Les meilleurs livres à lire en août 2022

Parmi nos suggestions : l’album Mort de rire, du bédéiste Jean Lacombe, qui suit le parcours d’étudiants en création humoristique, et le roman Les marins ne savent pas nager, de Dominique Scali, où une orpheline évolue dans un monde à la fois beau et cruel.

montage : L’actualité

En librairie ce mois-ci

Mes débuts dans l’éternité

de Gilles Archambault

Les 30 nouvelles de ce recueil portent en elles un cœur qui vieillit, mais qui aime, attend, apprécie et, parfois aussi, chiale, dépérit, oublie. La plume sans fioritures est agréable, favorisant toujours le mot juste plutôt que des descriptions lourdes et complexes. Mais ce qui charme à tout coup, c’est la chute. L’auteur a plus d’un tour dans son sac ! Certaines fins sont abruptes, d’autres se fondent dans le silence en undécrescendodiscret, mais jamais on ne peut prédire quelle direction l’histoire prendra. Un pur plaisir de lecture.

(Boréal, 136 p.)

Les marins ne savent pas nager

de Dominique Scali

L’île d’Ys n’existe pas, mais ce roman l’évoque avec tant d’ardeur qu’on y croit immédiatement. Dans cette contrée où la vie est rythmée par les grandes marées, les tempêtes et les nombreux naufrages, la population est divisée en deux : ceux qui ont mérité d’avoir une place dans la « cité » et vivent une existence choyée, et ceux qui survivent de peine et de misère sur le rivage. La petite Danaé, orpheline ayant grandi sur la grève, cherchera toute sa vie à gagner un statut de citoyenne. Le pouvoir d’évocation de l’autrice, son habileté à créer un monde à la fois étrange et familier de même que le souffle qu’elle donne à son histoire font qu’on embarque corps et âme dans ce roman. 

(La Peuplade, 728 p.)

Obsolète

d’Alexandra Gilbert

Marie vit entre deux mondes : celui de son père, « ramasseux » d’antiquités diverses, et celui de son amoureux hyperbranché, consommateur compulsif et « courailleux » de trucs technologiques dernier cri. À la mort de son père, Marie hérite d’une mission particulière : se départir de façon raisonnable de ses biens. Tâche périlleuse, d’autant plus que, dans le lot, un mystérieux pistolet suscite de nombreux questionnements. Une habile réflexion sur la vie de nos possessions et notre rapport à l’obsolescence, programmée ou pas.

(Stanké, 248 p.)

À nos filles

entretiens dirigés par Michèle Plomer

Le projet était ambitieux : s’entretenir avec une douzaine de femmes d’horizons variés pour discuter de l’héritage qu’elles laissent aux filles d’aujourd’hui. C’est la romancière Michèle Plomer qui mène les entretiens, sous le regard de la photographe Justine Latour. Les femmes répondent sans détour aux questions sur leur rapport aux hommes, la création ou encore la maternité, dévoilant ainsi tout un pan de leurs réflexions féministes. Que ce soit Joséphine Bacon, Manon Barbeau ou même la regrettée Marie-Claire Blais, ce qu’elles ont à dire n’est jamais banal.

(Marchand de feuilles, 328 p.)

Cinq filles perdues à tout jamais

de Kim Fu

Nita, Andee, Dina, Isabel et Siobhan sont à l’aube de l’adolescence quand elles se rencontrent au Camp Forevermore. Lors d’une expédition en kayak, l’aventure prend une tournure cauchemardesque : laissées à elles-mêmes, comment retrouveront-elles leur chemin ? Cette histoire de jeunesse est habilement entrecoupée de bribes des parcours personnels de ces cinq femmes, démontrant, sans faillir, comment un incident peut influencer — un peu, beaucoup, à la folie — le cours d’une vie.

(Traduction d’Annie Goulet, Héliotrope, 376 p.)

Mort de rire

de Jean Lacombe

Pour écrire sa BD, Jean Lacombe a eu la chance de passer une année scolaire en tant qu’observateur à l’École nationale de l’humour. C’est à partir de son expérience qu’il a imaginé Reda et Yvonne, deux étudiants en création humoristique dont les parcours sont totalement différents. Alors qu’Yvonne se demande comment percer, Reda, lui, étudie en catimini, préférant dire à son père qu’il apprend… la thanatologie ! Est-il si facile d’« apprendre à être drôle » ? Comment savoir qu’on a réussi ? Un regard intéressant sur le milieu de l’humour au Québec.

(La Pastèque, 128 p.)

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.