Les rendez-vous culturels

Un incontournable de la programmation du 375e anniversaire de Montréal et le Caligula d’Albert Camus au TNM.

The Wall à l’opéra

Ce sera l’un des clous de la programmation du 375e anniversaire de Montréal: la présentation, en première mondiale, d’Another Brick in the Wall, un opéra tiré du légendaire album de Pink Floyd The Wall (1979). Adaptée par Julien Bilodeau, interprétée par l’Orchestre Métropolitain et mise en scène par Dominic Champagne, la superproduction verra le baryton Étienne Dupuis prêter sa voix à Pink, rock star déchue et personnage principal de cette réflexion sur les horreurs de la guerre. Ce serait d’ailleurs lors d’un passage à Montréal, il y a 40 ans, que le bassiste de Pink Floyd, Roger Waters, aurait eu l’idée de ce qui allait devenir l’un des disques les plus marquants de l’histoire du rock. (En mars, à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts)

***

50 nuances de Caligula

Benoît McGinnis. (Photo: Jean-François Gratton)
Benoît McGinnis. (Photo: Jean-François Gratton)

Caligula est la pièce la plus jouée d’Albert Camus. Son protagoniste, empereur romain épris d’absolu, déçu du monde au point de renoncer à la réalité, a été pour l’écrivain français (1913-1960) l’occasion d’explorer la notion d’absurde. L’œuvre sera à l’affiche du TNM du 14 mars au 8 avril, dans une mise en scène de René Richard Cyr, qui a choisi de situer son Caligula (dont le personnage-titre est interprété par Benoît McGinnis) dans le Paris existentialiste des années 1940. Pour la petite histoire, il existe deux versions de la pièce, substantiellement différentes, l’une de 1941 et l’autre de 1944. Entre les deux, le jeune Camus mesure les effets de la guerre sur l’Europe, ce qui le convainc que le nihilisme auquel aboutit sa première version est indéfendable. Dans la seconde, qui est jouée depuis, le personnage de Cherea refuse de céder à la logique de Caligula, faisant le pari de croire en la vie.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Wow ! C’ est formidable ! Qu’ est-ce que ça sera au 380, 390 et 400ième anniversaire de Montréal !!! J’ ai vraiment hâte!

Décevant ! Comment le saccage de ce compositeur imposteur Julien Bilodeau a-t-il pu être toléré par une équipe aussi glorieuse que l’Orchestre Métropolitain, Dominique Champagne, le choeur, les producteurs et autres???
L’oeuvre musicale était déjà un classique et ne nécessitait que d’être bonifiée par tant de talents. Pas rendue méconnaissable.