Le bédéiste et le vigneron

Un livre pour les amateurs de vin qui veulent en savoir plus sans disséquer un manuel d’œnologie.

LAT04_VINS_bd

Il est ici question de mots autant que de vin. Et de l’histoire d’Étienne Davodeau, bédéiste de renom, et de Richard Leroy, vigneron-culte de la région d’Anjou. Davodeau pose d’abord ce constat : bien qu’ils soient voisins, chacun ignore tout du travail de l’autre. Les ignorants : Récit d’une initiation croisée raconte leur apprentissage mutuel.

Au fil des pages, on se transporte dans l’univers de Davodeau, que le vigneron suit chez son imprimeur belge, chez son éditeur et chez ses confrères dessinateurs, puis dans les festivals de la BD. On découvre aussi celui de Leroy, que le bédéiste assiste à la taille des vignes, accompagne chez le tonnelier, chez ses collègues vignerons, puis dans les salons des vins.

LAT04_VINS_bd3

Avec son trait de crayon caractéristique, Davodeau communique les enseignements de Leroy et expose le cycle de la vigne et le parcours du vin, depuis la vendange jusqu’à sa mise en marché. On y découvre le rôle déterminant que jouent la taille de la vigne, le choix des barriques, le labourage, la biodynamie, la nature des sols — rhyolite pour Les Noëls de Montbenault et schiste gréseux pour Les Rouliers — et la gestion du soufre, tout comme la météo et le temps qui passe.

Un livre à découvrir pour tout amateur de vin qui souhaite approfondir ses connaissances sans pour autant avoir l’ambition de disséquer un manuel professionnel d’œnologie.

À défaut de pouvoir goûter les vins somptueux de Richard Leroy — 2,7 hectares ne suffisent pas à abreuver la planète —, voici deux excellents vins de chenin blanc qui inspireront votre lecture.

Domaine Guiberteau, Saumur 2013, Clos de Guichaux (11461099 ; 29,65 $)

Romain Guiberteau est une référence de l’appellation saumur. Issu d’un vignoble historique de la commune de Bizay, cultivé en bio et vinifié avec un minimum de manipulations, son Clos de Guichaux est l’exemple même d’un chenin blanc de terroir : vif, dense, compact et structuré. Encore très jeune, il gagnera à respirer en carafe pendant au moins une heure ou à reposer en cave quelques années.

Adi Badenhorst, Chenin blanc 2015, Secateurs, Swartland (12135092 ; 19,95 $)

Aux antipodes, un excellent vin blanc de la région de Swartland, en Afrique du Sud, où le cépage a été implanté dès le XVIIe siècle. À peine arrivé à la SAQ, le 2015 s’inscrit dans le même esprit de pureté et de buvabilité que le saumur, mais mise davantage sur le caractère friand, guilleret et fruité d’un vin jeune. Vendu à prix d’aubaine dans l’ensemble du Québec.

Les commentaires sont fermés.

«Un livre à découvrir pour tout amateur de vin qui souhaite approfondir ses connaissances sans pour autant avoir l’ambition de disséquer un manuel professionnel d’œnologie.»

Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. J’avais entendu parlé de cette BD et cet article a fait que je vais m’arranger pour la lire.