Les «colorieux» du dimanche

De plus en plus populaires, les albums à colorier destinés aux adultes sont-ils vraiment une nouvelle forme de méditation… ou simplement une autre façon d’infantiliser ce public ?

hachette

À l’heure morose où le livre doit céder ses précieuses étagères pour faire de la place à l’inévitable diversification de l’offre commerciale, il est parfois difficile de faire la différence entre une librairie de grande surface et un magasin de jouets.
Culture

La situation ne risque pas de s’améliorer avec l’arrivée d’un nouvel article qui a pris d’assaut le marché du livre et qui enregistre des ventes records depuis le début de l’année : l’album à colorier pour adultes.

Lancée en 2013 par la designer textile écossaise Johanna Basford (dont le livre Secret Garden s’est vendu à 1,5 million d’exemplaires et a été «traduit» en 14 langues), la vague ne cesse d’engendrer de nouveaux titres… dont une centaine dans la seule collection Art Thérapie, publiée en français chez Hachette.

On est loin, ici, des croquis de clowns sinistres et d’animaux de ferme simplets, imprimés sur papier brut, qui se vendaient autrefois 30 sous chez Woolworth. Pour 10 ou 20 dollars, on a droit à un choix éclectique de dessins complexes, inspirés des thèmes classiques de l’art ornemental : mandalas tibétains, guirlandes rococo, vitraux médiévaux, entrelacs celtiques, motifs Art déco, volutes psychédéliques, rosaces de kaléidoscopes, mosaïques…

Si les stylos-feutres haut de gamme ont remplacé les crayons de cire, le principe du coloriage, cependant, reste le même : appliquer une couleur à l’intérieur d’un périmètre délimité, sans jamais dépasser les lignes de contour d’un seul micron. Une activité qui pourrait aisément tomber dans la catégorie des troubles obsessionnels compulsifs, au même titre que marcher sans mettre le pied sur les rainures du trottoir.

Cela étant dit, ces albums sont présentés comme une méthode de relaxation, et même comme une nouvelle forme de pratique méditative.

La consigne recommandée pour le coloriage ressemble assez à celle de la pacification mentale bouddhique : ralentir son souffle, méditer en choisissant les couleurs, concentrer son esprit sur la gestuelle des mains.

Elle promet de favoriser la concentration et de rompre le flot de pensées qui nous assaillent — un bienfait non négligeable, en cette ère où il est difficile de décrocher du numérique.

Activité nostalgique par excellence, le coloriage entend aussi ouvrir un espace de créativité à ces «colorieux» du dimanche, dont le talent artistique s’est toujours limité à dessiner des bonshommes allumettes.

Mais l’afflux de tous ces albums n’est-il pas simplement une autre façon d’infantiliser les adultes ? S’avère-t-il le prélude à une offre de poupées, de tricycles et de fusils à eau pour une population vieillissante prête à retomber en enfance ?

Peut-être ne faut-il pas trop s’en faire. Après tout, quelques heures de coloriage ne peuvent pas faire de tort…

Martine Desjardins est chroniqueuse livres au magazine L’actualité.

Les commentaires sont fermés.

Salut Martine!

J’ai travaillé en librairie longtemps… tu sais, celle qui est en guerre avec certains distributeurs…bref, chaque fois qu’on me demandait des mandalas, j’étais un peu découragée. Comment ralentir le stress ou créer de l’abondance avec tous ces ronds!! t’as raison, c’est un peu bizarre.Dernièrement, je suis tombée sur un livre de coloriage méga fou avec tous pleins de détails et des illustrations magnifiques. Ben, je te le donne en mille! Ben oui, je m’y suis mise!!! Tu sais LE coloriage, le vrai, le défi, le méga… celui ou tu oublies de manger comme une bulle d’air dans mon cerveau. T’sé juste colorer pour tripper. Ben oui, c’est un peu bêbête. Et tu a raison aussi, le marché est inondé! Tu sais quoi aussi? Le célibat ça fait colorier sa fille ! :_-)

Et bien, moi je crois que cela fait super du bien. Cela permet une relaxation intemporelle et devient même un défi. Exercices très fortifiant pour le cerveau. Et il n’y a rien d’infantilisant de faire du coloriage avec ces petits enfants.

J’ai 51 ans. Cela fait 25 ans que je colore. A l’époque je devais commander en « commande spéciales » aux États Unis, par la librairie Classique ou je travaillais des cahiers à colorier de toute sorte de thèmes. J’ai passé des centaines d’heures en vacances , en camping, en chalet à perdre un temps fou à choisir les couleurs idéales de ce qui finirait par être mes petits chef d’œuvre .. Jai encore ces cahiers. Ma fille a colorié avec moi toutes ces annes. Elle a fait ses premières « coloriages d’adultes » a 7 ans.. De longues heures a s’appliquer. Aujourd’hui elle a 21 ans, nous passons encore ensemble des soirées à colorier , à papoter de tout et de rien.. L’art de relaxer, tout en créant..quand on n’as pas de talent!!! Je suis une colorieuse: du lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche..

