Le boum des parcs à thème en Chine

En 2016, un premier parc d’attractions Disney ouvrira ses portes au pays du Dragon, où d’autres endroits semblables connaissent un succès sans précédent. Bienvenue dans l’eldorado du divertissement !

chine1
À Shenzhen, les montagnes russes donnent des frissons : la descente se fait à 100 km/h !– Photo : OCT East

Amateurs de sensations fortes, accrochez-vous. À bord du Mountain Flyer, des montagnes russes tout en bois qui serpentent sur les flancs d’une colline de jungle, la descente de 132 m de dénivelé se fait à près de 100 km/h ! Cette installation spectaculaire a attiré une bonne partie des 4,2 millions de personnes qui ont visité OCT East l’an dernier. Situé à Shenzhen, ville industrielle de 10 millions d’habitants, ce parc d’attractions de neuf kilomètres carrés combine manèges, hôtels, terrains de golf, volière, spectacles aquatiques et autres activités pour séduire petits et grands. Difficile de se croire en Chine alors qu’un groupe de rappeurs noirs fait danser la foule dans une réplique d’un village tyrolien, au bout d’une rue couverte d’un immense écran lumineux où défilent des images de fleurs psychédéliques !

OCT East, qui a ouvert en 2007, est le plus fréquenté des parcs à thème en Chine… mais peut-être plus pour très longtemps. Car le pays connaît un boum sans précédent dans ce domaine : une soixantaine de nouveaux parcs doivent voir le jour d’ici 2020 et, selon le consultant américain AECOM, qui publie chaque année le portrait de ce secteur d’activité, la Chine va bientôt devenir, et de très loin, le plus grand parc d’attractions du monde !

Au début 2016, le très attendu premier parc Disney de Chine ouvrira ses portes à Shanghai, fruit d’un investissement commun de cinq milliards de dollars du géant américain et de la ville. Puis, ce sera au tour de DreamWorks d’inaugurer un parc dans la même ville, sur le thème de ses films (dont Kung Fu Panda, qui a fait un malheur en Chine). L’automne dernier, Pékin a également donné son accord au projet des studios Universal, dans lequel quatre milliards de dollars devraient être investis d’ici l’ouverture, annoncée pour 2019.

Les groupes chinois ne sont pas en reste. Depuis deux ans, ils ont aussi ouvert 12 nouveaux grands parcs un peu partout dans le pays, et trois de ces groupes sont déjà parmi les 10 plus importants propriétaires au monde. OCT Parks, conglomérat fondé en 1985 à Shenzhen, a attiré plus de 26 millions de visiteurs dans ses trois parcs de Shenzhen et dans cinq autres parcs Happy Valley ailleurs au pays, et vient tout juste de dépasser au classement mondial, pour le nombre de visiteurs, le groupe Six Flags, propriétaire notamment de La Ronde, à Montréal. Les premiers parcs chinois visaient à amuser, mais aussi à instruire les visiteurs. OCT (initiales d’Overseas Chinese Town, ville chinoise d’outre-mer) a installé dans ses parcs de Shenzhen des manèges, mais aussi des répliques de 130 monuments du monde, dont une tour Eiffel de 108 m de haut, ainsi qu’un village des cultures populaires des groupes ethniques de Chine. Objectif : permettre aux touristes chinois de voir le monde… sans sortir de leur pays !

chine2
DreamWorks…
chine4
… et Disney…
chine3
… font concurrence aux groupes chinois… qui renchérissent. Ainsi, Dalian Wanda ajoutera 13 parcs à celui de Wuhan, qui présente un spectacle signé Franco Dragone dans une salle en forme de lanterne. – Photos (dans l’ordre): D.R.; Associated Press/La Presse Canadienne; The Han Show by Dragone

Les nouveaux parcs sont plus orientés sur le divertissement, s’inspirant largement de la recette éprouvée ailleurs dans le monde. À coups de milliards de dollars, le pays attire la crème des créateurs mondiaux — dont la société montréalaise Triotech, qui a installé l’an dernier à OCT East sa plus grande salle d’attraction immersive XD Theater.

Le complexe Disney de Shanghai n’aura rien à envier à ses cousins de Californie ou de Floride. Environ 8 000 ouvriers travaillent sur le chantier, lancé en 2011. De gigantesques statues des signes du zodiaque chinois incarnés par des personnages de Disney ont déjà été installées dans un grand jardin.

Mais à quelques kilomètres de là, le groupe Dalian Wanda veut déjà lui faire concurrence. À lui seul, ce géant du divertissement projette de construire 13 autres parcs dans les prochaines années, pour un montant global de 40 milliards de dollars ! Dirigé par Wang Jianlin, un des hommes les plus riches de Chine, cet énorme conglomérat multiplie les rachats d’entreprises de divertissement dans le monde depuis 2012, cherchant à mettre la main entre autres sur les célèbres studios hollywoodiens MGM.

En décembre 2014, il a inauguré un vaste complexe de loisirs en plein cœur de la ville industrielle de Wuhan (centre de la Chine), lequel inclut un parc d’attractions et une salle de spectacle de 2 000 places en forme de lanterne chinoise d’un rouge éclatant, qui contient 10 millions de litres d’eau. Le Han Show qu’on y présente a été conçu par Franco Dragone, créateur de nombreux spectacles du Cirque du Soleil.

En 2002, seul un ménage chinois sur 10 gagnait plus de 10 000 dollars par an. Dix ans plus tard, 71 % des familles avaient atteint ce niveau de revenu, au-delà duquel les conditions de vie s’améliorent nettement… et où on peut commencer à dépenser pour les loisirs. La Chine, qui mise de plus en plus sur les services pour assurer son développement économique, encourage massivement l’industrie du divertissement pour stimuler la consommation.

Dans un pays où la politique de l’enfant unique a donné naissance à des bébés souvent gâtés par leurs parents, les parcs d’attractions sont destinés à connaître un succès florissant. Selon AECOM, leur fréquentation devrait passer de 60 millions de visiteurs en 2010 à 127 millions en 2015, puis à 320 millions en 2025. De quoi supplanter largement la Floride au titre de Mecque du manège !

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie