Les mots nouveaux sont arrivés!

« Fachosphère », « emportiérage » ou « divulgâcher » chez Larousse, « hypersexualisation », « malaisant » ou encore « niaisage » chez Robert : 150 nouveaux mots ont fait leur apparition dans chacun des dictionnaires, fournissant une photographie de l’évolution de la société. Explications avec Jean-Benoît Nadeau. 

Photo : iStockPhoto

Comme le jambon à Pâques et le beaujolais en novembre, chaque mois de mai nous apporte sa trâlée de mots nouveaux du Petit Larousse illustré et du Petit Robert. L’annonce des nouveautés lexicales annuelles est une opération fascinante. D’abord parce que celles-ci fournissent une radiographie intéressante de l’évolution de la société ; mais également pour ce que cela dit sur notre idée de la langue.

Cette année, les éditions 2020 nous annoncent chacune environ 150 nouveautés. Des mots comme « ubériser », « bioplastique », « fachosphère » (chez Larousse) ou « anticasseur », « microbilles », « hypersexualisation » (chez Robert) nous parlent manifestement des angoisses de notre époque, mais aussi des nouvelles réalités techniques et sociales. On y trouve d’ailleurs à boire et à manger, avec des mots comme « biérologie » ou « benaise » (repus, contraction de « bien aise »). Comme chaque année depuis 30 ans, on ne manque jamais d’y inclure quelques québécismes de bon aloi, comme « emportiérage » ou « divulgâcher » chez Larousse, ou « malaisant » et « niaisage » chez Robert, qui en compte une demi-douzaine cette année encore.

Quand je compare les deux listes, une chose me frappe : les seuls mots communs aux deux listes sont « cryptomonnaie » et « udon » (une nouille japonaise). Autrement dit, chaque dictionnaire a ses nouveautés bien à lui. « C’est parce que Larousse reprend nos nouveautés de l’année précédente », dit Marie-Hélène Drivaud, directrice éditoriale chez Robert. Comme quoi, ça peut jouer dur entre collègues. En fait, l’un et l’autre finissent par se rattraper. Le Larousse, par exemple, avait admis « poutine » dès 1998, soit neuf ans avant Le Robert, en 2007 — même le Oxford English Dictionnary l’avait fait avant Le Robert, dès 2004.

J’ai toujours été fasciné par la manière dont on fait les dictionnaires. Les lexicographes sont des passionnés qui notent les nouveaux mots, les nouvelles tournures, les écarts à la norme avec un œil de lynx. Ils aiment d’ailleurs tant les mots qu’ils répugnent à parler des purges occasionnelles qu’ils doivent faire pour supprimer des mots désuets, comme « magnétoscoper ». J’ai découvert un organisme, le Club d’orthographe de Grenoble, qui a compilé des statistiques intéressantes. En 1998, Larousse a supprimé 4 348 mots, puis 156 en 2000, 220 en 2005 et 447 en 2012, mais en général, on s’en tient à une demi-douzaine par année, en moyenne. Le Robert est plus conservateur : 50 en 2009. Autrement : zéro.

Le processus de sélection

Les lexicographes français ont constitué de très grandes marques mondialement réputées, qui produisent des dictionnaires dans toutes les langues — Larousse produit même un dictionnaire général de l’espagnol. Même si les dictionnaires sont des opérations commerciales qui supposent un certain opportunisme quant aux tendances nouvelles, les éditeurs français évitent de céder au racolage absolu, comme l’avait fait le dictionnaire australien Macquarie, en 2013. Pour faire mousser la campagne de presse de sa sixième édition, Macquarie avait carrément fabriqué un mot, le phubbing (télésnobisme). Macquarie avait atteint sa cible, puisque le mot avait beaucoup fait parler, tout en soulevant quelques doutes sur le sérieux de la démarche.

De nos jours, la technologie permet des approches scientifiques extrêmement poussées. L’Université de Sherbrooke, avec Usito, et la Real Academia (pendant espagnol de l’Académie française) travaillent à partir d’un très grand échantillonnage linguistique. Dans le cas d’Usito, par exemple, on a recueilli les textes de près de 15 000 sources (journaux, thèses, auteurs), un total de 50 millions de mots, qui a permis d’établir une nomenclature d’environ 50 000 termes sur la base de leur fréquence. C’est long, c’est scientifique, c’est lourd et difficile à rentabiliser de façon commerciale.

