L’art de verrouiller son vélo

Les vols de vélos sont fréquents. Mais on peut les éviter. Je verrouille mon Marinoni en titane, équipé d’un système de changement de vitesses Dura-Ace 10 pignons, en plein centre-ville de Montréal depuis des années. Et on ne me l’a jamais volé !

L’art de verrouiller son vélo
Photo : Pinehead

Voici mes techniques antivol :

– D’abord, il faut bien choisir le lieu où l’on verrouille sa bicyclette. L’idéal ? Un parcomètre ou un poteau métallique – vérifiez s’il est solide – près d’un mur de bâtiment. On glisse le vélo entre le poteau et le mur, en plaçant le système de transmission face au mur afin que les piétons – ou le voleur – ne puissent voir sa marque.

Le verrouillage, maintenant. Les roues des bicyclettes sont souvent fixées au cadre au moyen d’un système de déblocage rapide (et non par des écrous), ce qui facilite la tâche du voleur. Mettez-lui des bâtons dans les roues ! Enlevez la roue avant, placez-la vis-à-vis de l’autre, et verrouillez-les ensemble, en passant le cadenas autour des deux jantes et le tube de selle. Les deux roues sont ainsi cadenassées au cadre.

Quel cadenas choisir ? Le choix ne manque pas, comme en témoignent les sites des fabricants. Un cadenas à câble peut faire l’affaire, mais son diamètre doit être suffisamment grand (au moins 15 mm) pour que le voleur ne puisse le couper avec une simple pince. Personnellement, je préfère le cadenas en U. Et je n’en utilise qu’un. Deux cadenas assurent une double sécurité (à condition que ce soit des bons), mais ils peuvent être lourds à transporter.

Il existe un autre moyen de sécuriser ses roues : remplacer la broche de blocage (la tige introduite dans le moyeu) par une tige de verrouillage, comme celles vendues par Pinehead (voir photo ci-dessus) ou Onguard. Les roues demeurent alors fixées au câble. Pour les enlever, il faut recourir à une clé – unique à chaque propriétaire. Ce système coûte environ 60 $.

Trop cher ? Plusieurs messagers à vélo fixent leur roue au câble à l’aide d’une attache en acier inoxydable utilisée en plomberie qui ressemble à une attache autobloquante (tie wrap). Cela égratigne le cadre, mais il en coûte à peine deux dollars à la quincaillerie du coin.
Attention : si l’on opte pour l’un de ces deux derniers systèmes, il faut tout de même verrouiller le cadre de son vélo.

Pour finir, le meilleur moyen de protéger sa bicyclette des voleurs demeure de la traîner… avec soi. Par exemple, lorsque je vais chez la coiffeuse, je la rentre dans le salon. Une autre bonne raison de nettoyer son vélo !

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie