Léontine en brassière

De l’impossible retour de Léontine en brassière, salle Jean-Claude Germain (Théâtre d’Aujourd’hui), à Montréal, jusqu’au 26 mars, 514 282-3900.

Créé en 1993 par les auteurs Benoît Paiement et Bernard Dion, le Groupe de poésie moderne n’a pas froid à la langue. Il a le goût et le talent pour les mots remplis de sève, les néologismes, les québécismes inattendus, les conjugaisons bouleversées : « Nous marchâmes et coururent, nous nous envolures et tomburent », déclamait-on dans Le voyage d’Amundsen, un précédent spectacle.


Le groupe. Créé en 1993 par les auteurs Benoît Paiement et Bernard Dion, le Groupe de poésie moderne n’a pas froid à la langue. Il a le goût et le talent pour les mots remplis de sève, les néologismes, les québécismes inattendus, les conjugaisons bouleversées : « Nous marchâmes et coururent, nous nous envolures et tomburent », déclamait-on dans Le voyage d’Amundsen, un précédent spectacle.

Les comédiens. Benoît Paiement, Christophe Rapin, Félixe Ross et Christian E. Roy sont des champions de la diction, de la gymnastique verbale. Ils s’y entendent pour mettre à vif le nerf des mots, qui font entendre leur musique et surgir une pléthore d’images.

Le spectacle. Argument de De l’impossible retour de Léontine en brassière : « Une actrice est congédiée parce qu’elle est trop vieille pour jouer Léontine en brassière dans un théâtre documentaire sur Paul-Émile Borduas et l’art pictural au Canada français. » Qu’à cela ne tienne! Pour se venger, la comédienne est prête à tout, même à rameuter Jacques Cartier. On le voit, c’est assez fou. Mise en scène de Robert Reid.

Commentaire. J’ai vu De l’impossible retour…, lors de sa création en 2009, et j’en souris encore. Travail sur les mots, sur les sons. Précision, rythme, rigueur = plaisir du spectateur.

De l’impossible retour de Léontine en brassière, salle Jean-Claude Germain (Théâtre d’Aujourd’hui), à Montréal, jusqu’au 26 mars, 514 282-3900.

Laisser un commentaire