Les lutteurs, ces héros mésestimés

Habituellement boudée par les littéraires, la lutte est le sujet principal de deux ouvrages qui viennent de paraître : L’homme qui a vu l’ours et André le géant : la vie du géant Ferré.

lutteur
Au Québec, il était «le géant Ferré», et une star de la lutte. (Photo : Toronto Star / Getty Image)

Athlètes véritables disputant des combats truqués, clowns grotesques jouant les brutes sanguinaires, les lutteurs sont des héros mésestimés. Leur discipline est au sport ce que le vaudeville est au théâtre : un divertisse­ment populaire — boudé par les littéraires.

La lutte peut cependant devenir un sujet élevé entre des mains capables. Dans L’homme qui a vu l’ours, de Patrick Roy, deux journalistes sont dépêchés pour écrire la biographie d’un ex-champion qui s’est retiré dans les montagnes du Vermont après avoir laissé un adversaire paralysé à vie. Comme l’ours du titre, Tommy Madsen est bourru, énigmatique, imprévisible : « une bête à la hauteur de son mythe ».

Dans un style direct, sans artifices, Patrick Roy raconte comment les biographes tentent en vain de cerner Madsen et s’égarent sur un ring parallèle qui mettra leur vie en jeu. Par cet habile retournement, la réalité factice de la lutte devient une reproduction fidèle de la vérité.

Le lutteur français André Roussimoff, dit « André le géant », était une autre bête à la hauteur de son mythe : ce colosse de 2,24 m, 235 kilos, pouvait engloutir 150 bières en une soirée ! Le bédéiste Box Brown lui consacre une biographie, où l’on apprend qu’enfant André était déjà trop grand pour entrer dans l’autobus scolaire et se faisait reconduire à l’école en camion par son voisin, le dramaturge Samuel Beckett.

Oscillant entre récit intimiste et documentaire, André le géant recrée avec dynamisme les combats les plus marquants d’une carrière illustre qui débuta à Montréal, et révèle en prime quelques trucs du métier. C’est toutefois l’extrême candeur d’André qu’en retiendra le lecteur, et la tristesse de sa vie somme toute solitaire.

L’homme qui a vu l’ours, par Patrick Roy, Le Quartanier, 464 p.

André le géant : La vie du géant Ferré, par Box Brown, La Pastèque, 240 p.

Laisser un commentaire