Pour un dictionnaire commercial normal, on est un peu plus dans l’artisanat. Les mots sont recueillis par observation. Chez Larousse comme chez Robert, ils sont une quarantaine qui nourrissent une base de données de 3 000 à 4 000 nouveautés relevées dans la presse, les romans, la publicité. La suite — qui consiste à réduire cette liste à 150 mots nouveaux — est un peu plus obscure, car les critères dépendent largement des personnes mises à contribution.

Chez Larousse, qui est plus clair relativement au processus, on exerce deux filtres : celui de la fréquence des termes et celui de leur niveau d’adoption. Si un terme nouveau est fréquent et qu’il est sorti des cercles spécialisés où naissent les mots nouveaux, il accède à la liste « courte », environ 800 termes. Il s’ensuit alors quelques mois de réunions pour déterminer si le terme est signifiant, s’il décrit un fait de société nouveau ou s’il ne sera que passager ou résulte strictement d’un effet de mode passagère. Dans certains cas, c’est évident. Dans d’autres cas, il faut voter. « Pour nous, c’est très important de savoir si le mot résulte d’une mode ou non », dit Carine Girac-Marinier, directrice du Département des dictionnaires chez Larousse.

Une certaine idée de la langue

La manière dont on choisit les autres termes francophones ne suit pas exactement les mêmes critères. Des correspondants québécois, belges, sénégalais, algériens font remonter vers Paris les termes particuliers du français local. Ces correspondants, souvent linguistes, seront également consultés pour les définitions. On leur confie également des travaux : pour Le Robert, le linguiste de Radio-Canada, Guy Bertrand, a épluché 230 mots du roman Le Matou, pour en expliciter le sens. On accueille également les suggestions des auteurs : c’est Marie Laberge qui a insisté pour que Le Robert 2020 adopte le « respire » (au sens de respiration).

Chez Larousse, Carine Girac-Marinier m’a expliqué que les mots d’ailleurs sont choisis pour leur potentiel d’universalité. « “Emportiérage”, nous n’avions absolument aucun terme pour ce type d’accident, qui est pourtant très grave. Quant à “divulgâcher”, il soulève un tel intérêt que je ne serais pas surprise qu’il soit adopté ici pour remplacer l’anglicisme “spoiler”. »

On compte 2 000 mots francophones (c’est-à-dire ceux qui viennent d’ailleurs en francophonie) parmi les 63 000 du Larousse, un peu plus dans Le Robert. De temps à autre, ils en échappent une, comme on dit. Pour le Larousse 2020, la presse québécoise s’est étonnée d’y voir le québécisme « nounoune » au féminin sans son pendant masculin, « nono ». Mais Le Robert, lui, a certes introduit « nono » depuis longtemps, mais le féminin attribué, « nonote », est loin d’être usuel.

Même si Larousse et Robert ont une ambition francophone affirmée, le français qu’ils décrivent est d’abord le français vu de Paris. Un grand nombre de mots français n’intéressent que les Français et ne correspondent à aucune réalité ici. Prenez « vidéoverbalisation » (contravention par caméras de surveillance) : ça ne signifie rien de ce côté-ci de l’Atlantique (verbaliser, en France, signifie dresser un procès-verbal, c’est-à-dire une contravention). Il y a aussi « slasheur » (personne qui cumule plusieurs boulots) « smicardisation » (de SMIC, pour salaire minimum), « boboïser » (rendre bobo), « dédiésélisation » (réduction du diésel dans le parc automobile), « bore-out » (burnout causé par l’ennui) ou « locavorisme » (mouvement prônant la consommation de légumes et de fruits locaux) — et il est d’ailleurs loin d’être acquis que ces deux derniers ne seront pas des modes passagères.

Mais on ne refera pas la sociologie du français : les Québécois commencent tout juste à produire leurs propres dictionnaires, plusieurs siècles après les Français. Alors, rendons à César ce qui appartient à César, et Dieu merci pour les pages roses du Larousse !

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Je suis abitibienne et je peux vous confirmer qu’on utilise « nonote » beaucoup plus souvent que « nounoune », et plutôt comme une taquinerie.
Mais j’aimerais savoir dans quelles régions on utilise « vacher » qui vient d’être ajouté au Robert. Je connais bien « évacher » mais « vacher », jamais entendu.