Le musicien Alan Wilkis et le «voyeurisme à l’ère du numérique»

Obsédé par notre rapport schizophrène aux nouvelles technologies, Alan Wilkis, alias «Big Data», en a tiré un album au titre évocateur, 2.0.

alan-wilkis

Malgré la divulgation croissante de données personnelles sur Internet, difficile de se passer des communications en ligne. De quoi devenir méfiant, à l’image d’Alan Wilkis, alias « Big Data », musicien tellement obsédé par le « voyeurisme à l’ère du numérique » qu’il en a tiré un album au titre évocateur, 2.0.

Plutôt taillée pour la piste de danse, sa musique est portée par des textes qui détonnent pour le genre : on y parle d’Edward Snowden, de Twitter, de la NSA. Une douce satire qui souligne notre rapport schizophrène aux nouvelles technologies.

Coutumier du fait, Big Data s’était déjà signalé avec la chanson « Dangerous » et son clip assorti d’une application, FaceHawk. Celle-ci se connecte à votre compte Facebook et y simule un piratage en créant une vidéo détraquée qui fait éclater votre page au son de sa chanson. Puis, tout se remet en place, non sans vous avoir rappelé combien votre vie privée est vulnérable.

……….