Le Vieux-Québec, héritage britannique?

La ville de Québec va célébrer en 2008 le 400e anniversaire de sa fondation par Samuel de Champlain. Si elle fut pendant plus de 150 ans la capitale de l’Empire français d’Amérique, Québec fut, à partir de 1760, une ville de l’Empire britannique. Quand on regarde aujourd’hui l’héritage architectural de la capitale québécoise, il faut bien constater qu’il reste peu de choses du Régime français. Les Britanniques ont profondément marqué le visage de Québec.

panoramique vieux-quebec

Vue panoramique de l’arrondissement historique depuis la porte Saint-Louis. L’héritage britannique saute aux yeux : tout à fait à gauche, les pierres de la tour de la porte Saint-Louis, héritage de lord Dufferin (1878); puis, en allant vers la droite, une maison de l’époque britannique, rue d’Auteuil, au-dessus de laquelle on aperçoit le clocher la cathédrale Holy Trinity; au premier plan, le toit du Cercle de la Garnison (1816), derrière lequel se profilent le château Frontenac et le clocher de l’église écossaise Chalmers-Wesley.

style chateau vieux-quebec

Comme on peut le voir sur ces photos, le style château a fleuri à Québec à partir de la fin du 19e siècle. C’est la construction des portes Saint-Louis et Kent, entre 1878 et 1881, qui a donné le ton, à l’initiative de lord Dufferin, gouverneur général du Canada (1872-1878). À cette époque, la Ville de Québec envisageait de raser les fortifications, mais l’intervention de Dufferin les a sauvées. Le style château se retrouve encore dans une aile de l’hôtel de ville, la gare du Palais, le manège militaire, sans oublier le célèbre château Frontenac.

fortifications vieux-quebec

Vue des fortifications et de la porte Saint-Jean. Une partie des murs d’enceinte, dont celui-ci, remonte au Régime français. La porte Saint-Jean, dont on aperçoit ici la tour, est une construction qui date de 1936 et qui reproduit le style des autres portes.

dauphine vieux-quebec

La redoute Dauphine, commencée sous le Régime français, est complétée par les Britanniques, qui lui ajoutent des contreforts puis un étage dans la seconde moitié du 19e siècle. Elle a servi à loger les soldats de la Nouvelle-France puis, après la Conquête, les officiers du  Royal Artillery l’ont utilisée comme mess et comme logis.

place royale vieux-quebec

La place Royale, telle qu’on peut la voir aujourd’hui. Cette place était celle du marché de la Basse-Ville, à l’époque de la Nouvelle-France. Elle fut lourdement bombardée par les Anglais en 1759. Une gravure de l’époque nous la fait voir à l’état de ruine. La place actuelle est un bel exemple de reconstitution historique. À droite, le buste de Louis XIV, qui justifie le nom de la place.

maison vieux-quebec

Construite en 1779-1780 pour Antoine Vanfelson, cette maison de la rue des Jardins est un bel exemple de la poursuite du style «Nouvelle-France» sous le Régime anglais.

style nouvelle-france vieux-quebec

Construite en 1779-1780 pour Antoine Vanfelson, cette maison de la rue des Jardins est un bel exemple de la poursuite du style «Nouvelle-France» sous le Régime anglais.

porte cochere vieux-quebec

Cette maison de la rue Sainte-Anne a conservé sa porte cochère (à droite). Ce type de porte a été introduit à Québec par les Britanniques, qui tenaient à avoir leurs propres chevaux dans leur cour arrière. Sous le Régime français, l’élite préférait louer des chevaux au besoin.

style londonien vieux-quebec

Cette rangée de maisons de la rue d’Auteuil fait partie des premières résidences de style londonien construites à Québec. Celle de gauche, érigée en 1819, présente un toit plutôt aplati et une porte cintrée qui se démarquent des maisons traditionnelles de la vieille ville.

saint-denis vieux-quebec

La rue Saint-Denis, qui longe le parc de la Citadelle, a été construite sous le Régime britannique. Elle est strictement résidentielle, selon la coutume anglaise de réserver certaines rues pour l’habitation et d’autres pour les bâtiments de nature commerciale.

