Les tatoués s’affichent !

Longtemps associés aux prisonniers, aux motards et autres marginaux, les tatouages se sont hissés au rang d’œuvre d’art. Au Québec, les adeptes d’art corporel n’hésitent plus s’afficher, même au travail !

Galerie d’images

Infos
Fermer
Plein écran

      Longtemps associés aux prisonniers, aux motards et autres marginaux, les tatouages se sont hissés au rang d’œuvre d’art. Au Québec, les adeptes d’art corporel n’hésitent plus s’afficher, même au travail !

      Les commentaires sont fermés.

      Bonjour
      Je trouve hideux les tatouages sur un ou deux bras en entier. A les regarder,
      j’ai quasiment la nausée .
      Par contre, j’aime un léger tatouage choisi avec un goût certain et qui ne
      heurte pas la vue de quiconque .
      Merci pour vos bons reportages .

      moi je trouve cela beau des tatouage j’en n’ai un sur l’avant bras droit c’est un dragon chinois. je penses m’a faire un autre plus tard.

      Je trouve courageux ceux et surtout celles qui se font tatouer sur des parties très exposées de leur corps. En fait, je trouve ça plutôt jolie si on a le style pour mais je me questionne vraiment sur l’apparence qu’auront ces splendides tatouages à 60 ans?!? C’est une réalité qui ne nous chatouille pas vraiment quand on a 20 ans mais qui doit finir par nous tracasser…

      ll ne faut pas oublier que les goûts changent mais que les tatouages restent. Ça démontre peut-être de l’audace mais avec l’âge on a moins besoin de se démarquer. Les cliniques de chirurgies sont remplies de gens qui veulent se les faire enlever.

      Se faire tatouer, c’est transformer son corps en oeuvre d’art. C’est prendre la décision de conserver à tout jamais une image, un mot ou un symbole de manière visible car notre mémoire peut nous jouer des tours. Sa signification changera au fil du temps, le tatou perdra de ses couleur, mais on l’aimera pour toujours. Et a soixante ans? On se regardera en se disant que la vie passe vite.

      J’ai rien contre le tatouage… mais instinctivement lorsque je vois un tatou sur un gars ou une fille je voie là dedans une sorte de défi. Comme s’il ou elle avaient besoin de prouver quelque chose??? Un signe ésotérique quelconque pour se démarquer. Un peu pour prouver qu’ils ne sont pas comme les autres?? Tout le monde est unique et quelqu’un qui en est pas assuré et se sent terne essai de le démontrer. Un peu comme un adolescent qui se sent obligé de se percer le nez ou colorer les cheveux ou mettre des pantalons trop grands. On a tous fait ça d’une manière ou d’une autre mais en vieillissant ça nous importe peu et on a plus rien à prouver.

      Mon tatouage va t-il etre aussi beau dans 30 ans? Probablement pas, allez-vous etre aussi beau dans 30 ans? Vieillir est la seule justice!

      « Mon tatouage va t-il etre aussi beau dans 30 ans? Probablement pas, allez-vous etre aussi beau dans 30 ans? Vieillir est la seule justice! »
      *Rire*
      Ayoye…
      Il me semble que ce serait tellement plus facile de se demander « Pourquoi est-ce que ça me dérange? » et de se comprendre soi-même plutôt que de jeter son dévolu sur les autres. Mais non… On cherche une justice, comme pour se consoler alors que la justice n’est que concept.
      Misère que les gens me désolent.

      Eh oui! Il y a des tatouages pour tous les goúts.

      Par contre, ce que plusieurs ne se rendent pas compte lorsqu’ils se font marquer de façon permanente, c’est tout l’impact sur le futur et les possibilités d’emploi.

      Bravo pour l’agente Justine Rousseau avec son tatouage de dragon, discret, sur son mollet… Mais si son dragon lui était tatoué sur le cou, je ne suis pas certain qu’elle serait toujours au diapason avec son employeur.

      Tout dépend de la façon et de la modération. Paieriez-vous 200$/h. pour une rencontre avec un notaire tatoué dans le visage avec 20 perçages? Et puis que dire du médecin, de l’enseignant, de votre conseiller financier, de la gardienne de vos enfants, etc.

      Quelle sera ma réaction lors d’une entrevue avec un futur employé qui se présente avec une multitudes de perçages et des tatous non-dissimulables? Oups, pardon, mais passons…

      Tout ça pour dire, que les tatouages et les perçages abusifs minent dangereusement les chances d’emploi bien rémunérés, sauf exceptions qui valent la peine d’être montrés dans un magazine.


      À 18 ans, je rêvais de me faire tatouer un immense dragon dans le dos. Mais faute de sous, je n’ai pas pu passer à l’acte. Dix ans plus tard, je ne peux qu’exprimer ma joie d’avoir été « cassé » au bon moment, sauvé in extremis!

