La photographie en apesanteur

Le photographe Benoît Aquin a suivi, en 2007, les artistes du cirque Éloize lors des répétitions du spectacle Nebbia, avant les premières qui ont eu lieu en Europe. Écrit et mis en scène par Daniele Finzi Pasca, Nebbia est une coproduction avec le Teatro Sunil, de Lugano en Italie. Il rassemble 11 artistes multidisciplinaires venus du Québec, des États-Unis, du Brésil, de la Colombie, du Paraguay, de la France et de la Suisse. Pendant six semaines, la gare Dalhousie dans le Vieux-Montréal a été le théâtre des clichés de Benoît Aquin. Des photographies magiques qui captent les acrobates en plein vol, créant une poésie nouvelle. Il nous raconte l’histoire qui se cache derrière chacune de ses prises.

felix salas apesante

Voici le numéro du contorsionniste, Félix Salas, originaire du Paraguay. Le perchiste promène une lumière autour du contorsionniste pendant sa prestation, qui  se déroule dans une ambiance de fête foraine. « C’est émouvant, la musique et les chants italiens, c’est superbe. »

stephane gentilini apesanteur

Stéphane Gentilini, de France, est un des deux clowns qui animent cette scène « touchante, plus théâtrale qu’acrobatique, et très émotive ».

joseph pinzon apesanteur

Joseph Pinzon, d’origine américaine, fait des acrobaties aériennes en s’enroulant autour de longs foulards rouges descendus du plafond.

trampoline apesanteur

Jean-Philippe Cuerrier, du Québec, et Gustavo Lobo Alves da Fonte, du Brésil, sautent sur un trampoline en se lançant un homme comme un ballon.

cerceaux apesanteur

Le clown Stéphane Gentilini exécute son numéro avec les cerceaux. L’éclairage qui ressemble à une lune nimbée de brume vient du titre du spectacle, Nebbia, qui signifie brouillard en italien.

cerceaux corps apesanteur

Stéphane Gentilini fait passer plusieurs cerceaux autour de son corps, en créant des illusions d’optique.

gravite apesanteur

Des acrobates au trampoline sautent et s’amusent. « À certains moments, la caméra nous réserve des positions du corps de l’acrobate qui deviennent extraordinaires, parce qu’elles sont figées. C’est comme s’il n’y avait plus de gravité, tout est léger. C’est la beauté de la chose, seule la caméra nous révèle ces scènes. Les corps défient la gravité. »

assiettes apesanteur

Cette scène de groupe se déroule dans un restaurant. Les assiettes circulent et fusent de toutes parts, alors que les personnages se hèlent comme des serveurs dans un restaurant occupé.

cordes apesanteur

Cette scène est inspirée des gauchos (cowboys) d’Argentine. Pendant qu’un musicien joue du tambour, les artistes font tourner les cordes rapidement autour d’eux, en frappant les boules au sol pour créer un rythme.

couple apesanteur

Jean-Philippe Cuerrier et Catherine Girard, deux trampolinistes québécois, jouent un couple d’amoureux. Ils sont aussi partenaires dans d’autres numéros.

parapluie apesanteur

Marc-Alexandre Brûlé, un concepteur de magie et d’illusions, essaie de trouver une façon de dégager de la fumée à partir d’un parapluie. « La vie trépigne de partout dans un cirque. Tout le monde travaille pour culminer au même point, en même temps. »

pause cafe apesanteur

Les artistes prennent une pause-café entre deux répétitions : le Colombien Gonzalo Munoz Ferrer, clown, est assis, avec à sa gauche le Suisse Nicola Marinoni, musicien, et à sa droite, Félix Salas, le contorsionniste du Paraguay. « Ils sont parfois fatigués, car ils font de longues heures de travail avant les premières. » La troupe rassemble tout un amalgame de cultures différentes. Les artistes communiquent en plusieurs langues : espagnol, français, anglais et italien !

clown apesanteur

Ce numéro rassemble les deux clowns, Stéphane Gentilini et Gonzalo Munoz Ferrer, ainsi que le contorsionniste, Félix Salas. « C’est un des numéros que j’aime le plus. On dirait une vieille image de cirque. Avec les costumes, les expressions sur le visage des personnages, le porte-voix… on dirait que ça vient d’un autre temps. »

tiges assiettes apesanteur

Le numéro commence avec les chassés-croisés amoureux des personnages. Ils déposent ensuite des assiettes sur de longues tiges de métal, puis les font tourner, en espérant qu’elles ne tombent pas.

histoires apesanteur

Les clowns Stéphane Gentilini et Gonzalo Munoz Ferrer racontent des histoires à la foule, pendant que l’un d’eux joue de l’égoïne avec un archet.

musiciens apesanteur

Dans les locaux de la gare Dalhousie du Vieux-Montréal, les musiciens répètent. Ils participent activement à plusieurs scènes du spectacle.

daniele apesanteur

Daniele Finzi Pasca fait des ajustements dans la mise en scène.

trapezistes apesanteur

Les trapézistes sont immobilisées dans un mouvement gracieux, comme de petites poupées suspendues. « C’est magnifique, très sensuel et rêveur… La mise en scène, les costumes, la musique, tout est très raffiné. »

percussionniste apesanteur

Des musiciens discutent pendant la répétition. Nicola Marinoni est percussionniste et Maria Bonzanigo s’occupe de la composition musicale, des arrangements et des chorégraphies.

perchoir apesanteur

La trapéziste québécoise Evelyne Allard descend de son perchoir, dans un éclairage vert bleuté.

acrobaties apesanteur

Gustavo Lobo Alves da Fonte et Jean-Philippe Cuerrier exécutent des acrobaties, accrochés à des sangles.

marimba apesanteur

Andrée-Anne Gingras-Roy, une musicienne québécoise, joue du marimba, un grand instrument de percussion en bois très répandu en Amérique latine.