Les meilleurs livres à lire en juin 2022

Parmi nos suggestions : la journaliste québécoise Catherine Lafrance publie un bon polar sur fond de questions sociales, et le bédéiste JeanLouis Tripp revient avec sensibilité sur un événement tragique de sa jeunesse.

montage : L’actualité

En librairie ce mois-ci

L’espoir est cette chose à plumes, de Nina Berkhout

Soprano d’opéra, Dawn est au sommet de sa carrière quand sa voix commence à lui faire faux bond. Son beau-frère Tariq, qui entreprend des traitements de chimiothérapie, s’installe chez elle au moment où elle se replie dans le silence. Mais Tariq n’est pas seul : Tulipe, un perroquet gris d’Afrique — au caractère infernal ! —, l’accompagne partout. Dans cette colocation forcée, Dawn et Tariq trouveront un certain réconfort. Un roman tendre sur les liens improbables qui parfois nous unissent.

(Traduction de Sophie Cardinal-Corriveau, XYZ, 364 p.)

L’étonnante mémoire des glaces, de Catherine Lafrance

Michel Duquesne est un curieux personnage. Cet enfant de la DPJ est devenu un journaliste chevronné, à qui on confie la couverture d’un fait divers sordide : l’incendie meurtrier d’un logement, dans un petit village perdu des Cantons-de-l’Est. Le journaliste découvre des pistes inquiétantes : cafouillage policier, crime organisé aux aguets et règlements de comptes. Mais il doit être prudent, un accident est si vite arrivé… Un bon polar sur fond de questions sociales qui donne froid dans le dos.

(Druide, 432 p.)

La gouvernante royale, de Wendy Holden

Inspiré d’une histoire vraie, ce roman s’intéresse à Marion Crawford — « Crawfie » pour Elizabeth et Margaret, deux sœurs dont l’aînée est aujourd’hui reine d’Angleterre. La jeune femme sera leur gouvernante pendant plus de 15 ans. Afin de leur faire connaître la «vraie vie », elle les trimballe dans le métro, leur fait découvrir l’architecture et les grands magasins, ainsi que les inégalités sociales. Les amateurs de la série The Crown seront ravis par ce roman historique richement documenté.

(Traduction de Valérie Bourgeois, Albin Michel, 530 p.)

Les pénitences, d’Alex Viens

Pour un premier roman, c’est un uppercut littéraire ! Après 10 ans d’absence, Jules retourne voir son père, un vieux punk tout croche. La spirale de la violence est telle que le lecteur est happé dans un huis clos étouffant. Ces deux êtres maganés par la vie, qui éprouvent mutuellement un amour maladroit et malsain, ressassent ensemble des souvenirs, des éclats d’un divorce houleux, d’une vie dans la pauvreté crasse. Certaines anecdotes sont rudes, alors que d’autres émeuvent. Autant par la qualité du texte que par l’imprévisibilité du rythme de l’histoire, il y a dans ce livre une proposition audacieuse qu’on croise rarement. 

(Cheval d’août, 144 p.)

Neige des lunes brisées, de Waubgeshig Rice

À peine l’hiver commencé, une communauté anichinabée du nord de l’Ontario est plongée dans le noir. Plus d’électricité, plus de communications, même les livraisons d’aliments ont cessé. Comment survivre dans de telles conditions ? L’entraide et la solidarité éclairent par endroits ce roman plutôt sombre, où la faim justifie les moyens. Une brillante traduction met en évidence la plume solide de l’auteur, membre de la Première Nation de Wasauksing, en Ontario. 

(Traduction de Yara El-Ghadban, Mémoire d’encrier, 250 p.)

Le petit frère, de JeanLouis Tripp

Dans cette BD autobiographique, Tripp revient sur la mort accidentelle de son frère Gilles, à 11 ans, pendant les vacances familiales. Happé par une voiture dont le conducteur n’ira pas chercher de l’aide, le jeune garçon succombera à ses blessures. Un deuil difficile, qui affectera chaque membre de la famille de façon différente, dont l’auteur, qui avait 18 ans au moment des faits. Comme la trame est plutôt longue — de 1976 à aujourd’hui —, on y découvre aussi les débuts de carrière de Tripp, en plus de constater de quelle manière l’absence de Gilles a influencé plusieurs pans de sa vie. Un récit lucide sur la perte et le deuil.

(Casterman, 344 p.)

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.