français – et l’un des plus méconnus qu’apothéosera, même si le verbe n’existe pas, « presque tout » d’Orson Welles, en janvier 2014. Aussi, en septembre 2013, on pourra faire le tour du délire cinématographique d’André Forcier. Et ce ne sont que quelques-unes des activités prévues.

 • Cinémathèque québécoise, 335, de Maisonneuve Est, 514 842-9768.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie