Florent Schmitt – La tragédie de Salomé

Retrouvant le Métropolitain, Yannick Nézet-Séguin le fait sonner comme un grand orchestre.

Les bois solistes capiteux et les cordes opulentes font du Schmitt une réussite exceptionnelle. Les climats s’installent, les atmosphères se succèdent, l’évidence s’impose : nous sommes en présence d’un jeune maître. De plus, la prise de son est stupéfiante de chaleur et de présence.

La symphonie de Franck exige un souffle soutenu pour trouver sa grandeur. C’est la première fois que Nézet-Séguin réussit à souder de façon aussi cohérente les différents moments d’une partition, son hédonisme naturel lui faisant parfois s’attarder à un arbre en négligeant la forêt. Le Métropolitain et son chef livrent ici l’enregistrement le plus achevé de leur collaboration.

FLORENT SCHMITT / LA TRAGÉDIE DE SALOMÉ. CÉSAR FRANCK / SYMPHONIE EN RÉ MINEUR. ORCHESTRE MÉTROPOLITAIN. ATMA ACD2 2647.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

C’est la première fois que j’entends ccette oeuvre et, de façon surprenante, elle me fait penser à Wagner… Je n’avais jamais remarqué les ressemblances entre Franck et Wagner, la force des cuivres, les violons…