L’art de la guerre

 

(Sur la photo: Robe de chiffon et gants, Jean Paul Gaultier, collection haute couture printemps-été 2000 / prêt de Jean Paul Gaultier)

Des canons, une robe dessinée par Jean Paul Gaultier, une coque de navire, un bikini signé Christian Dior… Voisinage parfaitement improbable. Sauf, bien sûr, dans une exposition sur le camouflage, comme celle qui prend l’affiche ces jours-ci au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.

Comment soustraire un canon ou un navire à la vue des pilotes d’avions ennemis ? Faire en sorte qu’un destroyer « survole » un sous-marin sans être détecté ? Ces intéressants problèmes sont venus compliquer la tâche des militaires, surtout à partir de la Première Guerre mondiale. Ils les ont forcés à se transformer en artistes. Et à inventer l’art du camouflage.

Né au cours de la guerre de 1914-1918, le camouflage n’a pourtant mis que quelques années à envahir la vie civile. Dès 1919, les magazines féminins commencent à présenter des reportages sur l’art d’utiliser le camouflage pour améliorer sa silhouette… Depuis, les artistes contemporains (comme Andy Warhol), les manifestants pacifistes et même les jeunes musiciens punks l’ont récupéré. 

______________

Musée canadien de la guerre, à Ottawa, du 5 juin 2009 au 3 janvier 2010.