      R3515T4NC3 plutôt arrogant ton commentaire quand celui de Karen est très pertinent! certes dans 30 ans le tatouage ne serais pas aussi beau mais ces la vie! mon »sleeve » ne serais peu être pas aussi lisse et les couleur aussi belle mais il fera parti de moi comme les vergetures après une grossesse! on choisi simplement de se faire faire un tatouage pour une personne que l’on aime ou une épreuve passer ^^

      les tatouages qui me fascinent sont ceux des îles du Pacifique
      Je n’y connais R I E N
      Il me semble que les tatouages d’ici racontent ou invoquent des choses; alors que ceux du Pacifique me semblent d’abord décoratifs (motif répété)et peut-être ces motifs sont-ils symboliques de quelque chose de hautement significatif tout en demeurant discret quant à cette signification, justement
      Personnellement, je cherche un motif qui vieillira bien avec ma peau vieillissante, et qui sera en brun, surtout pas en noir, un peu à la façon de ces beaux motifs dessinés temporairement sur les mains des femmes arabes.
      Reste à créer quelque chose d’ici, un motif, pas une bande dessinée
      mamie4

      @ Dominique Forget et/ou Joannie Lafrenière.

      Quoiqu’on en pense, un tatouage est une création artistique.
      Alors, même si la question du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle est une zone grise dans la pratique du tatouage, il est apprécié de citer le nom de l’artiste sous les photos identifiant visiblement le tatouage.
      C’est une question de convenance.
      Merci

      Frédérique

      Bravo! J’ai 57ans et j’ai 2 tatouages et je ne regrette pas de les avoir fait faire. Quand ils sont bien fait par des professionel c’est de toutes beautées.C’est définitifs qu’avec les années les couleurs ont tandences a vouloir éclairsirs,mais un peu de revitalisation est la meilleur chose a faire car comme une teinture faut la rafraîchir.Bravo karine continue ton beau travail et espère te revoir bientôt. Danielle

      J’ai des tattoos, j’en ai toujorus voulu et j’en veux encore ! C’est pour moi une manière de m’exprimer. Les tattos ne sont pas pour les autres, ils faut les faire pour soi-même. Je suis massothérapeute, et ca ne gène personne que j’aye des tattoos sur les bras. Oui c’est un choix de vie, il faut y réfléchir, mais maintenant, il y a des gens colorés partout, et ce beaucoup plus qu’on peut imaginer !! Bon travail !!

      Je suis professeur dans un collège et j’ai un tatouage dans le dos que je montre fièrement, 54 ans, trois enfants et c’est mon chum qui m’a incité à le faire, tatouage égyptien. Il faut prendre son temps avant de le faire faire c’est pour la vie et cela a une grande signification. C’est très personnel et engager…

      je peux dire une chose un tatouage ca représente une vie ou un moment ou une partie de ta vie peux importe ce que tu as passer ou ta vécu tu te souvient de tout car tu va mourir avec le coeur tatoué de bonheur et de tristesse car chaque tatouage et lévolution de lhumanité et jespére un jour le monde va comprendre on a juste une vie a vivre cordialement martin ouellet vivre libre ou mourir

      Je travail dans un bureau, Chez Cogeco a Trois-Rivieres. A mon entrevue, je portais une chemise a manche longue pour cacher ma « manche », j’avais enlever mes piercings de joues, mes « snake bites », mon « septum » et mon percings entre les yeux. J’avais meme cacher mes « stretchs » de 18 mm avec mes cheveux pour etre sur de ne pas subir de discrimination. Heureusement, a ma grande surprise, on en a parler durant l’entrevue et aujourd’hui je peux porter mes piercings sans peur de reprimande. Je suis contente que certaines entreprises comprenne que le monde change!

      Moi je n’ai pas de tatouage, j’en aurrai jamais car je n’aime vraiment pas. Si j’était un employeur dans un domaine ou il y a des contacts public, je n’engagerais pas une personne avec des tatoo ou des percing compromettant son esthetique. Mais ceci est mon choix, et lorsqu’on est employeur on a le choix des candidats, il faut accepter de se faire claquer une porte une fois ou deux dans votre vie et ce meme si vous aviez les compétences. Mais une choses prévaut celle de l’apparence , c’est qu’une personne compétente n’aurra jamais de difficulté a se trouver un emploie ! Pour ce qui est en générale, la nature fait en sorte que nous nous méfions de la différence et des look aggéssif. C’est un moyen de se proteger. Il faut pour sure, laissez une chance !

      A Alex: tu trouves pas ça un peu réducteur tes propos??
      Je dirais même que c’est de la discrimination enfaite…
      Faut savoir vivre avec son temps, beaucoup de gens sont tatoués ou piercés donc je vois pas pourquoi on n’embaucherais pas des tatoués et piercés??
      On est pas plus con que d’autres hein…on est des gens normaux…c’est juste qu’on a choisit notre corps comme toile.

      En tout cas, ça fait plaisir de lire un article comme ça, même si c’est pas près d’être pareil en France…