Les Jutra en plus que vrac

• Nommés respectivement meilleur acteur de soutien et meilleure actrice de soutien pour Monsieur Lazhar, Émilien Néron, 13 ans, et Sophie Nélisse, 11 ans, calquent les adultes dans leurs discours et remercient leur agent. Tristounet.

• Venu chercher, entre autres prix, celui pour le meilleur scénario, le réalisateur de Monsieur Lazhar, Philippe Falardeau – quelle bouille intelligente – a dit à peu près ceci, rappelant qu’il a participé à l’édition 1992-1993 de la Course destination monde : « À l’époque, au lieu de nous mettre dans un loft, on nous donnait une caméra et on nous envoyait à travers la planète pour aller à la rencontre de l’autre. »

• « Les yeux du cœur », numéro de Mario Saint-Amand, avec Breen Lebœuf [et Gerry Boulet]. L’acteur sait chanter, mais il ne pourrait pas être chanteur, car il lui manque ce quelque chose qu’on ne sait pas trop ce que c’est, mais qui est très parcimonieusement distribué.

• Hommage à Paule Baillargeon. « Je suis sentimentale et j’avoue que j’ai toujours voulu un Jutra. » Dans le très beau document vidéo d’Anaïs Barbeau-Lavalette, ce commentaire succinct du comédien Guy Thauvette à propos de son amie Paule : « Une femme qui parle. »

• Meilleur acteur : Gilbert Sicotte pour Le vendeur. Son « Marcel Lévesque » restera inoubliable.

• Meilleure actrice : Vanessa Paradis, antiglamour et investie dans Café de Flore, film trop poseur pour être vraiment sincère.

• Dans la salle, André Forcier, réalisateur de films débraillés et infiniment réjouissants, a sa face des jours de carême, tandis que Denis Villeneuve, qui signe pourtant des films intenses, n’en finit plus de sourire. Vu qu’on est à la télé, on suggère la deuxième attitude.

• Plutôt à son aise dans l’animation, Sylvie Moreau démontre toujours un goût si peu sûr pour ses toilettes et Yves Pelletier, impayable dans les sketches, semble un peu engoncé lors des présentations.

• Pour finir, quelques Jutra personnels : celui de « l’accessoire de la soirée » à la gomme à mâcher de Félixe Ross, par ailleurs excellente comédienne dans le Groupe de poésie moderne et coach des enfants de Monsieur Lazhar. Celui de l’humour azimuté à Emmanuel Bilodeau. Celui de « l’ensemble de sa personne » à Martin Petit.

Laisser un commentaire