Je trouve votre article hautain et quelque peu ridicule. Pourquoi soulever une question à réflexion de la sorte « Mais l’afflux de tous ces albums n’est-il pas une autre façon d’infantiliser les adultes ? » ? Ce n’est pas une question, mais bien un jugement que vous portez sur le genre d’activité qu’une personne adulte est censée faire. Peut-être qu’un tour à la Ronde vous ferait du bien ? Ou l’opposé, une séance de tricot avec Mamie ? Par ailleurs, votre article n’encouragera certainement pas la majorité de la population atteinte d’un taux de stress beaucoup trop élevé à prendre soin de sa santé mentale…

Pourquoi soulever une question ? Parce que tout simplement il est excellent de se poser des questions, là comme ailleurs. Faire et dire sans réfléchir, sans se poser de question, sans prendre un peu de recul, n’est pas la meilleure chose qui soit… peu importe le sujet. Si vous trouvez que Mme Desjardins juge(ce n’est pas mon avis, j’ai 58 ans et ne suis pas du tout contre cette activité), c’est que vous vous sentez accusée, jugée quelque part ? Vous transférez ici des regards critiques que vous avez reçus ailleurs, peut-être ? Si vous êtes bien à l’aise avec cette activité, peu vous chaut ce que d’autres en pensent, non ? Il y a bien d’autres moyens de libérer le stress, à chacun-e sa méthode. Tant mieux si vous avez trouvé la vôtre… Restez libre dans votre tête… 🙂

Si elle se posait vraiment la question, elle aurait fait plus de recherche. L’expression des colorieux du dimanche est en soi méprisante. Pourquoi n’a t-elle pas recherchée un peu son sujet? Les gens qui colorie produisent des images vraiment créative, je suis une artiste et je dessine ce que je veux, et j’aime colorier quand même cat cest vraiment relaxant. Je n’ai jamais lu un article méprisant sur les jeux de société ou les puzzles et ce sont des activites qui prennent autant de plancher que les livres chez Archambault ou Renaud Bray.

Le coloriage est une technique de plus en plus utilisée en psychologie pour diminuer le stress, l’anxiété. De nombreuses personnes gèrent leur moment de stress ainsi. J’ai de nombreuses personnes dans mon entourage qui utilisent cette technique comme d’autres la course.
C’est facile de juger les autres. Je souhaite que des gens vivant avec l’anxiété ne lisent pas votre article. Se faire juger de la sorte…
Je peins… Les enfants peignent, je m’infantilise?

Suggestion: pour les droitiers, coloriez avec votre main gauche… vous verrez que même si vous êtes âgés (es) il vous en reste encore à apprendre!

Je ne suis pas sûre que j’en suis au coloriage de mandala, mais j’ai néanmoins découvert cette activité récemment, grâce à… une tendinite! Comme j’aime bien comprendre les choses, j’ai voulu en savoir plus sur l’anatomie de mon épaule et ce qui s’y passait. C’est ainsi que je suis tombée sur «L’anatomie à colorier», un livre vraiment génial, pour qui veut comprendre et voir ce qui se cache en dessous de notre peau, et pour qui veut passer du bon temps à colorier tranquillement… depuis, on m’a dit que ce livre est utilisé par les étudiants en masso, kiné, etc. C’est la 5e édition, c’est exceptionnel et parfait pour les gens curieux et qui ne connaissent rien, a priori, de l’anatomie… et quel plaisir de (re) sortir la boîte de prismacolor de mon enfance… FASCINANT, comme dirait quelqu’un!!

J’ai essayé recemment ces Art Therapy recommande par une amie.
Il sont utilisés en oncologie pour les patients pour réduire le stress.
Pour ma part, je préfère dessiner mes propres dessins.

Je trouve que l’article est porteur d’un jugement de la part de l’auteur.
J’ai toujours colorier dès que j’ai su tenir un crayon. Ca me vient par vague… mais ca m’aider à décrocher de mes grosses journées de bureau parfois ….ou tout simplement me détendre. Et mes filles adore qu’on se fasse des séances de coloriage ensemble….. Si c’est infantiliser les adultes ben il y a belle lurette que nos hommes le sont devenus avec les jeux vidéos.
Pour ma part, je trouve cette activité bienfaisante et l’essayer c’est l’adopter.

Je trouve que votre article manque de professionnalisme. Vous n’avez pas ou peu chercher le sujet, vous auriez pu rencontrer des gens qui colorie et vous abstenir de nous traiter de colorieux du Dimanche. En passant je suis une artiste accomplie qui dessine ce qu’elle veut et je colorie quand même. Cela est vraiment relaxant, créatif et permet de déconnecter rapidement malgré la fatigue de la semaine de travail. Toute les activites qui exige de la concentration peuvent engendrer un état meditatif. Je suis dans plusieurs groupe de coloriage et je suis impressionnée de ce que les gens produisent à partir des dessins fournis dans les albums.Votre article est réductif et peu documenté, et de ce fait, inintéressant.