Le Kurt Cobain Day et autres hommages étranges

Si Kurt Cobain, Ernest Hemingway et Jim Thorpe savaient la teneur des hommages qui leur sont rendus…

Photo © Frank Micelotta / Stringer / Getty Images
Photo © Frank Micelotta / Stringer / Getty Images

Aberdeen, dans l’État de Washington, ressemble à Twin Peaks – la ville imaginée par David Lynch pour son film et sa série du même nom – mais sans son côté excitant, avait un jour blagué Kurt Cobain, le défunt chanteur du groupe de rock grunge Nirvana.

Malgré les relations complexes entre l’artiste et sa ville natale, Aberdeen a tenu son premier Kurt Cobain Day, jeudi, afin de célébrer son enfant disparu. Comment ? En dévoilant une statue à la gloire du chanteur intitulée Cement Resurrection, en chantant quelques tubes de Nirvana par l’intermédiaire du groupe local Gebular et… en mangeant des cupcakes et des cookies. Le genre de célébration que Kurt Cobain n’aurait pas vraiment goûté…

Mais Aberdeen n’est pas la seule ville à vouloir sa part du gâteau. La cité voisine de Hoquiam, où l’artiste a vécu pendant un temps – du moins, selon le maire local – prévoit tenir un Nirvana Day, le 10 avril prochain, jour de l’intronisation du groupe au Temple de la renommée du rock and roll.

Les musiciens n’ont pas l’exclusivité des célébrations mièvres, explique Dominic Rushe, du Telegraph. Tous les ans, au mois de juillet, une centaine de vieux schnocks aux cheveux blancs se rassemblent à Key West pour élire celui d’entre eux qui ressemble le plus à Ernest Hemingway.

« Ressemblant à un troupeau de Pères Noël au repos après les fêtes de fin d’année, ils s’habillent de plusieurs manières rappelant « Papa » (le surnom de l’écrivain) et concourent dans des événements qui incluent le bras de fer et la pêche. On suppose que des ambulances restent à proximité », s’amuse Rushe.

Qu’en aurait pensé Hemingway ? Peu de bonnes choses. Ceci étant, il est aussi l’auteur de la citation suivante : « Un homme intelligent est parfois obligé d’être saoul pour passer du temps avec les imbéciles ».

Photo © Topical Press Agency/Getty Images
Photo © Topical Press Agency/Getty Images

Mais l’hommage le plus étrange est probablement celui rendu à l’athlète Jim Thorpe, mort en 1953. D’ascendance amérindienne, il devait être enterré dans la réserve de Sac and Fox, en Oklahoma, mais pendant la cérémonie funèbre, Patsy Thorpe, sa troisième épouse, a fait irruption en compagnie de la police d’État et s’est saisie du corps.

Patsy Thorpe avait vendu le cadavre de son mari à deux villes en difficulté de Pennsylvanie, Mauch Chunk et East Mauch Chunk, qui avaient promis de fusionner, de se renommer et de construire un monument en hommage au champion olympique du pentathlon et du décathlon (à Stockholm, en Suède, en 1912), qui n’avait pourtant jamais mis les pieds dans ces patelins. Soixante ans plus tard, la ville baptisée Jim Thorpe, en Pennsylvanie, est au cœur d’une bataille juridique avec la famille Thorpe, qui réclament le retour de la dépouille de leur ancêtre dans l’Oklahoma.

Pour découvrir d’autres hommages étranges, lisez l’article de Dominic Rushe sur le site du Telegraph.