Le vent l’appelle par son prénom

Marie-Pierre Arthur sera en première partie de Karkwa au Métropolis, le vendredi 7 août à 21 h. Lisez ce que L’actualité a pensé de son album éponyme.

MARIE-PIERRE ARTHUR / MARIE-PIERRE ARTHUR Bonsound

Il y a fort à parier que lorsque l’ADISQ proclamera ses mises en nomination pour le Gala 2009, le nom de Marie-Pierre Arthur résonnera plus d’une fois et se retrouvera dans la catégorie « révélation de l’année ». L’engouement pour cette artiste, la première chanteuse à jouer de la basse électrique Hofner, est spontané. On l’avait aperçue avec Stefie Shock et Ariane Moffatt, mais on ne s’attendait guère à ce qu’elle brigue un statut de leader. Sa voix, parfois plaintive, on l’avait d’abord devinée dans Le volume du vent, dernier opus de Karkwa, assurant une présence féminine dans les chœurs. Ici, le groupe l’encadre solidement, partageant avec elle son univers sonore et son spleen. Les compagnons de route de Marie-Pierre sont donc de ceux qui élaborent ce nouveau son urbain dans la musique pop québécoise. Influencée par Radiohead et Coldplay, cette mouvance introspective est bénéfique pour la chanson francophone contemporaine. Écoutez « Le vent m’appelle par mon prénom », cadeau de Louis-Jean Cormier et Michel Rivard : ça plane, ça décolle, ça divague à l’âme. Mais une chanson vaut mille mots et celle de Marie-Pierre nous emporte dans sa bulle de béatitude. Très fort.

Pour en savoir plus sur son spectacle aux Francofolies : https://www.francofolies.com/Francos2009/programmation/grille_fr.aspx?artiste=506