Le festival de théâtre à L’Assomption : 3 jours, 10 spectacles, beaucoup d’artistes lanaudois

On n’y pense pas tous les jours, mais c’est joli L’Assomption, plutôt bien de ses personnes en plus, à quelque 45 kilomètres de Montréal. Dans la petite ville, il y a le Théâtre Hector-Charland, le Bistro L’Ange Cornu, où de bons chanteurs se produisent à trois pouces de notre nez, le Théâtre du Coin, le resto L’Entract’, la Bibliothèque Gabrielle-Roy. C’est dans ces lieux que se déroule le 12eFestival de théâtre à L’Assomption. Le programme a belle allure : du théâtre tout fait, du théâtre à faire, une table ronde, un jeu questionnaire, un paquet d’artistes lanaudois.

Dans le choix des dix spectacles, je coche : Détour de chant, un déambulatoire avec les chansons de Réjean Ducharme ; Britannicus Now, de la très douée auteure, comédienne, voire acrobate, Marilyn Perreault, une production du Théâtre du Double Signe de Sherbrooke ; Autant s’emportent les gens, de Véronique Pascal, premier volet d’une trilogie également composée d’Elle danse avec les lourds et de L’amour au temps du cholestérol – les titres déjà captent l’attention ; Scalpée, d’Anne-Marie Olivier, qui traite de cyberdépendance, de perte de l’être cher, de suicide – que de la gaieté ! ; et Juste Fake It, de Joe Jack et John, une compagnie qui se définit autant par son esthétique, miroir de notre américanité, que par ses distributions atypiques, souvent composées de personnes atteintes de déficience intellectuelle. Just Fake It, que j’ai vu l’an dernier, ne ressemble à rien de ce qui circule habituellement sur nos scènes.

Le Festival de théâtre à L’Assomption, du 25 au 27 octobre, 450 589-9198, poste 5.

Laisser un commentaire