 
sainte-ursule vieux-quebec

Ces belles maisons restaurées de la rue Sainte-Ursule respirent le confort et une certaine aisance. Les deux maisons de droite ont un toit légèrement courbé selon un style qui a commencé à se propager à Québec à partir des années 1840. On remarque la permanence des murs coupe-feu. Dans l’ensemble, les toits sont moins pentus que ceux des maisons plus anciennes.

krieghoff vieux-quebec

La maison Krieghoff, rue Grande-Allée, porte le nom du peintre qui l’a habitée en 1859-1860. Construite au milieu du 19e siècle, elle est considérée comme le prototype de la maison québécoise traditionnelle. Pourtant, son toit incurvé, qui s’allonge pour couvrir une grande galerie, est peu adapté au climat d’un pays aux abondantes chutes de neige. Ce style, inspiré des demeures coloniales du Sud, a été importé à Québec par la gentry anglaise.

stuart vieux-quebec

La maison Stuart est située à l’angle de la rue Cartier et de la Grande-Allée. Il s’agit d’un cottage entouré de verdure qui donne le sentiment de se retrouver dans la campagne anglaise. Son toit incurvé et sa galerie couverte sont inspirés des demeures coloniales du Sud. Elle fut construite en 1849 pour l’épouse d’un marchand de bois de Québec.

st-andrew vieux-quebec

Au cœur de l’arrondissement historique, l’église écossaise St. Andrew, érigée entre la rue Sainte-Anne (à gauche) et la rue Cook. Cette église, terminée en 1824, fait aujourd’hui partie d’un îlot autour d’un segment de la rue Saint-Stanislas rebaptisé chaussée des Écossais en 2000.

petit champlain vieux-quebec

La rue du Petit-Champlain, haut lieu touristique du Québec actuel, doit son nom à une erreur de traduction. Jadis peuplée par des Irlandais qui servaient de main-d’œuvre au port, elle portait le nom de Little Champlain Street, ce qui aurait dû se traduire par Petite rue Champlain. Au 19e siècle, la chaussée était constituée de planches de bois.

croix celtique vieux-quebec

Cette croix celtique érigée en 2000 rue McMahon, au bout de la rue Saint-Stanislas, commémore la tragédie des Irlandais arrivés en masse à Québec dans la décennie 1840. Ils fuyaient la famine qui sévissait dans leur pays. La croix a été offerte à la ville de Québec par un mécène irlandais, James Callery, en reconnaissance de la compassion des Québécois envers ses compatriotes.

edifice price vieux-quebec

L’édifice Price, construit en 1929, domine le Vieux-Québec avec ses 18 étages et sa silhouette élancée. Il est le symbole de l’activité et du succès des Britanniques installés à Québec. William Price, arrivé au Canada en 1810, et ses descendants ont fait fortune dans le commerce du bois et du papier journal. La famille Price est toujours active dans les affaires à Québec

grande-allee vieux-quebec

Ces maisons de la Grande-Allée ont hébergé les familles de la bourgeoisie de Québec à partir de la fin du 19e siècle. Elles sont construites en terrasse (espace devant la maison, escalier extérieur et balcon) le long d’une avenue élargie et rectiligne, selon un modèle inspiré de la ville d’Édimbourg, en Écosse. La «New Edinburgh», aménagée à partir de la fin du 18e siècle, avait fait école à son époque.

armoiries vieux-quebec

Ces armoiries se trouvent au-dessus de la porte principale du parlement de Québec. Elles y ont été installées en 1885 par l’architecte Eugène-Étienne Taché, à qui l’on doit l’expression «Je me souviens», devenue en 1939 la devise officielle du Québec. Selon l’historien Jacques Rouillard, la devise ne renvoie pas seulement à l’histoire de la Nouvelle-France , mais à tout l’héritage du Québec, comme le symbolisent les feuilles d’érables canadiennes et le léopard (ou lion), symbole du Régime et de la Couronne britanniques.

saint-louis vieux-quebec

Cette vue de la rue Saint-Louis représente bien l’héritage architectural de Québec. À droite, la maison Kent, qui abrite aujourd’hui le consulat français, remonte à la première moitié du 19e siècle et fait donc intégralement partie de l’héritage britannique du Vieux-Québec. Plus à gauche, la maison Maillou remonte en partie au Régime français : elle a été agrandie et rehaussée d’un étage sous le Régime anglais. Enfin, le château Frontenac, construit essentiellement entre 1892 et 1924, est devenu le symbole international de la capitale québécoise.