Les coups de cœur de monsieur le directeur

Marc Mayer dirige depuis janvier le Musée des beaux-arts du Canada. Il nous présente 15 de ses œuvres préférées dans la collection du Musée.

christ marc mayer

Le baptême du Christ, d’Abraham Bloemaert (1564-1651), peintre néerlandais. Du théâtre, ce tableau religieux !  Les personnages portent des costumes complètement fous pour l’époque. Et le Christ se retrouve à l’arrière-plan lors de son propre baptême !

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Photo © MBAC.

nami marc mayer

Le pont de Narni, de Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1875), peintre français. Ce tableau – un des grands chefs-d’œuvre du Musée des beaux-arts du Canada – a probablement été peint en atelier, mais il donne l’impression d’avoir été réalisé en plein air. Le paysage et la lumière sont vrais.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Photo © MBAC.

wolfe marc mayer

La mort du général Wolfe, de Benjamin West (1738-1820), peintre d’origine américaine qui a vécu au Royaume-Uni. Dans ce tableau, les Anglais, qui ont remporté la bataille des Plaines d’Abraham, ne sont pas en liesse, mais en pleurs, aux côtés de leur général tué au combat. Un symbole du pays en devenir, selon Marc Mayer. Un Canada destiné à la paix plutôt qu’à la guerre.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Transfert des œuvres canadiennes commémoratives de la guerre, 1921 (Don du 2e duc de Westminster, Angleterre, 1918). Photo © MBAC.

arbres marc mayer

Arbres au printemps, de David B. Milne (1882-1953), peintre ontarien. Ce tableau est tout simplement beau. La forêt, magique, relève du fantasme.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Don de Douglas M. Duncan, Toronto, 1968. Photo © MBAC

buste marc mayer

Buste d’un roi, de Pierre Puget (1620-1694), artiste français. Une œuvre originale, à une période où le portrait sculpté vise à imposer le pouvoir et la majesté. Le personnage détourne le regard, montrant sa vulnérabilité. À mon sens, il s’agit d’un vrai leader, celui qui s’oublie pour rendre possible le rêve des autres.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Photo © MBAC.

camp marc mayer

Camp de Châlons, de Gustave Le Gray (1820-1884), photographe français. De petits personnages au milieu d’un grand ciel et de grands champs : cette  photographie militaire a une composition radicale. Sa géométrie est contemporaine.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa.

chambre marc mayer

La chambre détruite, de Jeff Wall (1946-), artiste canadien le plus célèbre à l’étranger. Jeff Wall n’a rien laissé au hasard dans cette mise en scène qu’il a photographiée. Cette chambre est à la fois désastre et beauté. Elle a propulsé Jeff Wall sur la scène internationale.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa.

paranoide marc mayer

Paranoïde, de Claude Tousignant (1932-), peintre québécois. Pour Claude Tousignant, la couleur n’est que sensation. Ce tableau abstrait, rouge et jaune, n’a pas de sens particulier, si ce n’est le plaisir d’apprécier des couleurs vives, riches et profondes. Une œuvre radicale (réalisée en 1956 !) et un des chefs-d’œuvre de la peinture québécoise.
Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Photo © MBAC.

elephant marc mayer

Faire le mort : en temps réel, de Douglas Gordon (1966-), artiste écossais. À la demande de son cornac, une éléphante se tourne sur le dos et fait le mort dans cette vidéo, projetée sur deux écrans géants – de la taille de la bête. Au sol, un moniteur diffuse en continu l’œil de la bête. On a l’impression de communiquer avec elle. Émouvant.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Photo © MBAC.

maman marc mayer

Maman de Louise Bourgeois (1911-), artiste américaine d’origine française. Cette gigantesque araignée, une sculpture de bronze de 9,25 m de hauteur, loge avec ses œufs en marbre sur l’esplanade du Musée des beaux-arts du Canada. Louise Bourgeois s’est inspirée de son enfance – ses parents restauraient des tapisseries anciennes – pour créer cette œuvre, en 2006, à l’âge de 95 ans !

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Photo © MBAC.

rouge marc mayer

Le drapeau du peuple, de Brian Jungen (1970-), artiste métis de Colombie-Britannique. Ce drapeau, fabriqué à partir de vêtements d’occasion rouges cousus ensemble, symbolise la solidarité et la collaboration entre les gens.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Acheté en 2006 grâce à l’appui du Fonds de dotation Audain pour l’acquisition d’art contemporain canadien de la Fondation du Musée des beaux-arts du Canada. Photo © MBAC.

nee marc mayer

Née, de Kiki Smith (1954-), artiste américaine d’origine allemande. Une biche achève de mettre bas une femme adulte. Cette sculpture de bronze est mystérieuse, comme la plupart des œuvres de Kiki Smith. Elle a une forte présence dans la salle d’exposition.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. © Kiki Smith, avec la gracieuseté de PaceWildenstein, New York. Photo © MBAC.

vierge marc mayer

La Vierge et l’Enfant entre saint Roch et saint Sébastien, de Lorenzo Lotto (1480-1556), peintre italien. Ce tableau religieux, l’un de ses meilleurs, a été commandé par un médecin traitant des gens atteints de la peste. L’œuvre est une sorte de talisman, saint Roch et saint Sébastien protégeant contre cette maladie.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Photo © MBAC.

theatre marc mayer

Théâtre de cruauté, de Geoffrey Farmer (1967-), artiste de la Colombie-Britannique. Les visiteurs sont invités à pénétrer dans cette installation artistique, peuplée d’armes et d’objets de torture. À l’intérieur, des objets inanimés semblent prendre vie grâce à des effets sonores et lumineux. Vous croyez comprendre le sens de cette œuvre ? Repensez-y, nous dit Geoffrey Farmer. Rien n’est simple dans la vie.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Acheté en 2008 grâce à l’appui généreux du Fonds de dotation Audain pour l’acquisition d’art contemporain canadien de la Fondation du Musée des beaux-arts du Canada.

chene marc mayer

Jeune chêne, de Karl Blechen (1798-1840), peintre allemand. Peint avec minutie, ce portrait d’un arbre (huile sur papier) me fait penser à une jeune personne impatiente de grandir. Une branche émerge du feuillage, à l’image d’un jeune rebelle. En étudiant la nature, on peut beaucoup apprendre sur la vie.

Crédit : Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Photo © MBAC.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie