Le février de Son Lux

Au début 2011, l’Américain Son Lux a sorti We Are Rising, l’un des meilleurs disques de cette année. Un an plus tard, deux nouvelles offrandes de Ryan Lott (c’est son vrai nom) jettent un autre éclairage sur l’album.

En seulement 28 jours, l’Américain Son Lux a composé, arrangé et enregistré les chansons de l’album We Are Rising, en février 2011. Et on ne parle pas d’un disque guitare et voix tout simple, mais plutôt de 35 minutes luxuriantes, pleines de vents, de cordes, de piano et de manipulations électroniques, bref, de l’un des meilleurs disques de 2011.

Pourquoi en reparler un an plus tard ? D’abord parce que le génie de Son Lux est trop peu connu. Mais aussi parce que les deux nouvelles offrandes de Ryan Lott (c’est son vrai nom) jettent un autre éclairage sur We Are Rising.

Premièrement, BreakThru Radio Session, un court disque en concert (à la radio) de six chansons. Les pièces, tirées des trois albums de l’artiste, sont dépouillées au possible. En lieu et place des riches orchestrations, on trouve un piano et parfois quelques synthétiseurs. Cette simplicité met en valeur l’extraordinaire sensibilité du musicien, sur des pièces qui n’avaient peut-être pas encore atteint leur plein potentiel émotif au moment où elles ont été endisquées la première fois.

Deuxièmement, le musicien a mis en ligne une version instrumentale de We Are Rising. C’est une occasion rare de plonger au cœur d’un disque. Le génie et l’inventivité des arrangements y brillent, à tel point qu’on se dit que l’album aurait presque pu paraître ainsi, sans la voix.

On se dit aussi que si Son Lux arrive à créer tant de beauté en 28 jours, on aimerait bien voir ce qu’il pourrait faire au cours d’une année bissextile !

Laisser un commentaire